AccueilImprimerNous contacterAjouter aux favoris

A la Une

Brut part à la conquête de nouvelles sources de revenus

Après s’être imposé sur le marché de la vidéo d’information, Brut part à la conquête de nouvelles sources de revenus, avec le recrutement de Claire Basini, une spécialiste du marketing, des médias et de l’entertainment, au poste de directrice générale adjointe en charge des nouvelles activités. « Nous sommes ravis d’accueillir Claire Basini pour accompagner notre croissance vers de nouveaux usages, explique Guillaume Lacroix, le Pdg de Brut. Brut est une communauté de créateurs engagés et Claire pourra mettre son expérience à leur service afin de les aider à s’exprimer sans limites sur tous les supports disponibles. »

 
 
Kiblind repense son magazine et son modèle économique
L'équipe de Kiblind a profité du confinement pour peaufiner la nouvelle formule de son trimestriel, où s'invitent de nouvelles rubriques et de nouvelles illustrations, dans l'esprit des magazines indépendants des années 1970. La petite agence attaque la rentrée avec plein de projets, notamment dans l'édition et le numérique, nous détaille Gabriel Viry, co-fondateur et directeur associé. + de détails

 
 
L’anthologie d’America publiée aux Etats-Unis
Eric Fottorino exporte son mook America aux Etats-Unis et au Canada, avec la publication d’une anthologie baptisée Anthology of France and the United states. Editée par les éditions Grove atlantic, ce recueil de textes (320 pages, 16 dollars) a été réalisé par François Busnel et vise à célébrer « la relation unique et complexes entre ces deux pays». Au sommaire, des écrits inédits outre-Atlantique de grands écrivains américains tels que McCann, Laura Kasischke, Louise Erdrich ou Richard Powers, mais aussi d’écrivains français comme Leïla Slimani, Joël Dicker, Alice Zeniter, Philippe Claudel, Alain Mabanckou ou Marie Darrieussecq. En moyenne, le trimestriel consacré au pays de l’Oncle Sam s’écoule entre 35 000 et 40 000 exemplaires.

 
 
Voxe.org mise sur l’empowerment féminin
Directrice de la start-up de civictech Voxe, Léonore de Roquefeuil était l'invitée, le 18 septembre, de la leçon inaugurale de l'école de journalisme de Sciences po. L'occasion pour la jeune patronne de raconter l'histoire de ce média engagé et citoyen, son nouveau modèle éditorial et ses ambitions auprès de son public. + de détails

Opération transparence dans la presse
Une soixantaine de journaux, émanant d’une trentaine d’éditeurs, se sont engagés, le 17 septembre, dans une charte à fournir à leurs lecteurs une traçabilité sur les informations qu'ils publient, en les attribuant clairement lorsqu'elles ont été révélées par d'autres médias. Elaboré par l'Alliance de la presse d'information générale, ce texte engage ses signataires à sourcer « explicitement » les infos exclusives d'autres médias qu'ils reprennent. Sur leurs sites, les adhérents doivent inclure des liens externes renvoyant vers les médias à l'origine de ces scoops et révélations. Ils devront en outre communiquer en interne sur ces engagements et se coordonner pour signaler les éventuels manquements. Selon la charte, ces engagements ne sont pas limités à l'information originelle et s'appliquent aussi à toute reprise et enrichissement d'information, qui ont un caractère exclusif.

Un nouveau chef chez Gault & Millau France
Vingt mois après son rachat de 100% du capital du groupe Gault & Millau, GM holding annonce l’arrivée d’un nouveau directeur général pour la France. Ancien du groupe Alain Ducasse, Zakari Benkhadra a aussi créé en 2018 l’Institut culinaire de France. Chez Gault & Millau, il a pour mission de « réinventer et enrichir l’offre, inspirer et nourrir tous les acteurs des marchés du food et de l’hospitality, et de créer des rendez-vous fédérateurs, conviviaux, inspirants, prospectifs, désirables et créateurs de richesses », explique le groupe dans un communiqué.

« Point de vue a perdu 3 millions dans la bataille avec Presstalis »
La crise du Covid-19, couplée à la liquidation judiciaire de Presstalis, a sérieusement entamé les recettes de Point de vue, dont la direction a fait appel aux lecteurs pour recruter de nouveaux abonnés afin de sortir la tête de l'eau. Nouveau paywall, lancement vidéo, maquette modernisée… malgré les difficultés financières, les projets ne manquent pas pour rythmer la rentrée, nous détaille Adélaïde de Clermont-Tonnerre, directrice de la rédaction et de la publication. Entretien. + de détails

 
 
Les atouts de One next influence, l’étude des cibles du pouvoir
L’ACPM s’intéresse aux « cibles d’influence, du pouvoir et des hauts revenus de France » avec une nouvelle mesure baptisée One next influence. Cette étude cible les cadres dirigeants et les foyers à hauts revenus, une frange de la population dont la consommation et l’influence sont essentielles pour les marques, notamment celles du luxe. « Cette cible représente 9,2 millions de personnes, soit 17,5 % de la population, et 160 milliards d’euros disponibles pour leur consommation », détaille Stéphane Bodier, le directeur général de l'ACPM. + de détails

Le marché publicitaire, plombé par la crise sanitaire, retourne à son niveau de 1999
Le bilan publicitaire du premier semestre, établi par le Bump, est sans appel, avec un recul de 22% de l’ensemble du marché, et même de 30% pour les médias historiques. La perte atteint 1,5 milliard d’euros. Et il faudra du temps pour retrouver les niveaux d’avant la crise. Décryptage. + de détails

 
 
Les chantiers de Stylist sur le numérique
Après une période de plusieurs mois de disette, Stylist a fait son grand retour dans les rues des grandes villes. L’un des enjeux de cette nouvelle année sera de renforcer le dispositif numérique pour parvenir à générer des revenus, nous explique son éditeur, Guillaume Beauquesne. « Notre objectif est de reformuler tout l’écosystème en vue d’une meilleure monétisation, en créant plus de passerelles entre le print et le digital, ajoute-t-il. On planche sur des projets depuis mars, dont la refonte de la newsletter, en incluant des newsletters pour des partenaires. On réfléchit aussi à un format de stories sur-mesure sur Instagram avec des annonceurs. »
Le compte totalise plus de 100 000 abonnés, un relais pour développer de nouveaux formats de drive-to-e-shop. « On regarde le business model de TikTok mais c’est assez limité en termes de revenus », poursuit Guillaume Beauquesne. D’ici début 2021, un nouveau site doit voir le jour, « une sorte de hub à la croisée des chemins », qui rassemblerait à la fois les contenus du magazine mais aussi du content commerce, de la programmatique et des opérations spéciales. A l'heure actuelle, le site est une simple vitrine pour consulter des archives de Stylist, trouver le dernier numéro ou s'abonner à la List.

LVMH prêt à investir dans le groupe de presse de Claude Perdriel
Après Renault, qui avait acquis il y a quelques années 40% de son capital, avant de jeter l’éponge suite au départ de Carlos Ghosn, c’est LVMH qui pourrait entrer l’an prochain dans le capital du groupe de presse de Claude Perdriel, l’éditeur de Challenges, Sciences & avenir, la Recherche, Histoire et Historia. C’est ce qu’a annoncé le fondateur du Nouvel obs à ses troupes lors d’un séminaire éditorial. Là encore, il ne s’agirait pas d’une cession pure et simple, car LVMH aurait émis l’intention d’acquérir 40% de ce groupe, avec un droit de priorité pour le rachat du solde si Claude Perdriel, 93 ans, décidait de céder le contrôle. Pour LVMH, une telle acquisition ferait sens puisque Challenges renforcerait bien son offre de presse économique, avec les Echos, Investir, Boursier.com ou Radio classique.

 
 
Reworld média lance un nouveau quinzomadaire TV
Un nouveau titre vient gonfler les rangs (déjà bien garnis) des magazines TV. Sous l'impulsion de Reworld média, TV14 ambitionne d'apporter un regard clair et sélectif sur les programmes de télévision, avec un quinzomadaire lisible et une police agrandie, en kiosques le 14 septembre. Pour rappel, le groupe édite déjà Télé star, Télé magazine et Télé poche. En se lançant sur le créneau des quinzomadaires, TV14 vient affronter Télé 15 jours, TV grandes chaînes et Télé 2 semaines. « Ça nous paraissait important d'être présents sur le créneau des quinzomadaires, cette parution n'est pas concurrentielle des autres types, nous explique Linda Bouras, rédactrice en chef. La spécificité de ce nouveau titre, c'est son prix : à 70 centimes par semaine, c'est le quinzomadaire le moins cher du marché. » Par souci de différenciation, TV14 se concentre sur un contenu très télé et séries, moins people, histoire de ne pas marcher sur les plates-bandes de Télé star. Le sommaire accordera également de la place à la cuisine, à la santé et aux jeux. « Nous ne ferons pas d'articles sur Meghan et Harry, à moins qu'un documentaire ne leur soit consacré », cite-t-elle en exemple. Tiré à 150 000 exemplaires, le magazine (116 pages) existera uniquement sous sa forme imprimée, la création d'un site n'est pas à l'ordre du jour. Son modèle économique est classiquement réparti entre la diffusion et la publicité. D'après Linda Bouras, « le premier numéro est un test grandeur nature pour voir comment les lecteurs réagissent ». Le numéro 2 est déjà prévu. « Il y a de la place, la presse TV n'est pas morte, il reste de nouveaux lecteurs à conquérir », estime Linda Bouras, qui précise que la production a été réalisée exclusivement avec la rédaction en interne et non par une agence de contenus, contrairement à d'autres titres du groupe.

 
 
La diffusion de la presse résiste encore grâce au numérique, selon l’ACPM
Selon l’ACPM, la diffusion de la presse continue de s’éroder sur la période 2019-2020, avec un recul de 2,5% sur la période, malgré une croissance de 25,6% des versions numériques. La presse quotidienne nationale demeure la seule famille à afficher une croissance de sa diffusion (+3,1%), quand toutes les autres sont à la baisse, mais dans des proportions un peu moindres que sur l’ensemble de l’année 2019. Décryptage. + de détails
 
« L’investigation numérique est un produit d’appel fort de l’AFP »
L’AFP étend son réseau de vérification en installant de nouvelles cellules à Berlin et Vienne, ce qui porte à 80 le nombre de pays où l’agence traque les fausses informations. Toujours en partenariat avec Facebook, ce modèle d’investigation numérique est non seulement indispensable à toute agence moderne, mais aussi vecteur de revenus, nous explique Grégoire Lemarchand, directeur des réseaux sociaux et du fact-checking de l’AFP. Entretien. + de détails

 
 
Les priorités d’Altice média pour la rentrée
Dans un contexte social tendu, la direction d’Altice média a annoncé ses nouveautés et ses chantiers de développement lors d’une conférence de presse virtuelle. Au programme : plus de convergence radio-télé, plus de numérique et plus de flexibilité. Explications. + de détails

 
 
Prisma média et le groupe M6 lancent une plateforme commune de podcasts
Une nouvelle application est désormais disponible pour les amateurs de podcasts. Conçue par Prisma média et le groupe M6 (deux cousins qui ont le même actionnaire de tête), Audio now rassemble une centaine de programmes natifs français issus des catalogues des deux co-fondateurs et d’éditeurs partenaires, dont 20 minutes, Bababam et Binge audio. Les épisodes sont classés par catégorie (thématique, moment de vie et durée d’écoute), grâce à une navigation « intuitive » et des recommandations éditoriales. Ainsi, la plateforme veut permettre aux éditeurs de maîtriser la circulation de leur contenu et de mieux connaitre leur audience. « Si le futur passe par la voix, tout l’enjeu du développement de l’audio digital passe par la découvrabilité de podcasts de qualité, réagit Gwendoline Michaelis, chief audio officer de Prisma média. Nos marques média et notre savoir-faire éditorial et technique vont permettre aux Français de profiter pleinement de ce nouveau format à travers une plateforme pensée pour les accompagner dans cette découverte ».

 
 
La SVOD distance la pay TV, d’après une étude NPA conseil
Netflix, Prime video, Disney+… Les nouveaux services de SVOD commercialisent leurs offres en direct, les accords avec les distributeurs traditionnels deviennent de moins en moins systématiques, dévoile NPA conseil dans une étude consacrée à la France de l’OTT avec Harris interactive. Décryptage. + de détails

Pays, nouvelle revue des territoires
KissKissBankBank accueille un nouveau projet de magazine sur sa plateforme : à chaque nouveau numéro, la revue semestrielle Pays se plonge dans un nouveau territoire unique, à grands renforts de reportages et de photojournalisme, sans publicité. Porté par la journaliste Manon Boquen, ce magazine de 160 pages format carré propose une ligne éditoriale du temps long, qui identifie au niveau local des problématiques et déniche des solutions. L’objectif est de construire une rédaction, avec des reporters et des photographes, afin d’animer une communauté de lecteurs en ligne et hors ligne, par le biais de rencontres, de rendez-vous et d’un espace de discussion permanent réservé aux abonnés. Pour son premier numéro, l’équipe s’est intéressée à Saint-Malo et ses alentours, entre tourisme de masse, désertification du centre historique, conservatisme et agroalimentaire. Il reste un peu plus d’un mois pour atteindre l’objectif de 300 préventes nécessaires au lancement du premier numéro, qui s’élève déjà à 50 %.

 
 
 
Un nouveau site pour le Généraliste
Spécialiste de la presse médicale, le Généraliste modernise son site Internet pour le rendre plus rapide, design et agréable à lire. Les grands dossiers sont plus facilement accessibles et de nouvelles rubriques voient le jour (e-santé, Vos patients), ainsi qu’un espace dédié aux jeunes médecins. La nouvelle formule s’applique également aux newsletters, « plus modernes et plus claires ». Objectif : permettre une expérience utilisateur pour tous les usages, que ce soit sur tablette, smartphone ou ordinateur et d’apporter, en temps réel, toute l’information professionnelle et médicale indispensable à l’exercice quotidien des généralistes. Le site actuel revendique une audience de 149 000 visiteurs et 460 000 pages vues chaque mois.
 
Une nouvelle équipe pour le 2ème mandat de Delphine Ernotte
Delphine Ernotte se dote d’une nouvelle équipe pour son second mandat à la tête de France télévisions. Takis Candilis, qui a annoncé son départ, est remplacé par Stéphane Sitbon-Gomez à la direction des programmes et des antennes, et Bruno Loutrel lui succède comme directeur de cabinet de la présidente. De son côté, Laurent Guimier, directeur de la chaîne France info, devient directeur de l’information du groupe. Laurence Mayerfeld est nommée directrice des ressources humaines et de l'organisation , Yannick Letranchant directeur des opérations spéciales de l'information et des antennes, Marianne Siproudhis directrice du marketing et de la communication (tout en restant directrice générale de la régie), Arnaud Lesaunier Pdg de France télévisions studio et de France télévisions distribution, Juliette Rosset-Cailler directrice de la stratégie et du pilotage de la transformation, et Muriel Attal directrice de la communication corporate.

 
 
Succès de vente pour le dernier numéro de Charlie hebdo
Le dernier numéro de Charlie hebdo, dans lequel ont été publiés de nouveau les caricatures du prophète Mahomet, a été épuisé dès le premier jour, malgré un tirage de 200 000 exemplaires, trois fois supérieur à d’habitude, et a fait l’objet d’une réimpression. « 200 000 exemplaires sont en cours de réimpression et seront disponibles dès samedi », précisait-on à la direction du journal dès le 4 septembre. Le dessinateur Juin s'est félicité de ce succès. Pour lui, « ça montre qu'on est soutenus, que la liberté d'expression, la laïcité, le droit au blasphème ne sont pas des valeurs obsolètes et qu'elles sont soutenues par les Français qui ont choisi d'acheter ce numéro ».

 
 
Sud radio décline On parle immo en format print
Sud radio développe l’écosystème de son émission On parle immo avec le lancement d’un magazine mensuel gratuit, distribué dans 52 villes en France et 24 éditions en Ile-de-France. Ce titre de 32 pages pages se positionne sur le sujet généraliste de l’immobilier au sens large et des mutations de la société et du travail post-Covid. La stratégie consiste à structurer le chemin de fer sur un socle commun, puis décliner le magazine en éditions locales, pour coller à l’actualité des événements et aux spécificités régionales. Au sommaire : des chroniques, interviews, portraits et dossiers adaptés des rendez-vous de l'antenne. « Nous ferons appel à des régies locales, en fonction des éditions, nous expliqueValérie Bourdais, directrice de la marque, qui travaille en collaboration avec l’animateur-producteur de l’émission, Marc Ezrati. L’idée est également d’être présents dans les cahiers spéciaux des titres nationaux, en finances et économie mais aussi en déco, en mise en valeur de la maison, ou encore en niches du logement (moulins, péniches…). » + de détails

« La relance passe par l’investissement publicitaire dans les médias »
Du 5 au 9 octobre, l’Udecam organise ses traditionnelles Rencontres, marquées cette année par une crise majeure dans le secteur de la communication et des médias post-pandémie. Pour cette 14e édition, le dispositif prévoit une série de rendez-vous au sein des locaux de médias, sous forme de débats filmés où il sera question de responsabilité des marques, d’innovation dans le recrutement et de transformation des modèles, nous explique Gautier Picquet, le président de l’Udecam. Entretien. + de détails

 
 
Un nouveau modèle économique pour la Tribune
Petite révolution dans la presse économique et financière : la Tribune met un terme à ses parutions hebdomadaires au profit d’un nouveau dispositif fortement digitalisé, où le numérique devient la norme et le papier l’exception. « L’hebdomadaire va se transformer en mensuel, car un hebdomadaire d’actualité n’est plus pertinent dans l’époque que nous vivons, déclare son président, Jean-Christophe Tortora. Si nous ne voulons pas subir un modèle en décroissance, il faut nous adapter aux nouveaux usages et nouvelles temporalités. » Cette stratégie de rupture, présentée lors d’un point presse virtuel le 3 septembre, vise à doubler le nombre d’abonnés numériques dans les prochains mois, soit 10 000 abonnés supplémentaires. Dans le détail, la Tribune se déploie désormais dans un format de revue baptisée T, de 130 pages (9,90 euros) consacrées aux transformations de l’économie et de la société. « Les anciennes et nouvelles générations n’ont plus envie de jeter du papier, elles ont en revanche envie de conserver un objet de presse qui leur donne à réfléchir », indique Valérie Abrial, directrice éditoriale. Côté numérique, les abonnés ont accès à un site enrichi en datas, infographies et analyses sectorielles (transition écologique, finance...), dans un environnement personnalisé, grâce à un réseau de 16 hubs territoriaux. Une nouvelle rédaction va s’installer d'ici fin 2020, début 2021 à Nice, pour poursuivre le travail de décentralisation opéré depuis 2012. + de détails

 
 
Libération tourne une page de son histoire avec inquiétude
Les salariés de Libération sont inquiets et l’ont fait savoir à leurs lecteurs avec une double page publiée dans l’édition du quotidien du 3 septembre. L’objet de leur crainte : le transfert, ce même 3 septembre, de Libération du groupe Altice vers un Fonds de dotation pour une presse indépendante. S’ils applaudissent des deux mains ce changement d’actionnaire, les salariés se disent « particulièrement préoccupés par la faiblesse des engagements financiers annoncés par Altice ». En clair, la somme que prévoit d’apporter Altice pour pérenniser la société (13 à 15 millions) est inférieure aux besoins de financement jusqu'en 2023 estimés par le nouveau directeur général, Denis Olivennes (17,4 millions), « eux-mêmes sous-évalués par rapport aux besoins réels de Libération », déplorent-ils, en demandant le double. « Les élus du personnel entendent poursuivre les discussions avec la volonté ferme de renforcer l’indépendance de la rédaction et sa participation à la gouvernance du journal, précisent-ils dans les colonnes de Libération. Nous l’avons dit il y a trois mois et demi : le transfert à un fonds de dotation peut être une opportunité et une chance. A condition que les garanties que nous demandons nous soient accordées. Il en va de l’avenir de Libé ».

Milan presse lance un nouveau magazine pour les tout-petits
L'éditeur de Wapiti et Geo ado accompagne la rentrée des familles avec de nouveaux numéros de ses magazines ludo-éducatifs. Malgré la fermeture des écoles, la maison d'édition a su maintenir sa diffusion abonnée, grâce à une boutique en ligne performante. Décryptage avec Marie-Anne Denis, directrice générale. + de détails
 
Ce qu’il faut retenir du plan de relance de la filière presse
Les ministères de la Culture et de l’Economie et des Finances ont annoncé, tard dans la nuit du 27 au 28 août, après une rencontre à l’Elysée entre Emmanuel Macron et les éditeurs de presse membres de l’Alliance de la presse d’information générale, la mise en place d’un plan de relance pour la filière presse, qui sera doté de 377 millions d’euros pour les deux ans à venir. Une enveloppe qui s’ajoute aux 106 millions déjà débloqués par le gouvernement pour la poursuite de l’activité de Presstalis (76 millions) et pour aider en urgence les acteurs les plus fragiles du secteur : 30 millions attribués en juillet aux les marchands de journaux (19 millions), aux éditeurs d’information politique et générale (8 millions) et aux titres IPG d’outre-mer (3 millions). Décryptage. + de détails

Pourquoi Influencia lance un média participatif
La revue Influencia, spécialisée dans l'analyse des tendances et de l'innovation dans la communication, mise sur le développement « for good », avec le lancement d’une newsletter soutenue par un site Internet et des projets de diversification, dans la formation et l’événementiel. L'idée est de proposer un contenu d'analyse, de prospective, d'initiatives et d'entretiens, sur les thèmes de la transformation sociale et écologique des entreprises, nous détaille sa fondatrice, Isabelle Musnik. Entretien. + de détails

 
 
Encore une déclinaison de Saveurs chez Burda bleu
Burda bleu décline la marque Simplissime avec le lancement d’un magazine à paraître tous les deux mois, baptisé Saveurs simplissme (3,95 euros). Le livre de recettes à succès, censé proposer « les recettes le plus simples du monde », s’est écoulé à plus de 2 millions d’exemplaires. Ce partenariat entre les éditions Hachette et Burda bleu donne naissance à un bimestriel consacré au fait-maison rapide et bon, « pour manger sainement et gagner du temps ». La maquette reprend les codes des livres avec des recettes faciles et accessibles, illustrées, au temps de préparation court. Le sommaire s’articule entre des listes de courses, avec des éclairages sur les produits de saison, des recettes de cuisine et des dossiers sur des tendances culinaires, des astuces de chefs et des secrets pour réussir ses desserts et pâtisseries. Ce nouveau titre, tiré à 120 000 exemplaires, vient renforcer l’écosystème des magazines Saveurs, déjà constitué de Saveurs, Saveurs Thermomix et Saveurs green.
 
 
 
Pourquoi Philosophie magazine accélère sur le numérique
Philosophie magazine réinvente son modèle éditorial avec le lancement d'une offre d'abonnement numérique qui doit permettre à la rédaction de davantage coller au tempo de l'actualité. Objectif : décrypter les événements par le prisme de la philosophie, grâce à un fil d'actualité, nous explique Fabrice Gerschel, fondateur et directeur de la publication de Philosophie magazine. Entretien. + de détails

 
 
 
Les audiences des marques de presse en forte progression, selon l’ACPM
Deux mois après la publication des résultats de sa toute nouvelle étude d’audience de la presse (One next), l’ACPM publie déjà la deuxième vague de l’année (il y en aura quatre par an à partir de 2021). Avec 51,4 millions de lecteurs chaque mois, l’étude confirme la puissance des marques de presse et la progression de leurs audiences. « Depuis la précédente publication, les marques de presse ont vu leur audience progresser de 18%, souligne l’ACPM dans son communiqué. Les audiences print 30 jours sont en moyenne en hausse de 1,2% et les audiences Internet 30 jours progressent de 28% par rapport aux résultats précédents ». Désormais, les lectures de la presse en numérique représentent plus de deux tiers des lectures des marques de presse (70%). Le mobile est le support le plus utilisé (45%), suivi par la version papier (30%), devant l'ordinateur (18%) et la tablette (8%).

Livres hebdo abandonne son rythme hebdomadaire
Livres hebdo, la bible des libraires, ne paraît plus dans son format imprimé chaque semaine. Le titre B2B a parachevé un projet mûri depuis plus d’un an : la création d’une plateforme numérique d’information couplée à un mensuel de 180 pages et à des numéros spéciaux calqués sur le tempo des événements littéraires (rentrées BD et jeunesse, salon du livre de Montreuil...). « Un rendez-vous papier interviendra tous les quinze jours », nous indique Anne-Laure Walter, rédactrice en chef adjointe de Livres hebdo. Cette bascule numérique a été assortie, en décembre dernier, d’un plan social taillant en deux les effectifs de la rédaction. Deux postes ont été créés pour renforcer l’équipe Web, dont un data-journaliste. + de détails

 
 
Prisma relance Flow avec une nouvelle formule
Comme nous l’avions annoncé dans les Clés de la presse du 16 juin, Prisma média profite de l’été pour moderniser ses magazines féminins. C’est le cas de Flow, qui propose dans son dernier numéro paru hier 27 août une nouvelle formule plus ancrée dans la société, « dans la vie réelle des lectrices », nous expliquait alors Pascale Socquet, directrice exécutive du pôle féminin du groupe. Au sommaire du bimestriel, notamment, de nouvelles rubriques et rendez-vous, comme le DIY littéraire, pour se mettre à l'art de l'écriture, ou encore Mindfulness, en partenariat avec Petit Bambou. Prisma espère ainsi enrayer la forte baisse de sa diffusion France payée (-20,63% en 2019), à 58 662 exemplaires.
 
 
 
Les principaux dossiers et chantiers de la rentrée média
Après un premier semestre catastrophique pour la presse et les médias, marqué par la crise sanitaire et la liquidation judiciaire de Presstalis et de ses filiales de distribution en région, la rentrée s’annonce plus cruciale que d’habitude. Sans reprise rapide de l’activité, la situation pourrait devenir très vite insoluble pour de nombreux acteurs du marché. Il faudra donc scruter de près l’évolution du marché publicitaire et du système de distribution de la presse. Quoi qu’il arrive, la rentrée sociale sera agitée, notamment chez NextRadioTV, l’Equipe, Radio France, Webedia ou le Parisien. Les repreneurs de Paris turf, Paris normandie, France Antilles, voire du Quotidien de la Réunion ou de la Marseillaise, sont également attendus avec impatience. Sur le plan institutionnel, il faudra aussi s’intéresser aux chantiers de Roselyne Bachelot (au gouvernement) et de Delphine Ernotte (à France télévisions). Mais la rentrée sera aussi marquée, heureusement, par le lancement de nombreuses innovations et un agenda d’autant plus riche que le deuxième trimestre a enregistré un record d’annulations ou de reports d’événements. Etat des lieux. + de détails

 
 
Guerre de tranchées pour le contrôle du groupe Lagardère
Dans la guerre qui oppose depuis plusieurs mois les actionnaires du groupe Lagardère pour la prise de contrôle de la société, l’été aura permis de mieux comprendre les alliances. D’un côté, les groupes Vivendi (monté à 23,5% des parts) et Amber capital (20%) ont annoncé la signature d'un pacte en vue d'obtenir au conseil de surveillance une représentation minoritaire, (de trois membres pour Amber capital et d’un membre pour Vivendi). De l’autre, Arnaud Lagardère peut s’appuyer sur la famille Bolloré, à qui il s’apprête à céder 27% des parts de sa holding personnelle (Lagardère capital & management), qui porte sa participation (7,26 %) au sein du groupe Lagardère et possède Arjil commanditée, la société qui contrôle le pouvoir de la commandite et porte la dette de 168 millions d'euros contractée par Arnaud Lagardère personnellement. Devant l’urgence de la situation, Arnaud Lagardère a anticipé de quelques mois la prolongation de son mandat de président de la commandite (qui devait intervenir au printemps prochain) pour le faire renouveler, dès le 17 août, pour une durée de quatre ans par son conseil d’administration. Mais ses opposants n’ont pas baissé leurs armes et les semaines qui viennent devraient permettre de mieux mesurer le rapport de force entre les deux parties… et comment se positionnent les deux autres actionnaires de poids : la CDC (5% du capital) et le Qatar (12% du capital). Amber capital et Vivendi ont en effet demandé officiellement l’organisation, avant fin octobre, d’une assemblée générale.
 
 
 
Ce qu’il faut retenir de l’actualité média de l’été
Entre le lancement de Gala royal, le carton estival de Society, la publication des décrets d’assouplissement de la publicité TV ou de soutien financier des marchands de presse, la montée en puissance de Cafeyn, la création d’un Salto de l’audio, le maintien de France 4, les initiatives de Vogue, Gulli, Louie média ou Facebook, les nouvelles offres commerciales des régies TV, sans oublier la publication d’études sur les nouveaux usages numériques, l’été a été riche en actualités dans le monde de la presse et des médias. C’est pourquoi la rédaction des Clés de la presse vous a concocté un petit digest de 7 pages pour vous remettre dans le bain pour la rentrée. Et nous avons choisi de le proposer gratuitement à tous. Bonne rentrée à vous. + de détails
 
Le grand lancement de Téléfoot attendu le 21 août
Il aura fallu attendre les toutes dernières semaines pour savoir comment Mediapro, qui avait créé la surprise il y a deux ans en raflant 80 % des droits TV la Ligue 1 et de la Ligue 2 pour 800 millions d’euros par an, allait lancer sa chaîne 100% foot en France. Ce sera finalement sous le nom de Téléfoot, suite à un accord de marque avec TF1 et dès le 21 août, date de lancement de la Ligue 1. Pour son arrivée en France, le groupe espagnol à capitaux chinois a choisi de multiplier les partenariats pour assurer sa distribution, avec SFR, Bouygues Telecom, Netflix et même Apple, comme l’a révélé son président, James Roures, lors de la conférence de presse de lancement le 18 août. Mediapro a aussi conclu le 27 juillet avec Altice, maison-mère de SFR, un accord portant sur l’acquisition de ses droits UEFA, ce qui signifie que les rencontres en compétitions européennes seront co-diffusées sur RMC sport et Téléfoot.
Reste maintenant à séduire le grand public, avec trois formules d’abonnement : l’une à 14,90 euros pour la Ligue 1 et la Ligue 2 sur les mobiles (smartphones et tablettes) ; une autre à 25,90 euros pour 12 mois ou 29,90 euros sans engagement pour tous les contenus de la chaîne sur l’appareil de son choix ; enfin une dernière à 29,90 euros avec un engagement d’un an, permettant de regarder Téléfoot et Netflix.
 
 
 
Une vague d'audience radio très particulière
Médiamétrie a livré le 23 juillet sa traditionnelle vague d’audience des radios. Le confinement a eu un impact non négligeable sur les audiences globales du média, en chute de 2 millions d’auditeurs, soit 40,1 millions de personnes. Média de la mobilité par excellence, la radio a souffert du télétravail (un tiers de l’écoute s’effectue sur le trajet domicile-travail) et des nouvelles habitudes quotidiennes des Français (levers plus tardifs notamment). Ces données ne devraient d’ailleurs pas être utilisées par les régies et le marché publicitaire, tant elles ont été récoltées dans des conditions exceptionnelles (panel amputé d’un tiers, fermetures temporaires des centres d’appels, reprises des interviews au basculement des grilles d’été…). Les comparaisons par rapport à la même période un an plus tôt ne sont donc pas particulièrement pertinentes. + de détails
 
 
 
Le Figaro teste la vente du Fig mag à l’unité
Le groupe Figaro profite de l’été pour tester la vente du Figaro magazine seul, en dehors du pack week-end. « Nous souhaitons savoir si le Figaro magazine seul peut recruter une clientèle supplémentaire en semaine proche de l’univers des news, avec la périodicité d’un hebdomadaire », explique le service diffusion dans un message adressé aux marchands de presse. Depuis le 13 juillet, le Figaro magazine semaine paraît du lundi au lundi au prix de 3,90 euros. Le produit est le même que le Figaro magazine du pack week-end du samedi précédent, mais adoptera un titre différent, celui de Figaro magazine hebdo.

 
 
Web renforcé, passage au mensuel... comment l'Usine nouvelle évolue
Infopro digital attaque l'été avec un plan de développement de son titre l'Usine nouvelle, dont les contours précis seront dévoilés aux lecteurs et partenaires dans le courant du deuxième semestre. Selon Stratégies, l'annonce du projet a été faite aux salariés en CSE ce 9 juillet. L'idée est de basculer l'édition hebdomadaire actuelle en un format mensuel, avec une pagination augmentée et un contenu plus riche, et de renforcer le site par le biais de la personnalisation notamment, nous explique Isabelle André, directrice générale déléguée en charge des médias et des salons du groupe. « La particularité d’Usine nouvelle est d’être le plus généraliste de nos titres, la personnalisation est donc un point majeur si l'on veut trouver des infos-clés par secteur ou profil, ajoute-t-elle. L’idée n'est pas juste de faire de l'audience mais de réussir à aller en profondeur dans chacune des industries, grâce au numérique. Notre offre de contenus doit être un outil de travail pour les décideurs. » + de détails

Pourquoi Usbek & Rica se retire des kiosques
Le trimestriel Usbek & Rica a annoncé la nouvelle sur son site : le magazine qui explore le futur ne sera plus distribué dans les points de vente, mais uniquement par abonnement. La raison est en premier lieu écologique, afin de mettre un terme à la destruction des invendus (60 % du tirage), nous explique Jérôme Ruskin, fondateur et directeur de la publication, qui se donne pour objectif de vendre chaque exemplaire produit. « Cela fait plusieurs années que l’on met l’entreprise en cohérence avec nos discours et nos enjeux technologiques et écologiques, poursuit-il. On a regardé comment nous pouvions améliorer notre empreinte carbone. Le magazine étant notre produit phare, il est devenu logique de réduire les stocks. » A l’heure actuelle, Usbek & Rica s’écoule en moyenne à 13/15 000 exemplaires tous les trois mois et est envoyé à 3 000 abonnés. La marche semble encore haute pour compenser la perte des revenus liés aux ventes au numéro. « Je crois aux décisions radicales, assume Jérôme Ruskin. On se couche sur 10 000 exemplaires mais dans un contexte sociétal où il y a beaucoup de bruit, il faut être clair et décider de manière ferme et définitive. » La crise de Presstalis n’a eu aucun impact sur la décision finale, précise-t-il, car celle-ci est « temporaire » alors que « notre choix est un choix de long terme ». + de détails

 
 
Top santé part à l’offensive sur tous les supports
Reworld média accélère le développement de son magazine Top santé avec une stratégie multicanale et une mission éditoriale approfondie. Ce dispositif, déployé pendant l’été et à la rentrée, comprend le lancement en juillet de nouveaux podcasts, les Bébés du déconfinement, et d’une chaîne de télévision, Top santé TV, consacrée à des conseils de santé et de bien-être et proposée aux opérateurs (SFR, Free, Orange…). Au programme : des chroniques, reportages et documentaires dédiés à l’actualité et aux explications médicales, soit une vingtaine d’émissions. + de détails

En savoir plus ...

Réagissez

Quelles sont vos applications presse préférées ?

Donnez-nous votre avis

Réagissez ...

Dernière minute

Comment réussir sa commercialisation digitale

A l'heure où le numérique est incontournable, pour les médias comme pour les agences et les annonceurs, les Clés de la presse organise, le 29

En savoir plus ...

A découvrir ...

Notre nouveau magazine est tout chaud, il vient de sortir

 
 
   

Un événement de 14 pages sur le paradoxe de la presse
La presse traverse, avec la crise sanitaire et la liquidation judiciaire de Presstalis, l’une des pires périodes de son histoire. Paradoxalement, les marques de presse n’ont jamais été aussi puissantes, comme le montrent les premiers chiffres de la nouvelle étude d’audience, dévoilés fin juin par l’ACPM.

Une enquête de 22 pages sur l'audio dans la presse et les médias
La presse, et les médias en général, se sont lancés dans l’aventure des podcasts. Ces nouveaux contenus, adaptés à l’écoute en mobilité et hyper-distribués sur les applications d’écoute, sont un bon moyen de séduire et fidéliser les utilisateurs.
 
Un grand entretien de 9 pages avec Eric Fottorino
Depuis 2014, année de lancement du 1, l’ex-directeur du Monde n’a eu de cesse de promouvoir un journalisme à rebours de l’immédiateté du numérique, dénué de publicité. Dans un contexte de crise post-Covid-19, il part en guerre contre un adversaire de taille, Presstalis, dont la faillite a entraîné de graves conséquences dans la distribution de la presse, mais il continue de croître dans l’innovation éditoriale. Après le 1, America et Zadig, il vient de lancer Légende.
 
La tendance du moment dans les médias
La crise de confiance pousse les médias à inviter le public dans la fabrique de l’info, avec un maître-mot : la transparence. Un challenge pour les rédactions qui innovent pour créer un lien nouveau avec leur public.
 
 
 

En savoir plus ...

L'actualité des Clés de la presse

Le nouveau magazine des Clés de la presse est sorti

 
 
   

Un événement de 14 pages sur le paradoxe de la presse
La presse traverse, avec la crise sanitaire et la liquidation judiciaire de Presstalis, l’une des pires périodes de son histoire. Paradoxalement, les marques de presse n’ont jamais été aussi puissantes, comme le montrent les premiers chiffres de la nouvelle étude d’audience, dévoilés fin juin par l’ACPM.

Une enquête de 22 pages sur l'audio dans la presse et les médias
La presse, et les médias en général, se sont lancés dans l’aventure des podcasts. Ces nouveaux contenus, adaptés à l’écoute en mobilité et hyper-distribués sur les applications d’écoute, sont un bon moyen de séduire et fidéliser les utilisateurs.
 
Un grand entretien de 9 pages avec Eric Fottorino
Depuis 2014, année de lancement du 1, l’ex-directeur du Monde n’a eu de cesse de promouvoir un journalisme à rebours de l’immédiateté du numérique, dénué de publicité. Dans un contexte de crise post-Covid-19, il part en guerre contre un adversaire de taille, Presstalis, dont la faillite a entraîné de graves conséquences dans la distribution de la presse, mais il continue de croître dans l’innovation éditoriale. Après le 1, America et Zadig, il vient de lancer Légende.
 
La tendance du moment dans les médias
La crise de confiance pousse les médias à inviter le public dans la fabrique de l’info, avec un maître-mot : la transparence. Un challenge pour les rédactions qui innovent pour créer un lien nouveau avec leur public.
 
 
 

En savoir plus ...

Découvrez les Clés de la presse

La lettre électronique
La lettre électronique
Le magazine ...
La lettre électronique