AccueilImprimerNous contacterAjouter aux favoris

A la Une

Bayard retrouve le chemin de la croissance

Le groupe Bayard a publié, le 25 novembre, des résultats en croissance pour son dernier exercice portant sur la période juillet 2020-juin 2021. Son chiffre d’affaires consolidé (de 348,5 millions d’euros) a progressé de 5,7% par rapport à l’exercice précédent, ce qui lui permet de retrouver la rentabilité avec un résultat net de 20,4 millions d’euros (contre une perte de 7,3 millions un an plus tôt (en raison de la crise sanitaire et de la défaillance de Presstalis). Cette hausse s’explique principalement « par une hausse de la diffusion presse sous l’effet notamment d’une augmentation des ventes au numéro, et une forte croissance des ventes de livres du groupe », précisent ses dirigeants dans un communiqué. Globalement, Bayard et Milan presse ont enregistré des diffusions records, en particulier les publications jeunesse et la Croix, dont le portefeuille d’abonnement numérique a progressé de 24%. « L’année a aussi été marquée par la création de la Chouette radio avec Radio France et le groupe Caisse des dépôts, poursuit le groupe. Cette société est éditrice de Merlin, une enceinte conçue pour les enfants donnant accès à une sélection audio de contenus de qualité produits par Bayard jeunesse, Milan et Radio France. Un répertoire de plus de 200 titres pour les enfants âgés de 3 à 10 ans ».

 
 
Avec France routage et Sodicom, Riccobono ajoute une nouvelle corde à son arc
Un mois après avoir ajouté la distribution de la presse à son métier de base d’imprimeur, via l’acquisition des sociétés Proximy et Média presse, Riccobono imprimeurs élargit encore sa gamme de services aux éditeurs avec la reprise de France routage et Sodicom, eux entités spécialisées dans le traitement des abonnés postés et le brochage. « Ce rapprochement concrétise la stratégie qui vise à constituer un groupe industriel puissant dédié au papier », explique le groupe dans un communiqué. Ses clients auront donc accès à des solutions de brochage en encartage-piquage ou en dos carré collé, de conditionnement pour la vente au numéro, de routage informatique, de personnalisation « on line » ou « off line », de préparations fines dédiées à la distribution multicanale, sans oublier un accès privilégié au réseau de portage adressé ou non avec Proximy,

 
 
Le groupe Centre France planche sur la création d’un nouveau centre d’impression
Le groupe Centre France est entré en négociations exclusives en vue d’acquérir deux lignes de rotatives du centre d’impression de Mitry-Mory, propriété du groupe Amaury. « Ce projet, s’il aboutit, doit permettre la création d’un nouveau centre d’impression à proximité de Clermont-Ferrand, en remplacement de celui, actuel, de Morel-Ladeuil », précise le groupe dans un communiqué. Une décision annoncée le 22 novembre aux représentants du personnel à l’occasion d’un CSE extraordinaire de la Montagne, puis à l’ensemble des cadres et collaborateurs du groupe. « La phase de lancement d’étude va prendre plusieurs mois, mais nous sommes, actuellement, les seuls partenaires et acquéreurs potentiels de ces lignes de rotatives », précise Soizic Bouju, directrice générale du groupe. S’il se réalise, ce projet permettrait de remplacer les trois rotatives actuelles, de 40 ans d’âge, par deux machines de moins de 20 ans en mesure de faire du tout-quadri.
 
Après le food brand trust, place au care brand trust
Devant le succès du food brand trust, les régies CMI média, Reworld média connect et Prisma média solutions lancent le care brand trust. Le principe est le même : proposer aux annonceurs un dispositif extrêmement puissant dans le secteur de l’hygiène-beauté. A eux seuls, les trois groupes, avec leurs 80 marques, permettent de toucher chaque mois 90% des Françaises avec un seul point d’entrée. Autre argument, à l’heure où les consommatrices ont changé leurs habitudes beauté durant la crise, 87% pensent les garder, si l’on en croît une étude réalisée par leurs soins sur ce thème. « Les marques doivent donc adresser ces sujets et rassurer les consommatrices », tranchent les trois régies.

 
 
Reworld média mise sur Valérie Damidot pour son nouveau magazine déco
Reworld média étoffe son portefeuille de marques décoration (le Journal de la maison, Campagne décoration, mon Jardin & ma maison, Maison & travaux, l’Ami des jardins & de la maison) avec le lancement, le 24 novembre, de Damidéco, le magazine de de Valérie Damidot, l’ex-égérie des émissions déco sur M6. « Valérie est connue et reconnue pour son expertise, sa franchise et son humour, des qualités qui seront au cœur de ce nouveau magazine original sur le marché de la presse décoration », assure Stéphane Haitaian, directeur exécutif chez Reworld média. + de détails

 
 
Avec Vives, Bayard se met au service des femmes de plus de 45 ans
Le groupe Bayard annonce le lancement d’un nouvel écosystème média à destination des femmes de plus de 45 ans pour les « accompagner dans leurs tournants de vie et nouvelles trajectoires, qu’elles soient personnelles ou professionnelles ». Baptisé Vives, il se définit comme un collectif né « composé de femmes et d’hommes partageant le même sentiment : la place des femmes nous concerne tous, politiques, entreprises, collectivités, associations. Et individuellement, chacune et chacun d’entre nous ». Au-delà d’un site (Vivesmedia.fr), cette nouvelle marque repose d’abord sur une newsletter avec une édition Eco consacrée au rôle des femmes dans l’économie, à leur rapport au travail et à l’argent, et une édition week-end plus intimiste (sur le rapport à soi, aux autres, au corps, à l’amour…), mais elle s’enrichira ensuite de podcasts, conférences en ligne et d’événements.
 
CMI France engage le combat pour Franc-tireur
Au départ, l’idée d’un journal de combat, contre les populismes, les fièvres identitaires, les radicalités, les extrémismes est née d’une intuition de Denis Olivennes, alors président de CMI France, largement confortée par Jean-François Kahn, ancien fondateur de l’Evénement du jeudi ou de Marianne. A son départ, l’an dernier, pour Libération, « l’idée méritait d’être reprise », estime son successeur, Etienne Bertier, qui en confie le développement à un quatuor composé de Christophe Barbier, ancien directeur de la rédaction de l’Express, le philosophe Raphaël Enthoven, l’essayiste et réalisatrice Caroline Fourest et le journaliste Eric Decouty. + de détails

 
 
Une nouvelle mesure, mais des audiences radio en berne
Si Médiamétrie a modifié le thermomètre (la bonne vieille étude 126 000 radio est remplacée par EAR - étude audience radio), les audiences de la radio sont en berne, à quelques exceptions près, sur la période septembre-octobre 2021 (par rapport à la même période de 2020). Les stations dont l’audience cumulée progressent en un an se comptent sur les doigts de la main : France info, Rire & chansons, RTL2 et M radio. Europe 1 touche le fond avec 2,4 millions d’auditeurs. + de détails

 
 
L’Express reprend l’initiative autour de sa nouvelle signature Réussir ensemble
Avec une diffusion France payée en baisse de 12,15%, à 170673 exemplaires sur la période 2020-2021, l’Express reprend l’initiative via une grande campagne nationale de promotion autour de sa nouvelle signature, Réussir ensemble. Vis-à-vis de ses lecteurs, sa promesse est de « les guider dans les changements qu’ils observent, accompagner nos partenaires dans l’évolution de leur activité, leitmotiv quotidien pour les équipes interne afin de faire de l’Express une marque d’excellence ». Concrètement, la rédaction promet de publier des contenus sur-mesure pour sa communauté, notamment sur les thématiques autour du progrès de la science, de la révolution numérique, du climat, de la lutte contre le complotisme et de la transformation du monde, « en donnant la priorité à l’enquête journalistique et à l’analyse des grands penseurs de notre époque ». C’est dans cette optique que l’Express lance un think-tank pour accompagner et analyser la présidentielle 2022, avec « toujours plus de services et de rendez-vous : application, podcast, newsletters et bientôt masterclass, événements et autres projets ». Pour faire passer le message, Alain Weill a choisi de déployer, avec l’agence DeBonneville-Orlandini, une campagne de communication nationale avec un positionnement fort et assumé autour du mot « libéral ».
 
 
 

Le Monde mise sur Orange pour développer son portefeuille d’abonnés en Afrique
Le Monde a conclu un partenariat stratégique avec Orange Afrique et Moyen-Orient pour accélérer la distribution de ses abonnements sur le continent africain. « Ce partenariat stratégique croise deux moteurs de notre développement, explique Louis Dreyfus, président du directoire : la croissance très forte de notre portefeuille d’abonnés numériques (plus de 400 000 abonnés numériques à date) et notre investissement dans une couverture éditoriale renforcée de l’actualité africaine ». Pour Orange, ce partenariat permettra d’étoffer son offre de contenus numériques de qualité pour ses clients.

Pierre Chausse, directeur délégué des rédactions du Parisien
Pierre Chausse succède à Rémy Dessarts au poste de directeur délégué des rédactions du Parisien et d’Aujourd’hui en France, sous l’autorité de Jean-Michel Salvator. « Il s’agit d’un signal fort de la priorité donnée à la transformation du Parisien et à son développement numérique », précise-t-on en interne, puisque Pierre Chausse avait rejoint le journal en 2016 pour prendre en charge les développements éditoriaux sur le numérique, avant de devenir en novembre dernier directeur adjoint des rédactions, en charge des éditions numériques et des organisations.

 
 
Les tarifs publicitaires de la presse renouent avec la hausse en 2022
Après une stabilité l'an dernier, les tarifs publicitaires de la presse affichent une légère hausse en 2022. Selon le SEPM marketing et publicité, qui les a publiés sur le site Tarifspresse.com le 8 novembre, les tarifs du format de référence vont évoluer l'an prochain de 1,2% pour l'ensemble de la presse. L'évolution sera deux fois supérieure pour la presse quotidienne dans son ensemble (+2,5%), même si la hausse est limitée à 1,1% pour les quotidiens nationaux et si les quotidiens gratuits d’information jouent la carte de la stabilité, comme cette année. De son côté, la presse magazine affichent une petite hausse de 0,3%, quand la presse hebdomadaire régionale (Espace PHR) n’hésite pas à augmenter ses tarifs de 2,7%.
Tous les tarifs 2022 par titres sont disponibles sur le site Tarifspresse.com, qui permet d'accéder en consultation gratuite aux principales informations de la marque presse : concept, périmètre, chiffres clés (diffusion, audience presse et digitale), tarifs, calendrier des parutions de l'année, dates de bouclages commercial et technique et tous les contacts.

Le ROI de la télévision, en hausse, s’établit à 5,6 selon le SNPTV
La télévision reste un média incontournable sur le marché publicitaire, selon la troisième vague de l’étude ROI TV, réalisée par Ekimetrics pour le compte du Syndicat national de la publicité télévisée (SNPTV). « Malgré une année atypique, le média TV est toujours aussi dominant sur l’ensemble des critères d’efficacité ROI-contributions aux ventes-part d’investissements », souligne Thibault Labarre, partner chez Ekimetrics. Démonstration. + de détails
 
 
 
Les médias ont retrouvé au 3ème trimestre leur niveau de recettes publicitaires d’avant crise
Le marché publicitaire a réduit des deux tiers, sur les neuf premiers mois de l’année, ses pertes de 2020, selon le Baromètre unifié du marché publicitaire (Bump) publié le 9 novembre par l'Irep (l’Institut de recherches et d'études publicitaires), France pub et Kantar média. Les recettes publicitaires nettes des médias ont progressé de 17,6% par rapport à la même période de 2020, à 10,285 milliards d'euros, et de 5,1% par rapport à 2019, avant la crise sanitaire. « C’est une vraie reprise, assure Xavier Guillon, le directeur général de France pub. Les médias traditionnels devraient même rattraper avant la fin de l’année 2021 l’effet tendanciel d’avant crise. Certains, comme la télévision, seront même déjà sur l’année au-dessus de leurs recettes de 2019 ». Etat des lieux, média par média. + de détails

 
 
« Le succès d’Heroes média repose sur son exigence éditoriale »
Créé il y a un peu moins d’un an par Philippe Abreu, ex-président du groupe Paris turf, François Tauriac, ex-éditeur de TV magazine, et Vincent Ham, un spécialiste de la distribution de la presse, le groupe Heroes média s’apprête à étoffer son offre avec le lancement, dans les mois qui viennent, de deux nouveaux titres. « Nous avons pris la décision d’étoffer notre offre lifestyle, nous explique son Pdg, Philippe Abreu. Nos pôles auto et moto seront renforcés dans l’horlogerie et le bateau, deux univers très proches, qui complètent les deux nôtres dans l’art de vivre au masculin ». L’occasion de faire le point sur une petite année d’exercice. Etat des lieux. + de détails

 
 
La diffusion des quotidiens nationaux toujours en croissance en septembre
Le phénomène dure depuis plusieurs années, et ne se dément toujours pas. La diffusion France payée des quotidiens nationaux continue de croître en septembre (+5,14%) selon les déclarations déposées mensuelles de l’ACPM, à 1,41 million d’exemplaires. Ce mois-ci, c’est Libération qui affiche la plus belle progression (+19,81%, à 90 099 exemplaires), devant le Monde (+11,53%, à 447 910 exemplaires) et le Figaro (+5,34%, à 354 243 exemplaires).
 
« Les petits plats de Laurent Mariotte complète la verticale cuisine d’Uni-médias »
Dans la lignée des magazines créés depuis quelques mois autour des stars de la télévision, Uni-médias lance, le 4 novembre, les Petits plats de Laurent Mariotte, un bimestriel destiné « à tous les Français en quête d’une cuisine accessible, locale et de saison, explique l’animateur de TF1 et d’Europe 1, nommé directeur éditorial. Ce n’est pas un magazine pour faire rêver, mais pour faire la cuisine au quotidien à la maison ». « Ce n’est pas un chef, tient à nous préciser Nicole Derrien, la directrice générale du groupe, mais un passeur qui fait partager sa passion pour la cuisine et veut aider les lectrices à réussir des plats de tous les jours. Ce magazine est le seul magazine de cuisine incarné par une telle personnalité populaire ». Pour Uni-médias, les Petits plats de Laurent Mariotte complète une verticale gastronomie-cuisine qui compte déjà Régal et Bottin gourmand. Entretien. + de détails

 
 
La diffusion de la presse magazine plutôt bien orientée au 3ème trimestre
Après la presse quotidienne nationale, dont la diffusion ne cesse de progresser depuis plusieurs années, la presse magazine semble retrouver des couleurs. Sur les vingt-neuf titres qui ont communiqué à l’ACPM leurs déclarations déposées trimestrielles (DDT) pour le 3ème trimestre, la moitié affichent une évolution stable ou en progression. La plus forte hausse revient au Point avec une croissance de 16,39%, à 305 345 exemplaires, devant M le magazine du Monde (+11,57%, à 458 784 ex), Voici (+10,67%, à 220 091 ex), Télé 2 semaines (+10,48%, à 574 048 ex), TV grandes chaînes (+9,55%, à 614 599 ex), le magazine l’Equipe (+4,91%, à 217 144 ex), Télé loisirs (+4,46%, à 543 605 ex) et le Figaro magazine (+4,11%, à 378 352 ex). A l’inverse, la plus forte baisse est à l’actif de Gala (-8,39%, à 144 640 exemplaires), devant Closer (-6,70%, à 184 317 ex), le Parisien-Aujourd’hui en France week-end (-6,35%, à 217 082 ex), Auto plus (-6,13%, à 242 669 ex) et Télé Z (-5,77%, à 722 808 exemplaires).

Loopsider à l’équilibre financier cette année
Trois ans après son lancement, Loopsider sera à l'équilibre à la fin de l'année, assure Johan Hufnagel, l’un de ses cofondateurs, sur Europe 1, dans l’émission Culture médias. « On va doubler notre chiffre d'affaires par rapport à l'année 2020, on devrait dépasser les 3 millions d’euros. Ce qui en fait une entreprise de média rentable ». Le modèle économique de ce média social en ligne repose essentiellement sur la publicité et des partenariats avec des annonceurs.
 
 
 
Comment Stylist repart de l’avant
Les confinements et les nouveaux rythmes de travail engendrés par la crise sanitaire ont eu raison du Stylist hebdomadaire papier. Mais le groupe Marie Claire n’abandonne pas pour autant cette marque emblématique qui s’adresse aux femmes jeunes, actives et urbaines. Une nouvelle équipe vient d’être recrutée pour relancer l’écosystème autour d’une plateforme digitale et sociale revue et corrigée. Explications avec Pauline Arnal, nouvelle rédactrice en chef, et Gwenaëlle Thebault, directrice générale déléguée du groupe. + de détails

 
 
Deux acquisitions pour le groupe les Echos-le Parisien
Le groupe les Echos-le Parisien est entré, le 26 octobre, en négociation exclusive pour une prise de participation majoritaire dans Wansquare, société éditrice du site éponyme et de la Lettre de l’expansion. L’objectif de son président, Pierre Louette, est d’enrichir son offre éditoriale et son leadership sur le marché de l’information économique et financière, en développant des contenus exclusifs et à forte valeur ajoutée autour de modèles centrés sur l’abonnement numérique. Wansquare serait intégré à son pôle finance, constitué d’Investir, de Boursier.com et de Capital finance, tout en restant une marque indépendante. L’un de ses fondateurs, Yves de Kerdrel, continuera d’animer les rédactions de Wansquare et de la Lettre de l’expansion.

 
 Le groupe se renforce également dans le domaine de la musique classique. Après la télévision Mezzo en 2019 et la plateforme Medici.tv en 2020, il a fait, le 28 octobre, l’acquisition de 95% du capital d’EuroArts, l’un des principaux producteurs internationaux et détenteurs de droits audiovisuels dans le domaine de la musique classique (les 5% restants sont détenus par Bernd Hellthaler, le fondateur de l’entreprise. « EuroArts est un ajout essentiel dans notre stratégie d’intégration verticale, assure Pierre Louette. Désormais, sur le marché de la musique classique, nous couvrons toute la chaîne de valeur, avec des activités de production, de distribution et de diffusion ».

Les Editions Larivière se lancent sur le marché de la presse conso
Déjà positionné sur les marchés de l’auto, la moto, la chasse, le nautisme, l’aviation, l’art de vivre, l’équitation, l’informatique, la musique, et même la presse professionnelle, les Editions Larivière (40 magazines, 19 sites) explore un nouveau marché, celui de la consommation. « Kali est un magazine qui décrypte les divers enjeux de la consommation, au cœur de la préoccupation des Français, explique-t-on en interne. Ecrit par des journalistes, scientifiques, et professionnels de santé, il dénonce mais surtout apporte des solutions sur les sujets actuels de société et de consommation avec mise en avant de l’impact sanitaire, environnemental et éthique. Kali vise à vous simplifier la vie, à vous donner les clés pour démêler le vrai du faux ». La publication, créée par Christelle Pangrazzi, ancienne rédactrice en chef adjointe de 60 millions de consommateurs, et Hélène Devynck, ancienne journaliste chez LCI, sera distribuée à 100 000 exemplaires en kiosques.

 
 
La Société des droits voisins de la presse (DVP) portée sur les fonts baptismaux
L’organisme de gestion collective (OGC) destiné à négocier les droits voisins de la presse avec les géants du numérique a vu le jour officiellement mardi 26 octobre, a annoncé la Sacem qui en assurera la gestion. Baptisée la Société des droits voisins de la presse (DVP), « elle va doter l’ensemble des acteurs de la presse de l’outil collectif indispensable à la négociation, la collecte et la répartition des droit voisins des éditeurs et agences de presse », expliquent ses fondateurs. Cet organisme de collecte constitue pour ses membres, dont les contenus sont exploités jusqu’à présent sans rémunération par les plateformes en ligne, le seul moyen de faire respecter leurs droits et d'obtenir une juste rémunération de leurs investissements dans l'équité et la transparence. « La création de cet organisme de gestion collective constitue une étape décisive pour la reconnaissance effective d’un juste partage de la valeur entre les éditeurs et agence de presse et ces nouveaux acteurs du numérique qui jusqu’à présent profitaient de manière indue des contenus produits par la presse », estime son président, Jean-Marie Cavada, qui s’est beaucoup investi, en tant que député européen, dans l’adoption de la directive sur le droit d’auteur. + de détails

 
 
Deux candidats au rachat de la Provence
Les candidats au rachat des parts (89%) détenues par le groupe Bernard Tapie dans la Provence ont jusqu'au 30 novembre pour déposer leur offre, a annoncé le 26 octobre le liquidateur judiciaire du groupe de l'homme d'affaires décédé début octobre. Deux candidats ont déjà manifesté des marques d'intérêt : Xavier Niel, via sa holding personnelle NJJ, propriétaire notamment de Nice matin, et l'armateur CMA CGM. Le premier, qui détient déjà 11% du capital, l’a fait savoir lors d'un CSE extraordinaire tenu le 21 octobre, rappelant avoir signé un pacte d'actionnaires avec le groupe de Bernard Tapie. Le groupe CMA CGM, dont le siège est à Marseille et qui est présidé par Rodolphe Saadé, est aussi sur les rangs. « Notre projet a pour ambition de garantir, sur le long terme, l'ancrage territorial et l'indépendance du journal et de sa rédaction, et d'accompagner son développement au service du rayonnement du territoire provençal », a-t-il précisé.
 
 
 
Avec Yam, Au cœur des villes s’ouvre à la presse grand public
C’est par l’un de ses collaborateurs que Nelson Burton, président du groupe Au cœur des villes, a appris au printemps dernier que Yam, un magazine créé le 2 février 2011 sous l’impulsion du chef Yannick Alléno, avait fait l’objet d’une liquidation judiciaire et qu’une procédure de reprise était en cours auprès du tribunal de commerce. « L’occasion était belle de sortir de l’univers de la presse professionnelle pour explorer la presse grand public, nous explique-t-il. Un vrai challenge, tout en restant dans un secteur, la restauration, que l’on connaît bien ». Le nouveau Yam, dont la sortie est programmée le 25 novembre, s’inscrit dans la continuité du journal qui a cessé de paraître fin 2020, tout en promettant « une nouvelle approche et une nouvelle ambition ». Explications. + de détails

 
 
Les 3 priorités de NRJ global pour 2022
La simplification de l’achat en radio constitue le leitmotiv de NRJ global, la régie du groupe, pour les années à venir. « Nous devons arriver à faire gagner du temps à nos contacts », a assuré le 22 octobre sa présidente, Cécile Chambaudrie, lors de sa conférence digitale Moves to 2022. Cela passe, selon elle, par davantage de services, plus de ciblage et de performance, et plus de créativité et d’expérience. Décryptage. + de détails
 
 
 
La presse d’information générale signe un accord sur les droits voisins avec Facebook
Bérénice Lajouanie, directrice générale du pôle les Echos, l’avait laissé entendre le 12 octobre dernier lors de Médias en Seine, c’est désormais chose faite. Après le Monde et le Figaro, qui ont fait le choix de négocier individuellement, l’Alliance de la presse d’information générale a signé avec Facebook un accord relatif au droit voisin, « qui renforcera la qualité de l'information en ligne pour les internautes et les éditeurs en France, ainsi que l’investissement de Facebook dans le secteur des médias d’information », expliquent les deux signataires dans un communiqué. En mettant en œuvre les principes de la transposition française de la directive européenne sur le droit d'auteur, cet accord prévoit que Facebook obtienne et rémunère des licences pour les droits voisins, ce qui permettra aux utilisateurs de continuer à publier et à partager des contenus d'actualité de qualité sur la plateforme. Par ailleurs, cet accord donnera la possibilité aux éditeurs de l'Alliance qui le souhaitent de participer à Facebook news, l’espace dédié à l'actualité de Facebook, qui sera lancé en France en janvier prochain. « Les termes auxquels nous sommes parvenus permettront à Facebook d’appliquer la directive et la loi française, tout en générant des financements importants pour les éditeurs de l'Alliance, notamment les plus petits d’entre eux, se réjouit Pierre Louette, le président de l’Alliance et Pdg du groupe les Echos-le Parisien. Cette première étape dans la mise en œuvre concrète des droits voisins montre que la solidarité entre les éditeurs est essentielle pour défendre efficacement leurs intérêts ».

 
 
Remue-ménage à la tête de Paris match et du JDD
L’annonce, en début de semaine, du départ, dès le 22 octobre, d’Hervé Gattegno de Paris match et du JDD, dont il était directeur général des rédactions, ont suscité beaucoup d’agitation dans le microcosme parisien des médias, de nombreuses voix dénonçant la mainmise de Vincent Bolloré sur les médias du groupe Lagardère… et la volonté d’y imposer ses hommes. Finalement, c’est au retour d’anciens journaliste star du groupe auquel on assiste, avec l’arrivée de deux tandems dans les deux journaux. A Paris match, c’est Patrick Mahé, 74 ans, ancien rédacteur en chef du journal (devenu ensuite directeur de la rédaction de Télé 7 jours), qui est nommé directeur général de la rédaction. « Il pourra s’appuyer sur l’engagement et l’énergie de Caroline Mangez (promue directrice de la rédaction, NDLR), qui a su démontrer ses qualités de femme de terrain et d’action, passionnée par le news », précise le groupe dans un communiqué. Au Journal du dimanche, la direction générale de la rédaction revient à Jérôme Bellay, 79 ans, qui a dirigé le journal de 2011 à 2016, avec Cyril Petit, promu directeur de la rédaction, « déjà très engagé dans les chantiers de transformation du JDD, notamment son déploiement numérique, souligne un communiqué. Ils s'appuieront sur une rédaction expérimentée et engagée pour exploiter tout le potentiel du titre, fort des excellents résultats de 2021 ».

 
 
Damidéco, le nouveau magazine de Reworld média conçu autour de Valérie Damidot
Décidément, la vogue des magazines centrés sur un animateur TV ne s’arrête pas. Dernier exemple en date, le lancement de Damidéco, une nouvelle marque média dans l’univers de la décoration, imaginée par le groupe Reworld média autour de Valérie Damidot, l’égérie des émissions déco sur M6. « Damidéco ambitionne d’être une véritable boîte à outils inspirante et pratique pour être en phase avec son temps sur tous les sujets déco », explique le groupe dans un communiqué. La marque se dévoilera fin novembre, à travers un magazine et un site, dont la rédactrice en chef sera Valérie Damidot, qui a quitté M6 mais est présente sur le Net à travers sa chaîne Youtube. « Le lancement de Damidéco vient compléter notre portefeuille de marques à succès portées par une personnalité, souligne Stéphane Haitaian, directeur exécutif chez Reworld média. Valérie est connue et reconnue pour son expertise, sa franchise et son humour, des qualités qui seront au cœur de ce nouveau magazine original sur le marché de la presse décoration ».

 
 
Avec le Feu, Webedia imagine une nouvelle marque éditoriale culinaire
Déjà présent sur le marché des médias cuisine avec 750 g et l’Académie du goût, Webedia lance une nouvelle marque éditoriale 100% sociale. Baptisée le Feu (c’est le rush dans une brigade de restaurant ou quand les invités arrivent à la maison), cette nouvelle marque éditoriale sera incarnée par quatre chefs emblématiques (Juan Arbelaez, Julien Duboué, Noémie Honiat et Denny Imbroisi) et proposera chaque semaine des formats vidéo mêlant cuisine et divertissement, adaptés à toutes les plateformes (Instagram, Youtube, Facebook, Snapchat et TikTok). « Ce lancement est le fruit d’une volonté que nous avions de transformer notre approche du média culinaire, et de nos rencontres avec Juan, Julien, Noémie et Denny, qui portent en eux une authenticité et une vitalité contagieuses, explique Antoine Meunier, directeur général adjoint de Webedia, en charge du publishing et du marketing. En explorant les possibilités des réseaux sociaux et en travaillant de nouveaux concepts créatifs, nous souhaitons renouveler et développer différemment l’intérêt pour la cuisine ».
 
Reworld média en passe de racheter Melty group
Reworld média n’en finit pas de croître. Le groupe a annoncé, le 18 octobre, la signature d’une offre d’achat portant sur l’acquisition de 100% du capital de Meltygroup auprès des actionnaires (parmi lesquels figurent les sociétés Pléiade venture, Serena et Jaina capital) et entre en négociation exclusive. Pionnier des médias digitaux en France, Melty group est notamment l’éditeur de Melty, site d’actualité et de divertissement pour le jeune public, centré sur l’actualité et les nouvelles tendances (cinéma, TV, gaming, lifestyle, high-tech, musique…). Le groupe fédère une audience cumulée de 10 millions de visiteurs uniques par mois, dont 6 millions sur son site éponyme.

 
 
Le Monde mobilise 100 journalistes et 100 photographes pour raconter la France d’aujourd’hui
A six mois de l’élection présidentielle, le Monde mobilise sa rédaction pour prendre le pouls de la France, « loin des plateaux télévisés et des chaînes d’opinion, comme des sondages et des réseaux sociaux », explique Jérôme Fenoglio, le directeur du journal. Pour cette opération, baptisée Fragments de France, pas moins de 100 journalistes, accompagnés de 100 photographes, ont sillonné le territoire au mois de septembre 2021. « 40 000 kilomètres parcourus à la rencontre des Français pour raconter leur quotidien, leurs peurs, leurs espoirs, leurs doutes, précise-t-il. En repartant d’une page blanche, nos reporters dépeignent la France d’aujourd’hui, à travers 100 histoires. Un tableau vivant et nuancé, tendre parfois, dur souvent, loin des préjugés ». Ces 100 reportages sont publiés, depuis le 17 octobre et au fur et à mesure pendant deux semaines, sur tous les supports du Monde et dans un numéro spécial de M le magazine du Monde, ce samedi 23 octobre. Et ils sont à retrouver en intégralité dans un grand format numérique publié le 20 octobre.

 
 
Riccobono ajoute la distribution de la presse à l’impression
Riccobono imprimeurs a annoncé, hier 18 octobre, l’acquisition à 100%, auprès du groupe les Echos-le Parisien, des sociétés Proximy et Média presse. En ajoutant la distribution de la presse à l’impression, le groupe dirigé par Guillaume Riccobono élargit sa gamme de services aux éditeurs et devient un acteur encore plus incontournable du secteur. + de détails
 
« La presse quotidienne sort plus forte de ces 18 mois de crise »
La crise sanitaire n’a rien à voir avec la crise financière de 2008. Là où les médias avaient mis dix ans pour retrouver leurs recettes publicitaires d’avant, certains l’ont déjà fait. Y compris dans la presse. C’est ce qu’ont affirmé le 12 octobre les dirigeants de presse quotidienne nationale, lors de l’événement Médias en Seine. Mieux, la pandémie a tellement bouleversé les usages et les modes de consommation des médias qu’elle leur a permis de franchir un palier en matière d’audiences et de recrutement d’abonnés numériques. « Contrairement à ce qu’on craignait au moment du premier confinement, on sort plus fort de ces 18 mois de crise », ont reconnu la plupart des intervenants. Verbatim. + de détails

L’audience de la presse de plus en plus digitale
Pas de grande surprise dans la quatrième vague d’audience de l’étude One next publiée le 14 octobre par l’ACPM pour les marques de presse, avec une montée en puissance de l’audience digitale. « Les marques restent stables entre les vagues 3 et 4 de 2021, sur tous les supports, souligne l’ACPM. Les résultats des versions papier et les supports digitaux restent constants par rapport à la vague précédente. En revanche, il y a une évolution significative par rapport à la même vague de 2020, notamment avec une belle progression sur le digital ». Aujourd’hui, les lectures de la presse sur les supports digitaux représentent plus de deux tiers des lectures (69%) et le mobile confirme son statut de support le plus utilisé (47%), suivi par la version papier (31%), devant l'ordinateur (13%) et la tablette (9%). En un an, les CSP+ ont même augmenté leurs lectures sur mobile de 4 points, les femmes lectrices sur tablette et mobile de 3,9% et les hommes 15-34 ans de 1,1%.
L’analyse titre à titre n’apporte pas plus de surprise. Derrière l’agrégat PQR 66 et ses 43 millions de lecteurs, c’est le Figaro qui mène la danse (26,09 millions), devant Télé loisirs (24,1 millions), le Parisien-Aujourd’hui en France (22,7 millions), la PHR (22,7 millions), Ouest France (21,4 millions), et le Monde (21,3 millions).

 
 
Pourquoi Version femina réaffirme ses valeurs
A quelques mois de son 20ème anniversaire (le 2 avril 2022), Version femina (CMI France) se dote d’une nouvelle signature, « Unique, engagé, généreux, le féminin qui vous ressemble ». Sa directrice de la rédaction, Emmanuelle Demarest, nous explique pourquoi et nous promet des évolutions pour 2022. Verbatim. + de détails

 
 
480 points de vente presse de moins depuis le début de l’année
Le réseau de marchands de presse continue de baisser inexorablement. Selon Culture presse, il était de 20983 points de vente au 31 août, soit 480 de moins qu’au 1er janvier. « On résiste mieux que certains commerces de proximité, l’érosion ralentit, souligne son président, Daniel Panetto, mais il faut rénover notre modèle logistique et commercial ». Les ventes, malgré tout, repartent à la hausse avec un encaissement moyen des enseignes spécialistes de 1,1% sur les huit premiers mois de l’année par rapport à la même période de de 2019, grâce à la presse magazine (+5,8%), quand les encyclopédies et les quotidiens nationaux souffrent.
 
« Les héros de Bayard ont un vrai potentiel en produits dérivés »
Le groupe Bayard poursuit la stratégie de diversification de ses marques jeunesse, avec le développement de licences de droit merchandising. Un marché potentiel important, tant en France qu’à l’international, « car nous disposons, avec Mortelle Adèle, Petit ours brun, Samsam ou encore Anatole Latuile, de marques fortes et attractives en matière de produits dérivés », nous explique Emmanuelle Marie, directrice des droits internationaux à Bayard, qui a recruté une spécialiste pour l’occasion. Ancienne de France télévisions distribution, Marie-Céline Rey a pour mission de décliner les marques maison dans le jouet, la papeterie, le textile, les jeux vidéo, voire le spectacle vivant. Entretien. + de détails

 
 
Le grand jour du DAB+
Attendu depuis des années par la plupart des acteurs du monde de la radio (même si certains ont mis du temps à l’accepter), le DAB+ (la radio numérique via les ondes) va connaître, à partir d’aujourd’hui 12 octobre, un essor spectaculaire avec son déploiement national sur l’axe Paris-Lyon-Marseille. Un atout pour les quelque 25 stations qui ont obtenu l’aval du conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) et qui vont pouvoir être écoutées sans interruption sur l’ensemble du trajet routier reliant les trois villes. + de détails

Après un site, Retronews se décline aussi sur papier
Quatre ans après la création du site Retronews, qui donne accès à plus de 1500 titres de presse publiés entre 1631 et 1950, la Bibliothèque nationale de France (BNF) franchit une nouvelle étape en déclinant la marque sur papier, avec la publication de Retronews la revue, un magazine trimestriel où se côtoient histoire, littérature et journalisme. « Cela fait un an et demi que l’on travaille sur le sujet, nous explique Etienne Manchette, le responsable partenariats et contenus au sein de la BNF. L’objectif est de proposer un autre rythme de lecture et une autre manière d’appréhender les archives de presse, en donnant la parole à des universitaires qui sont souvent trop exclus du débat public ». Un projet qui a séduit les Editions Jean-Claude Lattès : « notre ambition première, c’est de faire exister ce mook, pour nourrir le débat et toucher un public qui se sente concerné, précise Mahir Guven, directeur éditorial chez JC Lattès et éditeur de Retronews. Comme j’édite des livres et que je viens de la presse, il est important pour moi de faire vivre cet objet presse ».

En savoir plus ...

Réagissez

Quelles sont vos applications presse préférées ?

Donnez-nous votre avis

Réagissez ...

Dernière minute

Comment réussir sa commercialisation digitale

A l'heure où le numérique est incontournable, pour les médias comme pour les agences et les annonceurs, les Clés de la presse organise, le 29

En savoir plus ...

A découvrir ...

Notre nouveau magazine est tout chaud, il vient de sortir

 
 
   

Un événement de 14 pages sur le paradoxe de la presse
La presse traverse, avec la crise sanitaire et la liquidation judiciaire de Presstalis, l’une des pires périodes de son histoire. Paradoxalement, les marques de presse n’ont jamais été aussi puissantes, comme le montrent les premiers chiffres de la nouvelle étude d’audience, dévoilés fin juin par l’ACPM.

Une enquête de 22 pages sur l'audio dans la presse et les médias
La presse, et les médias en général, se sont lancés dans l’aventure des podcasts. Ces nouveaux contenus, adaptés à l’écoute en mobilité et hyper-distribués sur les applications d’écoute, sont un bon moyen de séduire et fidéliser les utilisateurs.
 
Un grand entretien de 9 pages avec Eric Fottorino
Depuis 2014, année de lancement du 1, l’ex-directeur du Monde n’a eu de cesse de promouvoir un journalisme à rebours de l’immédiateté du numérique, dénué de publicité. Dans un contexte de crise post-Covid-19, il part en guerre contre un adversaire de taille, Presstalis, dont la faillite a entraîné de graves conséquences dans la distribution de la presse, mais il continue de croître dans l’innovation éditoriale. Après le 1, America et Zadig, il vient de lancer Légende.
 
La tendance du moment dans les médias
La crise de confiance pousse les médias à inviter le public dans la fabrique de l’info, avec un maître-mot : la transparence. Un challenge pour les rédactions qui innovent pour créer un lien nouveau avec leur public.
 
 
 

En savoir plus ...

Découvrez les Clés de la presse

La lettre électronique
La lettre électronique
Le magazine ...
La lettre électronique