AccueilImprimerNous contacterAjouter aux favoris

A la Une

Le groupe Altice cède Point de vue à Adélaïde de Clermont-Tonnerre

 Les négociations duraient depuis plusieurs mois, c’est désormais chose faite : le magazine Point de vue a été cédé, le 5 juillet, par le groupe Altice à sa directrice de la rédaction, en poste depuis 2014, Adélaïde de Clermont-Tonnerre, à travers la société Royalement vôtre éditions, qui rassemble un prestigieux consortium d’actionnaires avec Artémis, holding de la famille Pinault, les sociétés d’investissement IDI et Audacia, ainsi que Stéphane Bern. « C’est un honneur de pouvoir faire grandir ce titre riche d’une si longue histoire, précise-t-elle dans un communiqué. Point de vue est une exception et une pépite. Nous ne pouvions trouver meilleurs partenaires pour le développer et je remercie nos nouveaux actionnaires de lui donner une si belle chance d’avenir ». Ses ambitions sont bien sûr de poursuivre le développement de l’hebdomadaire, dont la diffusion France payée était stable en 2017, à 151 508 exemplaires selon l’ACPM, mais la nouvelle présidente veut aussi renforcer la digitalisation du titre et l’internationalisation de sa diffusion, en sachant qu’il compte déjà un quart de son lectorat en dehors de l’hexagone.

 
 
 
Coup d’arrêt pour la réforme du droit d’auteur
Les Gafa ont gagné une manche. Les députés européens ont rejeté, le 5 juillet, à une courte majorité (318 voix pour, 278 contre, et 31 abstentions), le projet de réforme du droit d’auteur en Europe, pourtant validé par la commission parlementaire il y a quelques jours. Le texte mis au vote visait à renforcer la place des éditeurs de presse et des créateurs dans les processus de rétribution. Les premiers se voyaient accorder un droit voisin permettant de réclamer une rémunération aux agrégateurs de contenus en ligne qui gagnent de l’argent en réutilisant leurs articles. Les seconds se voyaient protégés par une obligation imposée aux plateformes de filtrer les œuvres téléversées et de détecter celles dont la diffusion n’est pas autorisée par les ayant-droits. Une décision qui a entraîné le courroux de toute la profession. Dans un communiqué, la presse française, représentée par le SPQN, l’Upreg, le SPHR, le SEPM et la FNPS et des agences de presse françaises, représentées par la FFAP, déplore le vote du Parlement européen et appelle le Conseil à soutenir la création d’un droit voisin pour les éditeurs de presse. « Le droit voisin ne doit pas être enterré. Il donnera à tous les éditeurs, quelle que soit leur taille, les moyens de pérenniser leur modèle économique en ligne. Il reconnaîtra en effet aux éditeurs et aux agences de presse, le statut juridique dont jouissent déjà la musique, le cinéma, les producteurs audiovisuels et les radiodiffuseurs, permettant ainsi à la presse européenne de faire valoir ses droits. Il encouragera aussi les entreprises qui souhaitent réutiliser et monétiser les contenus des éditeurs et des agences de presse à négocier des licences, comme ce fut toujours le cas pour la presse papier, tout en préservant le droit des internautes de partager des liens ».

Europe 1 décline Hondelatte raconte sur papier
Devant le succès, depuis deux saisons, de l’émission de Christophe Hondelatte, où le journaliste raconte sur Europe 1 des faits divers fascinants, la station du groupe Lagardère décline le concept sur papier. En vente le 10 juillet au prix de 6,90 euros, Hondelatte raconte consacre son premier numéro aux grandes affaires criminelles. Scandaleuses, diaboliques ou révoltées, leurs crimes ont fait la une des journaux, comme ceux de Simone Weber ou Denise Labbé, ou même marqué l'Histoire, à l'image de l'assassinat de Marat par Charlotte Corday. Christophe Hondelatte retrace, au fil des pages de ce magazine trimestriel, réalisé en partenariat avec Presse média lab, les enquêtes judiciaires de 12 grandes affaires de femmes criminelles.

 
 
Le Dauphiné se lance sur le digital first à la rentrée
La direction du Dauphiné libéré devrait lancer une nouvelle offre numérique au mois d’octobre, nous révèle son Pdg, Christophe Tostain, dans un entretien aux Clés de la presse. Les rédactions seront réorganisées pour prioriser le digital avant le papier, sans pour autant délaisser ce support qui assure l’essentiel du chiffre d’affaires. Dans le cadre de cette évolution stratégique, le titre cherche à supprimer 122 postes via un plan de départ volontaires. + de détails

 
 
« Kids matin doit séduire les parents et les enfants »
Nice matin tente de séduire les enfants en lançant Kids matin, un média digital destiné aux moins de 13 ans. Cette offre a été imaginée avec des enfants afin d’être au plus près de leurs préoccupations, nous explique Damien Allemand, responsable du service digital du quotidien niçois. Une campagne de pré-abonnement est d’ores et déjà ouverte et permettra de continuer à construire l’offre avec ses lecteurs avant le lancement grand public le 5 septembre. Entretien.+ de détails 

Mondadori teste un nouveau concept de magazine automobile
Déjà propriétaire d’Auto journal, Sport auto et, surtout, Auto plus, leader du marché, Mondadori lance un nouveau magazine automobile haut de gamme intitulé le Grand magazine auto. « Nous testons en permanence de nouvelles idées et nous essayons de lancer un ou deux magazines par an, nous explique Laurent Chiapello, directeur des rédactions du pôle auto de Mondadori. Nous cherchons à satisfaire un besoin qui ne l’est pas totalement, séduire les niches qui, comme nous, sont attachées à l’expérience visuelle. » Comme son nom l’indique, la particularité de ce titre tient à son format original de 28cm par 35cm. « Ce qui séduit les passionnés, c’est le design de l’automobile, ce qui est transmis par la photo, donc nous avons voulu créer une expérience visuelle avec un format exceptionnel et un papier de qualité ». Côté contenu, le lecteur retrouve les incontournables de la presse auto et deux sujets décalés : un reportage dans les usines Toyota de Valenciennes et les mots de l’auto avec une personnalité du secteur. Réalisé par la rédaction d’Auto journal, le premier numéro du Grand magazine auto a pour objectif d’atteindre des ventes au numéro de 50 000 exemplaires. « C’est un test sur la période des vacances. S’il fonctionne, il peut devenir un trimestriel ou bimestriel », précise Laurent Chiapello.

Le projet de relance de Pif 
Pif, le héros de Pif gadget, reviendra à la fin de l’été sous la forme d’un hebdomadaire, édité par les éditions Pif, qui fait partie du groupe l’Humanité. Lancé en 1969, arrêté en 1993 et réapparu à quelques reprises à un rythme mensuel, puis transformé en neuf hors-séries, le magazine revient cette fois-ci sans gadgets et modernisé alliant le papier au numérique. Le Pif de 2018 s’annonce dépliable et en triple version : magazine, BD et 3D, tout en gardant la volonté d’innovation de l’ancienne version, ainsi que ses valeurs humanistes. Suite au lancement d’une campagne de financement participatif en ligne, Frédéric Gargaud, son responsable éditorial, nous raconte les détails de ce projet. + de détails

 
 
Les Jours lancent une campagne pour recruter 5000 nouveaux abonnés
Un peu plus de deux ans après sa création, les Jours veut accélérer son développement pour atteindre son objectif de 15 000 abonnés, synonyme d’équilibre financier. Pour y parvenir, le pure-player d’information lance, le 28 juin, une grande campagne de financement participatif pour recruter les 5000 abonnés qui lui manquent. « Depuis notre lancement en 2016, nous avons conquis près de 10 000 abonnés, précisent ses fondateurs. Les Jours sont donc déjà une réussite dans la presse en ligne, mais notre point d’équilibre se situe à 15 000 abonnés. Il nous manque aujourd’hui 5 000 abonnés pour y arriver. C’est peu mais c’est beaucoup, et c’est pour cela que nous avons besoin de vous ». + de détails 

 
 
Lagardère active prépare une nouvelle organisation pour faciliter la cession
A l’heure où il poursuit ses négociations avec le groupe tchèque Czech média invest en vue de la cession de son pôle de presse écrite (à l’exception de Paris match et du JDD), le groupe Lagardère active prépare la mise en place d’une nouvelle organisation, révélée par l’AFP la semaine dernière. Celle-ci sera découpée en cinq parties : un pôle presse, constitué des magazines appelés à être cédés ; un pôle news, avec Europe 1, Paris match et le JDD, dont Arnaud Lagardère va assurer en personne la direction générale, en s’appuyant sur Hervé Gattegno (au JDD), Laurent Guimier (à Europe 1, Virgin et RFM) et Olivier Royant (à Paris match) ; un pôle télévisions ; Lagardère studios (production audiovisuelle) et un pôle pure players (autour de Doctissimo). Le PDG actuel, Denis Olivennes, est appelé, lui, à quitter ses fonctions à l’issue de l’opération de cession.

Stylist augmente son tirage cet été
Le numéro spécial été du magazine Stylist fera l’objet d’une diffusion supplémentaire. Il sera distribué, à partir du 5 juillet, à 500 000 exemplaires, contre un peu moins de 400 000 exemplaires ces derniers mois. Son éditeur, le groupe Marie Claire, en profite pour modifier ses zones de distribution, pour suivre les vacanciers sur leurs lieux de vacances. Stylist sera ainsi disponible à Cannes, dans le Pays basque, en Normandie, dans le bassin d’Arcachon ou encore en Loire atlantique et sur la côte bretonne. Le titre sera bien évidemment également disponible dans les « hyper-centres villes », les gares parisiennes (gares de Lyon et Montparnasse), les aéroports franciliens, Paris plage, ainsi que sur les scènes musicales types Fnac live, Lolapalooza et autres restaurants, golfs, spas des stations balnéaires. « C’est une belle occasion d’augmenter la couverture de la cible, en déployant la marque au plus près de nos lectrices », précise Elodie Bretaudeau-Fonteilles, la directrice exécutive de GMC média.

 
 
Le groupe Nap accélère le déploiement des Maisons de la presse
Après une longue phase de maturation, le groupe Nap, l’opérateur des concepts Maison de la presse et Mag presse, a donné, le 20 juin, le coup d’envoi de la rénovation de l’ensemble de son réseau, avec l’inauguration officielle de son nouveau concept de magasin à Paris. Baptisé Convergence, « ce projet a pour but de rassembler en un même lieu les biens culturels avec les produits et services du quotidien, explique Arnaud Ayrolles, le président du groupe Nap. En tant que premier commerce culturel de proximité, mais également 4ème enseigne en France, nous avons voulu réfléchir à une Maison de la presse résolument actuelle, en donnant plus de commercialité à nos magasins, et en capitalisant plus encore sur la force de prescription et l’engagement ».
Reste le plus dur : déployer le concept aux quelque 1500 magasins, actuellement sous les deux marques (Mag presse et Maison de la presse), la première devant peu à peu disparaître au profit de la seconde. Au-delà des sept premières installations, réalisées sous forme de laboratoire, le plan de marche prévoit vingt-cinq ouvertures d’ici à la fin de l’année, avant de passer à un rythme de 150 réaménagements chaque année. « Pour cela, nous allons devons recruter, nous précise-t-il, car nous sommes actuellement seulement en mesure d’assurer 70 à 80 ouvertures par an ». + de détails
 
 
 
Le Figaro économie s’associe au JDN pour lancer le Figaro tech
Le Figaro économie et le Journal du net (JDN) ont lancé, le 18 juin, le Figaro tech, un nouveau supplément dédié aux mutations économiques et aux nouvelles technologies, disponible avec le quotidien. En alliant les compétences des deux rédactions, le Figaro tech traite à la fois de l’adaptation des grandes et des moyennes entreprises à la société digitale, de l’open innovation et des start-up qui révolutionnent les secteurs dans la fintech, l’agritech et la medtech. « Ce cahier se veut un point de repère dans l’innovaton technologique, pour distinguer les modes d’un temps des phénomènes de fond, expliquent Enguérand Renault, rédacteur en chef du Figaro tech, et Alain Steinmann, directeur de la rédaction du Journal du net. Nous souhaitons parler de technologie avec un regard différent. Non pas de la technologie pour la technologie, mais pour ce qu’elle transforme sur le long terme dans les entreprises. »  + de détails
 
 
 
La création d’un « Hulu à la française » actée par TF1, M6 et France télévisions
Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il aura fallu du temps pour qu’une plateforme OTT commune aux principales chaînes de télévision française voit le jour. Depuis quatre ans, ce projet de « Hulu à la française » a été annoncé puis abandonné… jusqu’au 15 juin dernier, quand les groupes France télévisions, M6 et TF1 ont annoncé cette nouvelle alliance. Baptisée Salto, cette initiative « s’inscrit dans la volonté d’accompagner toujours mieux le public français dans l’évolution de ses usages, soulignent-ils dans un communiqué commun. Cette plateforme proposera une offre d’une variété sans égal : information (JT, magazines, événements spéciaux), sports, divertissements, fictions françaises, série US, documentaires et cinéma ». L’objectif : permettre aux Français de retrouver les meilleurs programmes de télévision (le direct et le rattrapage), mais aussi de découvrir des programmes inédits. « Elle apportera la plus grande souplesse à tous les utilisateurs, sans engagement, et a vocation à s’ouvrir aux programmes d’autres éditeurs dès son lancement ». Salto proposera plusieurs formules d’abonnement en fonction des besoins des utilisateurs.

Voici lance une nouvelle formule sur tous les supports
Le magazine de Prisma, Voici, a dévoilé une nouvelle maquette et de nouvelles rubriques sur tous ses supports. « Nous lançons toujours une nouvelle formule en juin avant l’été au moment de notre plus grosse période de vente, précise aux Clés de la presse Marion Alombert, rédactrice en chef de Voici. C’est maintenant qu’il faut le faire pour essayer de fidéliser de nouvelles lectrices. » La nouvelle maquette, plus aérée, « apporte de l’élégance » et le logo rouge de Voici est revenu sur tous les supports afin de « réunifier la marque et de redonner une identité forte ». De nouvelles rubriques sont apparues comme le « It look », les « moodboard beauté » et une rubrique dédiée aux parfums. « Sur le site, nous avons remonté les blocs beauté qui sont une entrée de lecture, poursuit-elle. Nous voulons davantage marquer l’appropriation en répondant à des questions que se posent les lectrices ». Côté people, la nouveauté vient de la double page de « stories d’été », qui propose des « histoires fortes de people », comme l’explique la rédactrice en chef. « Quand elles achètent Voici, nos lectrices s’attendent à trouver des people connus, donc forcément cette qualité à un prix. » L’augmentation de 10 centimes qui place le magazine à 1,80 € en kiosque est parfaitement assumée. « L’idée est de resserrer le lien avec les lectrices, leur donner ce plaisir de lecture, réaffirmer nos forces »… et d’enrayer la baisse de la diffusion France payée, passée selon l’ACPM de 306 521 exemplaires en 2013 à 234 871 exemplaires en 2017. + de détails
 
Avec Amazon Alexa, les médias se lancent résolument dans la voix
Télé loisirs, 20 minutes, l’Equipe, Binge audio, Europe 1, Sud ouest, Allociné… La liste des médias qui ont annoncé, ces derniers jours, le lancement d’une « skill » (un service d’information) française sur l’assistant vocal Amazon Alexa, qui sera lancé le 13 juin, en France, est déjà assez longue, et prouve bien l’engouement que la voix suscite sur le marché. Il faut dire que c’est une opportunité dont tous les chasseurs de tendances parlent depuis plusieurs mois. « Cette collaboration avec Amazon s’inscrit dans le prolongement d’une stratégie d’innovation qui vise à proposer le meilleur contenu à nos clients, quels que soient leurs usages de consommation », explique ainsi Emmanuel Alix, le directeur du pôle numérique de l’Equipe. « Cette innovation nous permet avant tout de répondre aux usages de nos audiences, jeunes, très connectées et early adopters, renchérit Acacio Pereira, le directeur de la rédaction de 20 minutes. Pour les rédactions, il s’agit aussi d’un nouveau format narratif dont elles doivent se saisir ». + de détails
 
Libération prépare une refonte complète de son offre d’abonnement
Depuis l’arrivée de Clément Delpirou à sa tête en tout début d’année, Libération est entré dans une mutation à marche forcée vers le numérique. Le directeur des activités presse du groupe SFR se donne deux ans pour atteindre le cap des 70 000 abonnés numériques (contre un peu moins de 10 000 en avril), synonyme pour lui de retour à l’équilibre. Pour y parvenir, au-delà d’un renforcement éditorial (avec des verticales de contenus, de nouveaux services et de nouveaux formats éditoriaux), le quotidien prépare une refonte complète de ses offres d’abonnement. L’objectif : être opérationnel dès le mois de juillet. + de détails
 
Télécâble sat hebdo revoit sa formule pour accompagner sa reprise
Télécâble sat hebdo, le magazine TV du groupe Hommell, propose cette semaine à ses lecteurs une série de nouveautés visant à « renforcer son positionnement de guide télé expert et complet », explique son éditeur délégué, Frédéric Pommies. Parmi celles-ci, une nouvelle maquette « plus aérée et dynamique », davantage de parti-pris rédactionnels, ou encore une nouvelle rubrique, Bon à savoir, proposant une sélection de contenus disponibles à la demande. Avec ces évolutions, le groupe Hommell espère accentuer la tendance observée au premier trimestre, avec une hausse de sa diffusion France payée de 1,6%, à 85 540 exemplaires, selon l’ACPM.
 
 
 
 
Science & vie junior fait peau neuve
Les lecteurs de Science & vie junior vont découvrir, le 13 juin, un magazine revu et corrigé, sur la forme comme sur le fond. Pour l’occasion, le mensuel de Mondadori propose un format plus compact (210 x 250 mm) et plus facile à manipuler, avec un nouveau rythme et de nouvelles rubriques. « Science & vie junior est un classique en presse. Cela faisait cinq ans que nous n’avions pas opéré de changements sur la publication, nous raconte Vincent Cousin, directeur délégué de Science & vie. Il était temps de renouveler l’offre pour répondre davantage aux atteintes de nos jeunes lecteurs. Nous avons un panel permanent à travers lequel nous consultons nos lecteurs, qui nous aident à rester dans les codes de leur façon d’être ». Le magazine est désormais découpé en quatre grandes parties : Quoi de neuf ?, portant sur l’actu ; Science buissonnière, avec une entrée plus ludique vers les sciences ; le Journal de l’étrange, un espace qui existait auparavant consacré à l’insolite , l’un des grands succès du titre ; ou encore, Champ libre, une partie dédiée à la culture. La rédaction mettra également en place une « politique raisonnée » de «goodies», pour attirer le lectorat en kiosques et favoriser l’abonnement, avec l’espoir d’enrayer la baisse de la diffusion France payée, en recul de 7,3% en 2017 selon l’ACPM, 148 085 exemplaires.

Un nouvel hebdo sur le foot pour les enfants
Un nouveau journal dédié aux enfants entre 6 et 13 ans vient d’être lancé, le 5 juin. Baptisé Petit pont, il veut se servir de la beauté et des valeurs du football, comme l’égalité, la solidarité, l’engagement et l’effort, pour emmener les jeunes sur le terrain de la lecture. « Le football est le sport le plus pratiqué dans les écoles, c’est un bon prétexte pour que les enfants aient plus envie de lire, nous explique Matthias Rey, directeur développement, diffusion, communication et cofondateur du journal. Il s’agit d’un sport universel et unisexe, accessible à tous. Nous pouvons jouer au foot dans la rue, dans la cour de l’école, dans un club, à la maison, même avec un ballon fait avec du papier roulé en boule ».

3 clés pour comprendre la stratégie presse de SFR
Après avoir longtemps laissé penser que la presse n’était pas une priorité, le groupe SFR est désormais en ordre de marche pour valoriser ses propres marques, sur le print et le digital, et pour redéployer, avec Milibris, son kiosque numérique. Avec un positionnement totalement nouveau et de fortes ambitions. Explications. + de détails

 
 
Françoise Nyssen donne le coup d’envoi de la réforme de l’audiovisuel
La ministre de la Culture, Françoise Nyssen, a présenté le 4 juin ses pistes de travail et ses propositions pour la réforme de l’audiovisuel public. L’un des chantiers prioritaires d’Emmanuel Macron. En évoquant un « paysage audiovisuel radicalement transformé » par l’apparition de nouveaux acteurs mondiaux du numérique et par les nouveaux usages, la ministre n’a pas caché que les sociétés audiovisuelles publiques devront radicalement transformer leurs offres et leurs organisations. « Notre priorité est de créer un média global à vocation universelle », a déclaré Françoise Nyssen. Son plan en 4 parties. + de détails

 
 
 
Brief.me se penche sur l’économie
Trois ans après sa création, le média Brief.me lance son nouveau projet : Brief.eco, pour offrir un décryptage de l’économie d’une façon claire et concise, sur le modèle de sa newsletter quotidienne consacrée à l’actualité. « Grâce à la réussite de Brief.me, nous avons pu lancer ce projet », a précisé Laurent Mauriac, son fondateur, lors de la soirée de lancement de Brief.eco. Retour sur sa stratégie. + de détails

XXI et 6 mois repris par la Revue dessinée et le Seuil
« Nous sommes heureux d’annoncer que la Revue dessinée et Topo viennent d’acquérir, en partenariat avec les éditions du Seuil, les revues XXI et 6 mois ». C’est cette offre de reprise que le tribunal de commerce de Paris a choisie, le 30 mai, pour reprendre Rollin publications, face à celle de Thierry Mandon, ex-directeur général d’Ebdo, qui était accompagné de huit autres investisseurs et avait le soutien de Laurent Beccaria, le fondateur des deux mooks et d’Ebdo. Le tribunal a finalement opté pour la solution qui avait la préférence des salariés, même si c’est celle qui prévoit le plus grand nombre de suppressions d’emploi. « Nous souhaitons que XXI et 6 mois puissent vivre comme elles le font depuis plus de dix ans, sans modifier leur ligne éditoriale, précise Sylvain Ricard, le rédacteur en chef de la revue dessinée. C’est dans cet objectif que nous avons gardé un contact permanent avec les équipes éditoriales, afin que les personnes concernées restent aux manettes ». Pour mémoire, avant le lancement d’Ebdo, Rollin publications était une société en bonne santé : en 2016, elle avait réalisé un peu moins de 2 millions d'euros de chiffre d'affaires, avec un résultat net de 30 000 euros.

Un nouveau projet de relance pour Têtu
Grâce à de nouveaux investisseurs, Têtu sera à nouveau de retour en version print et Web, alors que l’avenir ne lui semblait pas très prometteur. Arrêté une première fois en 2015, et relancé dans une nouvelle version bimestrielle par la start-up française Idylis en février 2017, le magazine référence de la communauté LGBT a connu une 2ème liquidation judiciaire au début de l’année. Comme l’explique Romain Burrel, journaliste spécialisé dans les questions LGBT et directeur de la rédaction, le magazine s’en sort « plus Têtu que jamais ». Explications. + de détails

Comment le Figaro magazine aborde ses 40 ans
Deux mois après son changement de maquette, le Figaro magazine propose, aujourd’hui 1er juin, un numéro spécial consacré à son 40ème anniversaire. Explications avec Guillaume Roquette, le directeur de la rédaction du pictures magazine. + de détails

 
 
 
Après le quotidien, le magazine de l’Humanité fait aussi sa mue
Après l’Humanité le 2 mai dernier, c’est au tour de l’Humanité dimanche de lancer, le 31 mai, une nouvelle formule, avec la volonté de proposer à ses lecteurs un contenu plus lisible. Au programme, une maquette plus aérée, un logo renouvelé et une nouvelle signature : « le magazine des alternatives ». La direction du journal en profite pour insister sur « les alternatives progressistes » qui doivent émerger, selon elle, dans un contexte politique et social renouvelé depuis l’élection d’Emmanuel Macron. Chaque semaine, trois à quatre sujets seront consacrés à cette thématique. Le journal, dont le prix (3,30 euros) reste inchangé, donne aussi plus de place aux sujets culture, ainsi qu'aux sélections et aux points de vue sur le monde des médias.
 
La Ligue 1 explose ses droits TV… sans Canal+ 
Personne ne s’attendait à une telle surprise. Canal+ n’a pas été retenu, le 29 mai, pour l’obtention des droits audiovisuels de la Ligue 1 pour la période 2020-2024. C’est un outsider, l’espagnol Mediapro, qui a décroché une grosse partie de la mise en emportant les lots 1 (le top 10 et 28 matches de choix 3), 2 (le match du vendredi à 21h et le match du samedi à 17h) et 4 (un match le dimanche à 13h et 4 matches le dimanche à 15h). De leur côté, Bein sports et Free gagnent respectivement le lot 3 (le match du samedi à 21h et le match du dimanche à 17h) et le lot 6 (les droits de diffusion d'extraits en quasi-direct sur tous les matches et les droits magazines en vidéo à la demande). « Canal+ est le premier partenaire du football français depuis 1984 sans discontinuer et le restera jusqu’en 2020, tient à préciser Didier Quillot, le directeur exécutif de la LFP. Cet appel à candidatures est un succès pour le football français puisque les diffuseurs ont reconnu la montée en valeur de la Ligue 1 : les droits audiovisuels ont été attribués pour un montant total de 1,153 milliard d’euros par saison, ce qui représente une hausse de 60% avant attribution des lots 5 et 7 (qui n’ont pas trouvé preneur, NDLR) par rapport à la période 2016-2020 ». Dans le détail, Mediapro va régler 780 millions d’euros, Bein sports 320 millions et Free près de 50 millions d’euros.
 
 
 
Les investissements publicitaires nets dans les médias en recul de 2%
Au 1er trimestre 2018, les recettes publicitaires nettes des médias s’établissent à 1,92 milliard d’euros, en baisse de 2% par rapport au 1er trimestre 2017, selon les résultats du Baromètre unifié du marché publicitaire (Bump), publié conjointement par l’Irep, France pub et Kantar média, publiés le 25 mai. « Ce résultat s’inscrit dans une situation économique moins bien orientée que celle du dernier trimestre 2017 avec une croissance de PIB deux fois moins forte et un taux de chômage en augmentation de 0,2 point », souligne Xavier Guillon, le directeur général de France pub. Encore une fois, tous les médias ne sont pas logés à la même enseigne, avec une forte hausse du cinéma, une légère croissance de la télévision, une bonne résistance de la publicité extérieure, mais une dégradation de la situation en radio et en presse.  + de détails

Mobilisation générale pour la coupe du monde de football
A moins de trois semaines du coup d'envoi de la coupe du monde de football en Russie, tous les médias se mobilisent. La presse commence dès cette semaine avec des hors-séries et numéros spéciaux. Les chaînes, de leur côté, viennent de présenter leurs dispositifs. Et même les annonceurs sont déjà dans les starting-blocks. Voici une petite sélection, non exhaustive, de cette mobilisation. + de détails

 
 
Avec Erik Monjalous, Valmonde tourne la page Kerdrel
Le départ d’Yves de Kerdrel de la direction générale du groupe Valmonde a été acté le 25 mai par le conseil d’administration. « Yves de Kerdrel a fait part de son intention de quitter ses fonctions afin de mener à bien de nouveaux projets, précise un communiqué. Le conseil d’administration, réuni sous la présidence d’Etienne Mougeotte, a pris acte de sa démission ». La fin d’un bras de fer opposant Yves de Kerdrel au tandem Etienne Mougeotte-Charles Villeneuve. Dans la foulée, un nouveau directeur général a été nommé : il s’agit d’Erik Monjalous, jusque-là directeur général de l’Opinion. Sa mission : poursuivre la politique de diversification, d’acquisition et de digitalisation de Valmonde.

 
 
Brut lève 10 millions d’euros
Lancé il y a dix-huit mois, Brut, le média français qui publie ses vidéos exclusivement sur les réseaux sociaux, vient de finaliser une levée de fonds de 10 millions d’euros, a révélé son fondateur, Guillaume Lacroix, dans les colonnes du Monde. Cet argent doit permettre d’accélérer le développement international du groupe et le développement d’outils technologiques permettant, selon son cofondateur, de « mieux connaître les audiences ». Après les Etats-Unis et l’Inde, Brut prépare une version britannique et envisage une implantation dans le monde hispanique. Son objectif : devenir le leader mondial de l’information sur les réseaux sociaux à l’horizon 2020.

Carte de presse : un 2ème scrutin est nécessaire
Avec 36,25% de participation, le premier tour de l’élection à la commission de la carte de presse n’a pas atteint le quorum requis (50% des voix). Un 2ème tour est donc nécessaire, il aura lieu du 31 mai au 14 juin.

Ouest France et le groupe Rossel accentuent les synergies avec 20 minutes
Lorsqu’il avait repris, début 2016, la moitié du capital de 20 minutes en France auprès de Schibsted, le groupe belge Rossel avait clairement laissé entendre que cette opération devait permettre de développer des synergies avec le quotidien gratuit, mais également avec l’autre actionnaire de référence, le groupe Ouest France. C’est désormais chose faite avec l’acquisition, en début d’année, de la plateforme Digiteka, et le lancement, ces jours-ci, de deux nouvelles offres commerciales. + de détails

 
 
Aime et fais ce que tu veux suspend sa parution
Décidément, les lancements de ces derniers mois n’ont pas eu de succès. Après Ebdo et Vraiment, c’est un autre hebdomadaire, Aime et fais ce que tu veux, lancé en décembre dernier par Jean-Baptiste Fourtané et une équipe de journalistes, qui a choisi de jeter l’éponge après 23 numéros. « Soutenu par une communauté particulièrement impliquée, Aime avait réussi à réunir près de 3 000 abonnés en moins de quatre mois, souligne Jean-Baptiste Fourtané. Ce soutien témoignait d’une vraie attente pour un féminin inspiré, spirituel et utile, auprès d’un public qui espérait une vision et un regard différent ». Mais cela n’a pas été suffisant : après une première augmentation de capital de 250.000 euros réalisée avec succès et un financement participatif qui a fédéré plus de 800 contributeurs, la deuxième recherche de fonds, qui devait être réalisée entre avril et mai, n’a pas atteint son objectif de 500.000 euros. « Nous espérons sincèrement que l’initiative Aime aura planté les germes de beaux projets qui sauront faire vivre notre intuition », conclut-il.

 
 
Lagardère va aussi solder sa participation de 42% dans Marie Claire
L’opération de sortie de la presse du groupe Lagardère, à l’exception de Paris match, du JDD et des licences de Elle à l’international, se poursuit. Arnaud Lagardère a annoncé, le 17 mai, au cours de la présentation des résultats trimestriels de son groupe, qu'il était proche d'un accord avec le groupe Marie Claire pour lui céder la participation de 42% qu'il détient encore. « Je pense que nous allons avoir des discussions avec Marie Claire, avec Arnaud de Contades (son président, NDLR). Dans les semaines à venir, ou peut-être avant, nous devrions annoncer un accord ». Selon la Correspondance de la presse, cette participation, acquise lors de la sortie du groupe l’Oréal de Marie Claire, serait évaluée dans les comptes de Lagardère active pour un montant de 53 millions d’euros.

La Provence doit se trouver un nouveau Pdg
C’est le Figaro qui a publié l’information le 17 mai. Jean-Christophe Serfati, Pdg de la Provence depuis un an, a démissionné de son poste pour avoir permis à la régie du quotidien marseillais d’acheter des billets de la finale de l’Europa league entre l’OM et l’Atletico de Madrid à une agence non agréée par l’UEFA. Bernard Tapie, le propriétaire du journal marseillais, doit donc trouver un nouveau Pdg. En attendant, Franz-Olivier Giesbert, directeur éditorial, assure l'intérim.

Laurent Guimier intronisé à la tête du pôle radio de Lagardère, pas de Match et du JDD
Arnaud Lagardère a officialisé, dans un communiqué publié le 16 mai en soirée, l’arrivée de Laurent Guimier, ancien directeur délégué aux antennes et aux contenus de Radio France, à la tête du pôle radio (Europe 1, RFM, Virgin radio) de Lagardère active, au poste de vice-Pdg. « Je lui souhaite beaucoup de succès dans ses nouvelles fonctions et réitère également ma confiance à Donat Vidal-Revel, directeur délégué à l'information, précise Arnaud Lagardère. Je tiens à remercier Frédéric Schlesinger, Jean Beghin et Emmanuel Perreau pour le travail accompli. »

 
 
Médiacités finalise sa levée de fonds de 430 000 euros
Les dirigeants de Médiacités ont annoncé, le 14 mai, avoir bouclé une levée de fonds de 430 000 euros, par ouverture du capital, supérieure à l’objectif initial de 350 000 euros. Le capital du journal en ligne d’investigation reste majoritairement (à 65%) aux mains des huit associés-fondateurs, les 29 nouveaux actionnaires, dont Mediapart et Indigo publications, possédant 31% des parts, le reste (4%) revenant à la Société des amis de Médiacités, qui réunit 55 personnes. « Cette configuration est idéale pour préserver notre indépendance puisqu’aucun actionnaire extérieur ne dispose de plus de 5,2% de notre capital », précisent ses fondateurs dans un communiqué. Cet apport de fonds va permettre à Médiacités de financer sa croissance pour être présent dans dix métropoles dans les trois ans. Pour l’instant, le site est actif à Lille (depuis le 1er décembre 2016), Lyon (depuis le 10 mai 2017), Toulouse (23 mai 2017) et Nantes (13 septembre), avec une audience de 2 millions de pages vues, 814 000 visiteurs uniques, 10 500 abonnés découverte 24 h gratuites et 1 700 abonnements payants.

En savoir plus ...

Réagissez

Quelles sont vos applications presse préférées ?

Donnez-nous votre avis

Réagissez ...

Dernière minute

7 clés pour comprendre la presse en 2017

Une formation incontournable sur l'univers de la presse

En savoir plus ...

A découvrir ...

Notre nouveau magazine est tout chaud, il vient de sortir

 
 
L’événement : les médias débarquent dans l’e-sport
Webedia part à la conquête du monde. « L’audience de l’e-sport est massive et intéressante », selon Laurent Michaud (Idate). L’Equipe mise sur les contenus. La Provence s’intéresse aux événements. Le groupe AB se lance dans la diffusion des jeux Blizzard. Melty parie sur Snapchat. Canal + veut s’inscrire dans la culture gaming. Bein sports compte sur la cohérence de la marque Ligue 1. TF1 diversifie ses activités.

Le dossier : le classement des 50 premiers éditeurs de presse en France
L’analyse de Jean-Clément Texier. La restructuration d’Ebra en marche. Le Figaro fait de la vidéo une priorité. La stratégie de Ouest France pour monétiser ses contenus sur le Web. La feuille de route de Bayard. Lagardère active dans le dur. L’Equipe de retour. Un nouveau départ pour les Echos-le Parisien. Le Monde accélère sur les réseaux sociaux. Infopro digital ne ralentit pas.

Le portrait
Gwendoline Michaelis, directrice du pôle Premium de Prisma média

La tendance
La presse cuisine, un marché encombré mais dynamique

Le reportage : Nantes, le rendez-vous de l’info locale
Les 7 conseils du Temps pour innover dans un lab. 4 incontournables pour une veille efficace. Ce qu’il ne faut pas faire en datavisualisation. Comment Ouest France et Sciences po Rennes ont fact-checké la présidentielle. Les 3 règles de TV Rennes pour repenser ses modes de diffusion. Adapter ses vidéos sur Facebook. Filmer avec des moyens légers. Les fondamentaux pour créer son média sur Twitter. 6 outils innovants à tester.
 
 

En savoir plus ...

Découvrez les Clés de la presse

La lettre électronique
La lettre électronique
Le magazine ...
La lettre électronique