AccueilImprimerNous contacterAjouter aux favoris

A la Une

Cédric Dugardin, nouveau capitaine de Presstalis

Après la démission de Dominique Bernard, les actionnaires n’ont pas mis longtemps pour nommer le nouveau président de Presstalis. Il s’agit de Cédric Dugardin, ancien dirigeant de Quick et d’Altadis, qui est resté l’an dernier quelques mois à la présidence de Conforama dans le cadre d’une mission de management de transition. Dans un communiqué, publié dimanche 16 février, Frédérick Cassegrain, président de la Coopérative des magazines, et Louis Dreyfus, président de la Coopérative des quotidiens, toutes deux gestionnaires de Presstalis, ont précisé que Cédric Dugardin bénéficie de la confiance « unanime » du conseil d'administration de Presstalis, et qu’il a pour mission de « tout mettre en œuvre pour assurer la continuité de la distribution de la presse ». Un challenge difficile à l’heure où la menace d’une liquidation judiciaire de l’entreprise n’est pas à écarter, comme nous l’avions expliqué dans les Clés de la presse du 14 février.

 
 
Avec Xavier Niel, Nice matin tourne une nouvelle page de son histoire
« Un nouvel investisseur arrive. Une nouvelle page de l’histoire du groupe Nice matin va s’écrire ». Dans un édito publié le 15 février dans les colonnes du journal, Jean-Marc Pastorino, désormais ex-président du groupe Nice matin, acte solennellement ce que les salariés actionnaires avaient décidé la veille, en cédant 100% du quotidien régional au holding de Xavier Niel, dont le projet prévoit un plan de départs volontaires pour 80 salariés non journalistes. Pour la rédaction du journal, qui avait été repris en coopérative en 2014, l'hypothèse de travail concerne le départ de 35 journalistes en application de la clause automatique de cession qui permet à ceux exerçant cette profession de partir quand le propriétaire change. Ces départs de la rédaction seraient en partie compensés par des embauches. « Rien n'est figé, estime Rodolphe Peté, délégué SNJ, seul syndicat représentatif au sein de la rédaction, cité par l’AFP. Des discussions vont s'ouvrir d'ici l'été pour que l'entreprise continue et se développe. Notre but est que la rédaction retrouve tous ses moyens et c'est un enjeu global qui passe par des moyens humains ».

 
 
« Nous commençons à réfléchir à la deuxième phase de Minuit sport »
Ouest-France attaque la deuxième phase de développement de Minuit sport, sa nouvelle offre sportive 100 % numérique lancée en décembre dernier. Sous format PDF, le quotidien doit évoluer vers un format natif plus interactif et ergonomique, pour coller aux usages de mobilité des lecteurs, nous explique Renaud Pelard, chef de service adjoint au rédacteur en chef délégué au sport. Entretien. + de détails
 
 
 
Selon nos informations, Eric Fottorino prépare un nouveau lancement
Après le 1, America et Zadig, Eric Fottorino s’apprête à lancer un nouveau magazine dans quelques semaines. Selon nos informations, il devrait débuter à la fin du mois une campagne de financement participatif sur KissKissBankBank.

  

 
 

La diffusion de la presse en recul de 3,6% en 2019

Sans surprise, la presse a encore connu une baisse de sa diffusion l’an dernier. Selon les chiffres communiqués le 13 février par l’ACPM-OJD, le recul (-3,6% par rapport à 2018) est plus fort que sur la dernière période (-2,1% en juillet 2018-juin 2019), malgré une progression plus forte du numérique (+23,7% pour les versions PDF, à comparer à +9,9% sur la période précédente). Cette situation s’explique par les difficultés de la presse magazine, dont la diffusion baisse de 5%, alors que la presse quotidienne nationale ne s’est jamais aussi bien portée depuis longtemps avec une croissance de sa diffusion France payée de 2,7%. Explications. + de détails

 

 
 

3 clés pour comprendre la crise de Presstalis
La démission, le week-end dernier, de Dominique Bernard de la présidence de Presstalis, seulement quelques mois après son arrivée, illustre bien la fragilité du système de distribution de la presse et les positions de plus en plus éloignées des éditeurs de quotidiens et de magazines. L’imminence d’une liquidation judiciaire de la principale société de messagerie se rapproche chaque jour davantage, et commence même à être envisagée sérieusement par les principaux acteurs du secteur. Décryptage en trois points. + de détails


Facebook ouvre avec l’ESJ Lille une chaire de recherche sur l'éducation aux médias
C’est une « première mondiale » pour Facebook : le réseau social s’associe à l’Ecole supérieure de journalisme de Lille pour créer une chaire de recherche dédiée à l’éducation aux médias et à l’information en France. Cette chaire vise à étudier les effets concrets d’action sur les jeunes, notamment grâce aux initiatives de terrain réalisées par l’ESJ Lille. Les réflexions s’articuleront autour de quatre axes de travail : mesurer les effets de sessions d’éducation aux médias sur l’esprit critique des jeunes et sur leurs usages numériques, mesurer également les effets des interventions sur la représentation qu’ont les jeunes des médias et des journalistes, évaluer les compétences acquises en concevant des outils de mesure et, enfin, évaluer les attentes des jeunes afin d’identifier les besoins émergents en matière d’information. + de détails

 
 
L‘Histoire accélère sur la diversification et le digital
A 42 ans, l’Histoire est un magazine qui se porte bien, comme le montre l’évolution de sa diffusion France payée, passée de 43 306 exemplaires en 2015 à 47 716 exemplaires sur la période 2018-2019. Pour accélérer son développement, le mensuel du groupe Sophia publications a choisi de miser sur les diversifications, notamment avec son Atlas historique mondial, coédité avec les Arènes, et sur une stratégie digitale 100% payante. Explications. + de détails

 
 
Le nombre de cartes de presse continue de baisser
Le nombre de carte de presse attribuées par la Commission de la carte d’identité des journalistes professionnels (CCIJP) continue de baisser mais de manière ralentie, d’après le traditionnel bilan statistique pour l’année 2019. La Commission a accordé 35 020 cartes (-277), à 18 139 hommes et 16 432 femmes. En 2009, 37 841 journalistes étaient détenteurs de la carte de presse. Le nombre de premières demandes est en légère baisse (-31), soit 1 757 premières cartes de presse dont 284 accordées à des diplômés d’écoles reconnues par la profession. Depuis plusieurs années, l’entrée dans le marché de l’emploi se fait de plus en plus en CDD ou en piges, avec une part majoritaire de femmes occupant des postes précaires. Elles sont 601 en piges ou en CDD stagiaires (et 550 hommes) et 668 à être demandeuses d'emploi (contre 581 hommes). Parmi les secteurs d’activité, les hommes restent très majoritaires dans les postes de reporters d’images (570 hommes contre 352 femmes) et reporters-photographes (475 hommes contre 70 femmes).

 
 
XXI lance une campagne sur KissKissBankBank
Douze ans après sa création, la revue de reportages XXI accélère sa transformation avec une campagne de financement participatif. Et le succès est déjà au rendez-vous : la nouvelle formule, mêlant une nouvelle maquette et de nouvelles rubriques, a suscité plus de 500 préventes sur KissKissBankBank. « Ensemble, nos quatre titres [XXI, 6 mois, la Revue dessinée et Topo] forment le premier groupe indépendant de mooks en France, autour de valeurs communes : l’indépendance bien sûr, mais aussi un goût pour l’enquête, le reportage, une autre approche du journalisme », affirme l’équipe dans un communiqué. Au sommaire de ce nouveau numéro : de nouveaux formats (un Carnet, Sur zone, A voix haute…), des reportages dans le Grand nord, au-dessus du cercle arctique, et en plein déser du Nevada, dans la tête d’un pilote de drones, une bande dessinée consacrée aux gares libanaises abandonnées, une chronique de fait divers…
 
Ce qu’il faut retenir du bilan e-commerce 2019
Pour la première fois, l’e-commerce a franchi en 2019 la barre des 100 milliards d’euros, selon les chiffres présentés le 5 février par la Fevad au ministère des Finances. Malgré un fléchissement de la croissance en fin d’année, le secteur affiche encore une progression à deux chiffres. Mais « la montée en puissance du mobile et le choix, par les Français, d’un achat plus responsable pourraient modifier les usages dans les années à venir », souligne Jamila Yahia-Messaoud, la directrice du département consumer insights de Médiamétrie. Décryptage. + de détails

Lyon décideurs fait le pari du papier
Disparue de l’antenne après le rachat de Télé Lyon métropole par le groupe Altice, l’émission économique Lyon décideurs reprend vie sous la forme d’un mensuel, dirigé par Jean-Pierre Vacher, ex-directeur de TLM, et François Sapy, actuel directeur de Tribune de Lyon. Ce nouveau magazine de 168 pages, tiré à 10 000 exemplaires (4 euros), ambitionne de décrypter les enjeux économiques de la métropole lyonnaise à travers celles et ceux qui contribuent à son dynamisme. « Nous évaluons à 120 000 le nombre de décideurs (chefs d’entreprise, cadres, commerçants… mais aussi institutions, clubs sportifs et collectivités locales), estime Jean-Pierre Vacher. Il manquait un magazine éco à Lyon à l’échelle de la métropole, d’autant que les décideurs sont de grands consommateurs de presse, qu’elle soit papier ou digital. » + de détails
 
 
 
 
Le groupe Zepros reprend sa marque sur le digital
Depuis quelques années, les déclinaisons digitales des titres de presse du groupe Zepros étaient faites sous la marque Tokster. Le 7 février, « nous consolidant notre position de leader de presse professionnelle gratuite en déployant notre offre digitale par la mise en ligne officielle de notre réseau social zepros.fr, explique Bruno Zaro, directeur délégué en charge du marketing et du développement. Plus qu'un simple relooking, c'est une refonte en profondeur qui a été réalisée. Plus ergonomique, au design moderne et enrichi de nouvelles fonctionnalités. Il a été repensé dans un objectif d'amélioration de l’expérience utilisateur ». Comme il l’avait expliqué dans les Clés de la presse du 10 janvier, la marque Tokster se recentre sur une activité d’agence de contenus.

Les Cahiers du cinéma repris par 19 personnalités
Un collectif de dix-neuf hommes d'affaires et producteurs français ont annoncé, le 3 février, la reprise des Cahiers du cinéma, dont le propriétaire, Richard Schlagman, souhaitait se séparer depuis plus d’un an. Réunis au sein de la société des Amis des cahiers, Xavier Niel (Free), Alain Weill (Altice France), Marc Simoncini (Meetic), Jacques Veyrat (Impala), et les producteurs Marc du Pontavice, Toufik Ayadi, Christophe Barral, ou Pascal Caucheteux, ont bien l’intention de redresser un journal mythique qui n’a quasiment jamais gagné d’argent depuis sa création en 1951. « Nous allons pérenniser et développer les Cahiers du Cinéma en lui redonnant un ancrage français », expliquent-ils dans un communiqué, en misant notamment sur un déploiement « dans les univers médias et hors médias ». Une mission confiée à Julie Lethiphu, actuelle déléguée générale de la Société des réalisateurs de films, qui rejojndra le journal au printemps comme directrice générale. 
 
 
 
So press planche sur un lancement print avec Ulule
L’idée est née d’une rencontre entre Franck Annese, le patron de So press, et Loïc Yviquel, le directeur des partenariats d’Ulule, et va aboutir au lancement, dans quelques semaines, de So good, « un magazine grand public destiné à mettre en lumière les initiatives d’acteurs du changement, ceux qui œuvrent pour trouver des solutions concrètes aux grands problèmes de notre planète », ont-ils expliqué le 31 janvier, lors de la matinée du marketing et de la communication responsables organisée par l’Union des marques. Au-delà d’un simple magazine, So good se positionne comme un véritable écosystème destiné à mettre en avant les bonnes idées. « Ce sera la première fois qu’Ulule lancera son propre projet sur la plateforme », précise Loïc Yviquel.

A l’instar des Echos-le Parisien, les marques s’engagent pour une société plus responsable
Le groupe les Echos-le Parisien a présenté, le 31 janvier, sa nouvelle signature, « Ensemble pour une société responsable ». Ce choix ne se limite pas à un simple coup de communication, il traduit une véritable prise de conscience des entreprises qu’elles ont un rôle à jouer dans la transformation de nos sociétés. « Cet engagement peut même nourrir la performance », estime même Pascal Demurgez, le directeur général de la Maif, interrogé le 31 janvier dans le cadre de la matinée du marketing et de la communication responsables organisée par l’Union des marques. Décryptage. + de détails

 
 
Clap de fin pour France Antilles
Si ce n’est pas une vraie surprise, l’arrêt de France Antilles, le seul quotidien régional en Guadeloupe, Martinique et Guyane, constitue quand même un séisme. Le tribunal de commerce de Fort-de-France a en effet prononcé, le 30 janvier, la liquidation judiciaire du journal, avec effet immédiat. Le quotidien, en difficulté économique depuis très longtemps, était en redressement judiciaire depuis juin dernier, et l’actuel actionnaire du groupe, AJR participations (propriété de la petite fille de Robert Hersant, pour qui France Antilles a longtemps été un fleuron de son groupe de presse), n’a pas réussi à trouver les fonds pour son plan de reprise prévoyant la suppression de la moitié des 236 postes, une parution papier trois jours par semaine en Martinique et Guadeloupe, et un basculement de l’édition guyanaise sur le Web.

Le marché français de la publicité digitale proche des 6 milliards en 2019
La publicité digitale a connu en 2019 une croissance de 12%, à 5,862 milliards d’euros, selon le 23ème Observatoire de l’e-pub, présenté hier par le SRI, l’Udecam et le cabinet Oliver Wyman. « Ces bons résultats, comme toujours, recouvrent des réalités différentes, selon les typologies d’acteurs display », souligne Sylvia Tassan-Toffola, la présidente du SRI, pour qui « la vidéo, le programmatique, le mobile et le natif constituent de beaux relais de croissance. Mais 77% de cette croissance vient du search et du social, c’est préoccupant pour une patronne de régie (celle de TF1 NDLR) ». Décryptage en quatre points. + de détails

 
 
 
Une nouvelle gouvernance pour Têtu
Après l’annonce d’une levée de fonds d’un million d’euros (cf. les Clés de la presse du 17 janvier), Têtu met en place une nouvelle organisation avec l’arrivée d’Elisabeth Laborde, ancienne de Libération, de l’Ina et des Inrockuptibles au poste de directrice générale et directrice de la publication du magazine et du site. Elle « participera au développement et à la diversification de la plateforme média Têtu, tant sur de nouveaux supports (podcasts, vidéos) que sur l'événementiel, expliquent ses propriétaires dans un communiqué. Elle travaillera également au développement de Têtu connect, premier forum d'intégration des personnes LGBT+ en entreprise ». Dans ses fonctions, Elisabeth Laborde pourra s'appuyer sur le soutien de Romain Burrel, directeur de la rédaction depuis près de deux ans, mais aussi sur Béatrice Vannière, directrice générale adjointe et éditrice, en charge des relations institutionnelles, des opérations et des activités d'édition ; Hamid Hassani, directeur marketing & communication, responsable de l'acquisition d'audience, du développement des projets de diversification ; et d’Antoine Patinet, directeur adjoint de la rédaction, en charge principalement du site mais également de la stratégie réseaux sociaux.

Le JDD revoit sa stratégie d'abonnement numérique
Après avoir testé l’appétence des lecteurs pour ses newsletters, le Journal du dimanche concrétise sa stratégie de contenus premium avec une nouvelle offre d’abonnement. L’édition numérique actuelle, disponible en PDF, s’enrichit du Journal de demain, de Bon dimanche et Bon dimanche à Paris, des éditions disponibles par mail conçues comme de véritables mini-journaux, nous explique Cyril Petit, directeur adjoint de la rédaction du JDD. + de détails

 
 
 
Les 10 points clés du projet de transformation de l’Express
Le projet de transformation de l’Express, qui voit le jour le 16 janvier, constitue un formidable pari pour Alain Weill, qui a repris l’an dernier 51% du capital (le groupe Altice conservant les 49% restants). « C’est un challenge exceptionnel, reconnaît-il, mais nous le faisons à un moment où c’est possible, une période où les gens sont prêts à payer pour une information de qualité ». S’il est conscient de la difficulté, le toujours Pdg d’Altice France est d’autant plus confiant qu’il a déjà réussi dans le passé ce genre de pari avec RMC et BFM business, « et même la Tribune en presse écrite », ajoute-t-il. Les Clés de la presse vous décrypte sa stratégie en dix points clés. + de détails

 
 
Le groupe Zepros accélère sur les diversifications
Pour Zepros, spécialiste de la presse gratuite à destination des professionnels, l’année 2020 est placée sous le signe de la transversalité et des diversifications. Une mission confiée à Bruno Zaro, l’ancien directeur général d’A nous Paris, recruté il y a trois mois au poste de directeur délégué en charge du marketing et du développement du groupe. « Cette politique de diversification à 360° doit nous permettre de pivoter vers un modèle de marque média présente dans tous les domaines : le digital, l’événementiel, la data, mais aussi les prestations à destination des pros, nous explique Philippe Paulic, le président-fondateur de Zepros. Mais le print ne sera pas abandonné pour autant, avec plusieurs lancements cette année ». + de détails
 
 
 
Le nouveau staff de Reworld média se met en place peu à peu
En ce début d’année, Reworld média finalise les recrutements de son équipe dirigeante avec l’arrivée, le 8 janvier, d’Elodie Bretaudeau-Fonteilles, ex-directrice exécutive de GMC média, en qualité de directrice exécutive commerciale du groupe. « Forte de son expérience, elle saura animer nos équipes de Reworld média connect et accroître le développement de nos marques », estime Gautier Normand, le directeur général de Reworld média. Cette nomination intervient peu après celle de Caroline Pois, ex- Lagardère, nouvelle directrice générale déléguée créative solutions du groupe (cf. les Clés de la presse du 7 janvier), chargée de créer de nouveaux produits afin de développer de nouvelles sources de revenus, soit en retravaillant les marques existantes, soit en créant de nouveaux produits. Sur le plan éditorial, la fin d’année 2019 a été marquée par le départ de Carole Fagot, jusque-là directrice exécutive des pôles Femme et Science & loisirs. Dans un premier temps, ses fonctions sont reprises par Germain Perinet, le directeur des activités presse et éditeur des marques du groupe.

 
 
« Nous repositionnons Livres hebdo en boîte à outils numérique »
Considéré comme la Bible des libraires, Livres hebdo entame sa mutation avec un nouveau dispositif destiné à mieux coller aux usages numériques de ses lecteurs. Outre le départ de plusieurs journalistes, ce nouveau plan de transformation s'accompagne de l'arrêt de la version papier de l'hebdomadaire, transformé en webdo, et du lancement d'un mensuel d'enquêtes et d'analyses et de numéros spéciaux, nous détaille Fabrice Piault, rédacteur en chef de Livres hebdo. Entretien. + de détails

Les dossiers et chantiers de la rentrée 2020
Entre les réformes attendues, comme la nouvelle loi audiovisuelle, qui doit être votée dans quelques semaines, ou la mise en application de lois entérinées l’an dernier, comme la réforme du système de distribution de la presse, sans oublier la montée en puissance des nouvelles plateformes de SVOD, ou la nouvelle donne des droits du foot, l’année 2020 s’annonce encore dense dans les médias. Les éditeurs de presse devraient également faire preuve de créativité et d’innovation, à commencer par l’Express, dont le nouveau visage (print et digital) sera dévoilé le 16 janvier. Les médias vont également se mobiliser pour couvrir les élections municipales, en mars, et tous les grands événements sportifs, en particulier le championnat d’Europe de football et les Jeux olympiques de Tokyo. Etat des lieux. + de détails
 
Le nouvel Express sortira le 16 janvier
Préparée depuis des mois, la mise en orbite du nouvel Express aura finalement lieu le 16 janvier. Loin d’une nouvelle formule, le newsmagazine créé il y a près de 66 ans par Jean-Jacques Servan-Schreiber et Françoise Giroud veut proposer une offre et une approche radicalement différente. « L’Express a entrepris de réaliser une transformation en profondeur de ses contenus éditoriaux, de ses supports et de ses équipes, animée par une vision entièrement novatrice du rôle de la presse dans notre monde d’aujourd’hui, expliquent Alain Weill, son Pdg, et Eric Chol, son directeur de la rédaction. Oui, nous croyons qu’il y a une demande de la part des lecteurs pour une information payante et de qualité. Oui, nous croyons que le papier a encore un rôle à jouer, à condition qu’il soit combiné à des innovations éditoriales numériques et audio disruptives ». Le nouvel Express sera donc bâti autour de trois piliers : un magazine papier entièrement repensé, un site et une application enrichis de nouvelles fonctions et une offre audio permettant d’écouter l’intégralité du journal, dans une version lue par des comédiens professionnels. + de détails

 
 
Le tribunal de commerce de Bobigny valide le plan de continuation de l’Humanité
C’est Patrick le Hyaric, directeur de l’Humanité, qui l’a révélé le 27 décembre sur le site du journal, le tribunal de commerce de Bobigny valide le plan de continuation présenté par son équipe. « Nous avons reçu, jeudi 26 décembre, les conclusions définitives du tribunal de commerce de Bobigny, à la suite de l’audience solennelle qui s’est tenue le 18 décembre dernier. Elles sont très positives. Le tribunal constate les considérables efforts que nous avons déployés en appliquant un plan d’économies tel que nous l’avons annoncé dès le début du mois de mars. Il dépasse les 3,5 millions d’euros. Les mobilisations des lectrices et lecteurs ainsi que de nombreux amis ont permis d’améliorer la trésorerie de plus de 4 millions d’euros ». Le tribunal a également constaté l’ampleur des efforts des créanciers privés et publics, qui ont abandonné 75 % de leurs créances. « En contrepartie, poursuit-il, nous devrons d’ici la fin du mois de mars prochain payer les 25 % de dettes ainsi renégociées. Notre trésorerie, même si elle doit être encore confortée, le permet ». Reste maintenant le plus dur : ne plus contracter de dettes et relancer les recettes d’un journal dont la diffusion France payée est tombée à 33 858 exemplaires selon l’ACPM.

Le Monde déménage
Les 1 400 salariés du groupe le Monde (le quotidien du soir, l’Obs, Télérama, la Vie…) vont officiellement faire leurs valises début 2020 pour s’installer dans de nouveaux locaux flambant neuf près de la gare d’Austerlitz, à Paris. Ce déménagement coïncide avec le 75ème anniversaire du journal, célébré en grandes pompes par des chiffres au sommet : plus de 300 000 abonnés, un résultat net de 14,6 millions d’euros, une diffusion France payée en progression de plus de 9,55 %... Pour marquer le coup, le groupe a édité un supplément spécial retraçant « ces soixante-quinze ans d’une histoire unique à travers ces lieux variés », expliquent Jérôme Fenoglio, directeur du Monde, et Louis Dreyfus, président du directoire, dans les colonnes du journal. « De la pénombre de la ruche des Italiens aux plateaux lumineux de l’avenue Pierre-Mendès-France, ce qui frappe dans les trois quarts de siècle de cette aventure collective, c’est tout autant ce qui n’a pas varié que ce qui s’est transformé », ajoutent-ils. L’occasion de découvrir le spectaculaire immeuble-pont de sept niveaux, tout en verre et courbe, dessiné par l’agence d’architecture norvégienne Snohetta pour un coût total de 190 millions d’euros.

 
 
Webedia lance un nouveau média interactif pour les 15-35 ans
Webedia officialise le lancement du Live, un « nouveau média générationnel en direct et interactif sur tous les écrans ». Dès la rentrée, la cible des 15-35 ans, chère au groupe de Marc Ladreit de Lacharrière, aura accès à une grille linéaire en direct de programmes originaux. Fort de ses 31 millions de visiteurs uniques par mois, Webedia mise sur son entité Talent web pour répondre à trois objectifs : la multi-accessibilité du contenu, une grille de rendez-vous incarnés et une forte dimension communautaire. Le concept : 60 heures d’émissions diffusées sur les plateformes (Youtube, Facebook, Twitch…) et disponibles en replay, allant de l’actualité sociétale au cinéma, en passant par le sport, la culture et la musique. Plusieurs grands noms figurent parmi les premiers animateurs, dont le vidéaste Cyprien, le comédien Kevin Razy, l’ex-animateur d’NRJ Guillaume Pley, ou encore le célèbre médecin Michel Cymès, dont la marque Dr Good est exploitée par Webedia sur le digital. Une application mobile et un site dédié ont également été développés par les équipes technologiques du groupe. Dans un souci de cohérence et de synergie, les équipes des filiales (Allociné, PureBreak) seront invitées à participer à certains programmes en fonction de leur thématique d’expertise.
 
Auféminin lance une nouvelle plateforme et repense son positionnement
Un an et demi après son rachat par TF1, Auféminin annonce le lancement d’une nouvelle plateforme de marque et d’une nouvelle identité graphique. Le média digital des femmes consolide son positionnement éditorial avec le lancement du concept #SpeakLouder, afin de réaffirmer son rôle de pure-player expert en woman empowerment, lifestyle et parentalité, nous dévoile Anne-Sophie Jourdan, la directrice d’Auféminin. + de détails

 
 
Prisma média planche sur des lancements de presse et de services
Prisma média ne compte pas ralentir sur les projets de lancements en 2020, tant en print qu’en nouveaux services. « Nous travaillons actuellement sur cinq à six projets de nouveaux magazines, nous a révélé, le 16 décembre, son président, Rolf Heinz, en marge du colloque de Culture papier, placé sous le thème du papier du futur. Je ne sais pas encore si ce seront de nouvelles marques ou des déclinaisons de nos marques, mais trois dossiers devraient aboutir dans le courant de l’année ».
Le groupe planche aussi sur le lancement de nouveaux services, dont une application de coaching sur la nutrition. Si la création de Delicity a été abandonnée par manque de potentiel, « le développement de nouveaux services reste l’une de nos priorité », nous assure-t-il, comme le montrent les lancements, début décembre, de ForMeDable et Célès.

 
 
La reprise de Paris normandie n’est pas une priorité pour Pierre-Antoine Capton
Le projet de reprise d’une partie du capital de Paris normandie par Pierre-Antoine Capton (cf. les Clés de la presse du 29 novembre) n’est pas prioritaire. Invité le 13 décembre de l’Association des journalistes médias (AJM), le Pdg de Mediawan a précisé avoir été approché par Jean-Louis Nouvel, le propriétaire du quotidien de Rouen, mais que le dossier était loin d’être avancé. Le producteur a en revanche confirmé avoir l’intention de s’investir dans le club de football SM Caen, « pour lui rendre ce qu’il m’a donné ». Pierre-Antoine Capton a aussi faire part de son intérêt pour la future loi audiovisuelle, qui est « extrêmement importante pour le rayonnement culturel français ».

« Avec Maison de la presse, nous souhaitons être acteur du changement dans la presse »
Le groupe Nap accélère la transformation de ses Maisons de la presse avec 25 magasins modernisés en 2020, dans le cadre de son nouveau concept baptisé Convergence. Les investissements consentis, dédiés à améliorer l'esthétique, le sens de circulation et la disposition des produits, ont porté leurs fruits en 2019, nous explique Arnaud Ayrolles, président du groupe Nap. Entretien. + de détails

 
 
En redressement judiciaire, VSD reprend de l'air
VSD est (temporairement) sorti d’affaire. Le mensuel, en redressement judiciaire depuis août, percevra ce mois de décembre la subvention au titre des aides à la presse du ministère de la Culture, après un imbroglio rue de Valois sur la légitimité du titre à percevoir cette enveloppe de 294 000 euros. « La subvention était bloquée et ne serait octroyée qu’en cas de plan de continuation, alors qu’aucun texte de loi n’interdit de verser cette subvention à un titre en redressement judiciaire, nous explique Georges Ghosn, repreneur et éditeur du titre. Pour nous prémunir des risques sur le versement des salaires, j’ai introduit un recours auprès de Franck Riester, ministre de la Culture, qui a été accepté. C’est un grand point, la pérennité du journal est assurée. » + de détails
 
 
 
Canal+ retrouve des couleurs sur les droits du foot
Quelques jours après avoir obtenu, avec Bein sports, les droits de la Ligue des champions de football pour la période 2021-2024, le groupe Canal+ a annoncé, le 9 décembre, avoir engagé des discussions, toujours avec Bein sports, « en vue de conclure un accord de distribution exclusif et de sous-licence » pour pouvoir diffuser deux matches de Ligue 1 par journée. Non seulement Canal + proposerait dans ses offres l’ensemble des chaînes de sport premium de Bein sports et leurs contenus, et deviendrait même à partir du 1er juin 2020 le distributeur exclusif de Bein sports en France, mais « le projet d’accord prévoit également que Bein sports sous-licencie en exclusivité à Canal+ ses droits 2020-2024 de football de Ligue 1 », permettant aux abonnés de la chaîne de bénéficier de deux matches par journée, dont 28 des 38 meilleures affiches de Ligue 1 de chaque saison, dès la prochaine saison (2020-2021). L’accord exclusif serait valable pour une période de cinq ans, renouvelable.

 
 
IPG médiabrands anticipe une hausse de 3,5% des dépenses publicitaires en France en 2020
Dans ses prévisions Magna, publiées le 9 décembre, IPG médiabrands annonce une croissance publicitaire de 3,5% en France en 2020. Un chiffre légèrement inférieur à celui de 2019 (+4,6%). Pour l’agence média, les événements sportifs, comme les jeux Olympiques ou le championnat d’Europe de foot, vont partiellement contrebalancer le ralentissement économique. « Après une année 2018 record (+6,9%, la meilleure performance depuis dix ans), la croissance des investissements publicitaires ralentira à nouveau en 2020 (+3,5%, à 12,8 milliards d’euros), analyse Thomas Jamet, CEO d'IPG médiabrands France. La maturité des médias digitaux explique en partie cette décélération : après plusieurs années de croissance à 20%, les recettes publicitaires digitales passeront sous la barre des 10% en 2020 ». Parmi les médias traditionnels, c’est la télévision qui devrait mieux s’en sortir grâce aux grands événements sportifs et à l’assouplissement de la réglementation, prévue dans la loi audiovisuelle. + de détails

« L’audio est un relais journalistique naturel des contenus de la Croix »
Après l'Envers du décor, le podcast consacré aux coulisses des grands reportages de la rédaction, la Croix poursuit son développement dans l'audio avec Place des religions, une collection dont la première saison est dédiée aux femmes de religion. Ces contenus audio, téléchargeables gratuitement sur les applications, sont une manière d'élargir l'audience du quotidien pour renforcer l'adhésion et, à terme, accélérer la progression des abonnés numériques, nous explique Arnaud Broustet, directeur délégué de la Croix. Entretien. + de détails

 
 
Faux Q de retour dans les kiosques
C’est un objet de presse un peu particulier, puisque Faux Q ne sort qu’une fois par an, et son numéro 14 devrait paraître cette semaine. Un magazine 172 pages et près de 1,5 kilo, vendu 10,01 euros, qui aborde la culture et la mode de façon totalement décalée. « Chaque numéro est thématique et construit autour d’un mot, sur lequel on dérive », nous explique sa fondatrice, la journaliste Antigone Schilling, qui s’est entourée au fil du temps de contributeurs bénévoles. Car c’est l’une des autres originalités du projet : tout le monde est bénévole, et les recettes de diffusion (le magazine est tiré à 10 000 exemplaires) et de publicité doivent assurer la réalisation et l’impression. Cette année, Faux Q est placé sous le signe du Paradis, point de départ d’un jeu d’association d’idées, « où le mot est passé à la moulinette dadaïste », précise-t-elle. Un magazine rafraichissant et dépaysant dans un monde de plus en plus anxiogène.

En savoir plus ...

Réagissez

Quelles sont vos applications presse préférées ?

Donnez-nous votre avis

Réagissez ...

Dernière minute

Comment réussir sa commercialisation digitale

A l'heure où le numérique est incontournable, pour les médias comme pour les agences et les annonceurs, les Clés de la presse organise, le 29

En savoir plus ...

A découvrir ...

Notre nouveau magazine est tout chaud, il vient de sortir

 
 
   
L’événement
Le classement des 40 premiers éditeurs de presse en France
Notre traditionnel classement des éditeurs de presse connaît chaque année de gros bouleversements. Ce millésime n’échappe pas à la règle, avec un nouveau leader et de nouveaux entrants.

L’entretien
Jean-Clément Texier, président de la Compagnie financière de communication.

Une nouvelle hiérarchie
- Le Figaro au sommet
- Le défi des groupes Sipa-Ouest France et Ebra

Les nouveaux entrants
La stratégie de Reworld média
Le feuilleton aura duré plus d’un an, mais Reworld média a définitivement bouclé, le 31 juillet dernier, le rachat des activités françaises de Mondadori. Il est désormais le premier groupe de presse magazine français. Entretien avec son Pdg, Pascal Chevalier.

CMI France entre dans l’arène
L’année 2019 a été marquée par la finalisation, le 14 février, de la cession de l’essentiel des titres de presse du groupe Lagardère à Daniel Kretinsky. Ce qui a entraîné la création de CMI France. Entretien avec sa directrice générale, Claire Léost.

Stratégie d’éditeurs
- Marie Claire mise sur l’éducation
- Bayard croit toujours au papier
- Le Monde résolument numérique
- La transformation digitale des Echos-le Parisien
- La vidéo, moteur de 20 minutes
- La Voix du nord se veut utile pour sa région
- La stratégie digitale de Rossel

Le reportage
Dis, comment on fabrique l’info
Une classe de Première ES d’un lycéen calaisien s’est immergée dans plusieurs rédactions, pour découvrir les coulisses d’une chaîne de télévision, d’un quotidien et d’un site d’investigation.
 
 
 

En savoir plus ...

Découvrez les Clés de la presse

La lettre électronique
La lettre électronique
Le magazine ...
La lettre électronique