AccueilImprimerNous contacterAjouter aux favoris

A la Une

La presse, média préféré des cibles d’influence

Les marques de presse sont les moyens de communication privilégiés pour entrer en contact avec les cibles d’influence, du pouvoir et des hauts revenus en France. Tel est l’un des principaux enseignements de la deuxième édition de One next influence, l’étude qui décrypte les modes de consommation des cadres dirigeants et des foyers à haut revenus, dont l’ACPM a présenté, hier 23 septembre, les principaux résultats. « L’influence est au cœur des propositions de valeur de la presse, en particulier de la presse d’actualité », souligne Marc Feuillée, le directeur général du groupe Figaro. Décryptage sur une étude unique au monde, qui propose une richesse d’information incroyable sur cette cible, qui consacre la presse comme le premier média d’influence avec, en tête, l’agrégat PQR 66, devant le Figaro et le Monde. + de détails

 
 
Un budget de la Culture en hausse en 2022
Le projet de budget du ministère de la Culture pour 2022, qui sera soumis au Parlement, s’affiche résolument à la hausse, avec un total de 4,083 milliards d’euros (hors audiovisuel public), contre 3,805 milliards d’euros en 2021. « Cette progression historique portera à 15% l’augmentation pérenne des moyens qui sont alloués à la Culture depuis 2017, hors audiovisuel public et hors charges de pensions civiles, se félicite-t-on au ministère. A cette progression historique s’ajouteront 463 millions au titre de l’annuité 2022 du volet culture de France relance ». Les 2 milliards d’euros alloués à la Culture dans ce cadre se répartissent en effet entre 1,6 milliard de crédits budgétaires sur deux ans et 400 millions sur cinq ans au titre du 4ème plan d’investissement d’avenir.
Le budget du programme Presse et Médias s’élève, lui, à 288 millions d’euros, en hausse de 0,4% (+1,1 million). Les aides à la presse devraient atteindre 116,9 millions d’euros quand le soutien aux médias de proximité se fixera à 1,8 million. Les ressources du CNC, elles, seront de 694 millions d’euros. Quant au concours financier lié à la contribution à l’audiovisuel public, il atteindra 3,7 milliards d’euros, en baisse de 0,5%, « respectant la trajectoire budgétaire prévue dans les contrats d’objectifs et de moyens et les plans de transformation des sociétés pour cette dernière annuité du quinquennat », souligne le ministère. Enfin, la presse pourra encore bénéficier « de la poursuite de la mise en œuvre du plan de filière (483 millions sur 2020-2022) et de l’ambitieuse et très attendue réforme du transport de la presse », complète-t-il.

Le groupe 1981 repart de l’avant en misant sur les contenus
Comme le reconnaît Jean-Eric Valli, le président du groupe 1981, « la crise sanitaire a bouleversé profondément notre marché ». La publicité nationale est certes revenue « à un vrai niveau », précise-t-il, mais ce n’est pas le cas de la publicité locale, qui représente près de 50% de ses recettes. Fort de cette réflexion, la rentrée des stations du groupe est placée sous le signe du renforcement des contenus, que ce soit via les podcasts (des émissions ou natifs), la relance d’une radio du débat des années 2000, le recrutement de nouvelles équipes locales, ou la réforme des sites Internet et des applications maison. La saison 2021-20222 sera aussi marquée par le lancement du DAB+, technologie sur laquelle le groupe s’est positionné très tôt. Explications. + de détails

 
 
La feuille de route de TF1 publicité
A l’heure où Ara Aprikian, directeur général adjoint du groupe TF1, en charge des contenus, parle de « rentrée XXL », la régie du groupe a choisi de mettre en avant cette année « la convergence, la responsabilité et l’innovation », explique sa directrice générale, Sylvia Tassan Toffola. Dans un écosystème média en pleine mutation, TF1 publicité se donne pour objectif de faciliter l’accès des annonceurs à la télévision, quel que soit le support, à travers le déploiement d'offres de convergence adaptées aux nouveaux modes de consommation. « Il y a une résilience possible du modèle TV, estime-t-elle, mais nous devons nous donner les moyens d’y arriver avec une communication hybride, accessible, engageante et responsable ». + de détails

 
 
Pierre Ménès crée sa propre plateforme digitale avec Reworld média
Après un silence médiatique suite à son départ de Canal+, Pierre Ménès revient sur le devant de la scène avec la création, le 12 octobre prochain, en partenariat avec Reworld média (via sa filiale Media 365), du Pierrot football club, plateforme média digitale dédiée au traitement de l'actualité footballistique. Au sommaire, des interviews, des reportages, des podcasts, des analyses, des talk-shows et, surtout, des contributions d'internautes. Car les internautes seront invités à réagir, à débattre entre eux et avec Pierre Ménès, et ils pourront même lancer eux-mêmes des débats. « C’est un projet ambitieux, interactif et riche en contenus, explique Pierre Ménès. Le tout sans langue de bois et sur ce ton décontracté qui est ma signature ». « Avec sa notoriété, son expérience et son importante communauté, Pierre était le candidat idéal pour prendre les rênes de ce nouveau média. C’est un pas de plus pour Reworld média dans le foot et plus globalement dans le sport », ajoute Guillaume Sampic, directeur général de Media 365.
 
Médiacités dramatise sa situation pour recruter 2000 nouveaux abonnés
« Ce 21 septembre, Médiacités lance une grande campagne de mobilisation afin de préserver son existence ». Pour cette nouvelle opération de recrutement d’abonnés, le journal en ligne d’investigation locale n’hésite pas à dramatiser sa situation. « D’abord parce que nous enregistrons depuis quelques mois un ralentissement de la croissance, voire une stabilité de notre portefeuille d’abonnés (autour de 4000, NDLR), nous explique Jacques Trentesaux, directeur de la publication. Ensuite parce que notre dernière levée de fonds s’est arrêtée à 270 000 euros, pour un objectif de 450 000. Alors bien sûr, nous ne sommes à l’agonie, mais il faut faire comprendre à notre public que notre qualité éditoriale ne suffit pas, après cinq ans d’existence, pour assurer l’équilibre d’exploitation ». D’où la volonté de recruter 2000 nouveaux abonnés d’ici à la fin de l’année.
Médiacités a aussi abandonné, faute d’argent, le projet de se lancer dans une cinquième ville (qui aurait pu être Montpellier ou Bordeaux), en préférant augmenter le volume de parution à Lille, en passant d’un rythme hebdomadaire à une publication quotidienne. « Nous voulons tester l’élasticité entre la masse de contenus produite et le nombre d’abonnés », précise Jacques Trentesaux, qui a renforcé la rédaction lilloise pour l’occasion.

 
 
Les 4 piliers de la réforme des tarifs postaux de la presse et de l’aide au portage
Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, et Roselyne Bachelot-Narquin ministre de la Culture, ont annoncé, le 20 septembre, la mise en œuvre d’une vaste réforme du transport postal pour la période 2022-2026. Bâtie sur les travaux d’Emmanuel Giannesini, conseiller maître à la Cour des comptes, à qui avait été confiée une mission sur la distribution de la presse, et après une concertation avec l’ensemble des acteurs de la filière, cette réforme prévoit une remise à plat des tarifs postaux de la presse et de l’aide au portage, à travers quatre axes principaux. « Elle entrera en vigueur au 1er janvier 2022, sous réserve de l’accord de la Commission européenne à qui cette réforme doit être notifiée », précisent les deux ministères dans un communiqué. + de détails

Le groupe Ebra accélère sur les abonnements numériques avec un nouveau média digital local
Le groupe Ebra a lancé, le 13 septembre, à Lyon (sous la houlette du Progrès) et Strasbourg (les Dernières Nouvelles d’Alsace), un nouveau média digital local. Baptisé Asapp, il s’agit d’une application, disponible sous iOS et Android, qui se positionne comme « un pure-player de contenus et de services, précise-t-on en interne. Mais ce n’est pas un média d’info en continu où une info chasse l’autre. Il vous livre une nouvelle édition, du lundi au vendredi, avec des rendez-vous clairs pour saisir tout de suite l’essentiel ». Le Brief, par exemple, propose chaque matin des contenus édités sous forme de stories, « avec un ton incarné et en rupture pour raconter l’actualité au rythme de Lyon et Strasbourg ». précise le groupe Ebra dans un communiqué. Quant au Check, il décrypte les sujets qui concernent les habitants des deux villes au quotidien sous forme d’enquêtes et de reportages vidéo. + de détails
 
 
 
La digitalisation de la presse se renforce encore en 2020-2021 selon l’ACPM
La tendance reste la même d’une vague ACPM à l’autre. Sur la période 2020-2021 (portant du 1er juillet 2020 au 30 juin 2021), la diffusion France payée de la presse s’affiche en recul de 3,1% par rapport à 2019-2020, sur des volumes qui restent très élevés (plus de 3 milliards dans l’année, soit une moyenne de 8,3 millions d’exemplaires diffusés chaque jour). Ce qui change fondamentalement, en revanche, c’est la structure de diffusion : là où les abonnements individuels (postés et portés) et les ventes au numéro payées par l’acheteur baissent respectivement de 4% et 11,6%, les versions numériques individuelles progressent dans le même temps de 44,8%. Du coup, celles-ci représentent désormais près de 15% de l’ensemble des diffusions, derrière les ventes au numéro (27,9%) et l’abonnement (51,1%). Décryptage. + de détails

 
 
Pourquoi les assises du journalisme se penchent sur l’urgence climatique et sanitaire
La 14ème édition des assises internationales du journalisme va se consacrer cette année, du 29 septembre au 1er octobre à Tours, aux responsabilités journalistiques liées à l’urgence climatique et sanitaire. Quels sont les modes d’organisation adoptés par les rédactions pour traiter du climat ? Comment les médias, en tant qu’entreprises, abordent-ils la question environnementale ? Autant de questions abordées à travers trois jours d’ateliers, débats et tables rondes, qui vont mobiliser pas moins de 300 intervenants. « Nous avions programmé cette thématique pour l’édition du printemps 2020, nous rappelle Jérôme Bouvier, le président de Journalisme & citoyenneté, l’organisateur de l’événement. Elle est aujourd’hui toute aussi pertinente ». Entretien. + de détails

 
 
La reprise publicitaire au rendez-vous sur le premier semestre 2021
Le marché publicitaire a commencé à rattraper, au premier semestre, ses pertes de 2020, selon le Baromètre unifié du marché publicitaire (Bump) publié le 14 septembre par l'Irep (l’Institut de recherches et d'études publicitaires), France pub et Kantar média. Les recettes publicitaires nettes des médias ont progressé de 33,3% par rapport au premier semestre 2020, à 7,15 milliards d'euros, et de 6,5% par rapport au premier semestre 2019, avant la crise sanitaire. « Les médias traditionnels devraient même rattraper avant la fin de l’année 2021 l’effet tendanciel d’avant-crise », pronostique même Xavier Guillon, le directeur général de France pub. Etat des lieux, média par média. + de détails

 
 
Prisma média reprend officiellement Télé Z
Deux mois après être entré en négociations exclusives avec la famille Ruffier d’Epenoux pour l’acquisition de Télé Z, Prisma média annonce avoir finalisé l’opération. Cette acquisition permet au groupe repris par Vivendi de renforcer sa place en presse TV où Télé Z (788 000 exemplaires à l’ACPM) va cohabiter avec Télé loisirs, avec une offre distincte à la fois en positionnement prix et en cible d’âge. « Nous sommes ravis d’intégrer une marque patrimoniale comme Télé Z, qui touche tant de Français, et d’accueillir les femmes et les hommes qui en sont les artisans, explique Pascale Socquet, directrice exécutive des pôles TV, Entertainment et Femme du groupe. Nous poursuivrons notre stratégie de qualité de contenu avec Télé Z par l’enrichissement de ses grilles TV, cœur du contrat de lecture du magazine et en capitalisant sur ses expertises transverses ». Le site Télé Z sera également maintenu pour promouvoir l’offre de contenu du magazine print.

 
 
 
Vivendi bientôt seul maître à bord du groupe Lagardère
Le groupe Vivendi a annoncé, le 15 septembre, qu'il comptait acquérir la participation de 18% du fonds Amber capital dans le groupe Lagardère, et son intention de déposer un projet d'OPA pour acquérir le solde du groupe propriétaire d'Hachette, de Paris match, du JDD et d’Europe 1. Vivendi, qui détient déjà 27% de Lagardère, se donne jusqu'au 15 décembre 2022 pour réaliser cette opération annoncée à un prix par action de 24,1 euros, soit environ 20% de prime par rapport au cours actuel. L'opération est soumise à l'autorisation de plusieurs autorités, dont le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) et la Commission européenne, en raison des risques de concentration dans les secteurs de l'édition et des médias. Amber et Vivendi avaient passé un accord en août 2020, au cœur d'une bataille actionnariale chez Lagardère, qui comprenait un droit de première offre et de préemption réciproque. Le fonds a proposé à Vivendi d'acquérir sa participation, et le conseil de surveillance du géant des médias, propriétaire de Canal+, Havas et Editis, a accepté et conclu un « contrat de vente sous conditions ». Avec la part d'Amber, Vivendi se retrouverait propriétaire de 45% du capital et 36% des droits de vote de Lagardère, ce qui l'oblige à déposer une offre publique sur le solde des actions. Les autres principaux actionnaires sont Arnaud Lagardère, Bernard Arnault (Financière Agache) et le fonds souverain du Qatar.

De nouveaux capitaines pour Prisma média et CMI France
Après la révolution Reworld média chez Mondadori France, c’est au tour des deux autres principaux groupes de presse magazine français de se lancer dans les grandes manœuvres. Quelques mois après son rachat par le groupe Vivendi, Prisma média change de capitaine. Claire Léost a succédé, le 13 septembre, à Rolf Heinz, en poste depuis 12 ans, à la présidence du premier groupe de presse magazine français. Par un jeu de chaises musicales, elle cède sa place à la tête de CMI France à Valérie Salomon, jusque-là patronne de la régie publicitaire. + de détails

 
 
Un nouvel hebdo TV chez les marchands de journaux
Décidément, la presse TV n’en finit pas de se renouveler. Et après une série de quinzomadaires ces dernières années, c’est un hebdomadaire qui est sorti le 11 septembre. Baptisé tout simplement Télé hebdo, il se positionne comme « un magazine de TV sénior génération, au plus proche de ses lecteurs » avec des rubriques de proximité, des interviews… Les ambitions de l’éditeur, qui a déjà lancé Télé 15 jours en 2019, sont à la hauteur, avec un premier numéro tiré à pas moins de 250 000 exemplaires.
 
Une rentrée incertaine malgré une reprise économique vigoureuse
En cette rentrée, l’heure est à l’optimisme pour les acteurs du monde de la communication et des médias, mais une croissance durable et équitable passe par un changement des pratiques et des mentalités, ont insisté un grand nombre d’entre eux, le 7 septembre, à l’occasion des rencontres de l’Udecam. Après s’être serré les coudes pendant la crise, il ne faudrait pas un retour au monde d’avant marqué par des investissements publicitaires favorables aux grandes plateformes au détriment des médias traditionnels et une pression continuelle sur les prix qui ne permet pas de rémunérer correctement les agences. Etat des lieux. + de détails

 
 
Chef d’entreprise devient Be a boss
Edité par Netmédia group, le magazine Chef d’entreprise a changé de nom le 9 septembre pour devenir Be a boss, « média dédié à tous ceux et celles qui choisissent l’aventure de la création et/ou animent leur entreprise avec ambition, explique sa rédactrice en chef, Céline Tridon. Il se veut porteur, aidant et solidaire, en couvrant toutes les thématiques essentielles aux entrepreneurs. C’est une brique majeure qui vient parfaitement compléter la présence de nos différents événements, tels que le forum national Be a boss ». Car la marque existe déjà, c’est un salon dédié à l’entrepreneuriat féminin, qui se décline en régions. Bimestriel, ce nouveau magazine se donne pour mission « d’éclairer les entrepreneurs dans leur quotidien au travers d’enquêtes, de sujets pratiques, de nombreux portraits et témoignages, poursuit-elle. Il décortique l’actualité, met en lumière des success stories ». Et les ambitions de Netmédia group sont fortes avec une mise en place de 100 000 exemplaires pour le premier numéro.

 
 
Le Parisien accélère sa production audiovisuelle avec Studiofact
Le Parisien-Aujourd’hui en France vient de signer un partenariat exclusif de production avec Studiofact, groupe de production audiovisuelle spécialiste du récit d’histoires vraies, sous la forme de reportages, documentaires ou de fictions. « La qualité des équipes éditoriales du Parisien sur les faits divers, les sujets de société et l’ancrage en Ile de France, associée à l’expertise du marché de la production de Studiofact, permettront de dégager des sujets avec un potentiel d’adaptation audiovisuelle aussi bien dans le documentaire, le reportage que dans la fiction », précisent les deux partenaires dans un communiqué. « En parallèle de l’écrit, la vidéo et le podcast, cette association est un prolongement naturel de notre expertise et du savoir-faire de toute la rédaction sur de nouveaux formats », ajoute Sophie Gourmelen, directrice générale du Parisien.
 
Pourquoi Ouest France lance aujourd’hui un nouvel espace conversationnel
Ouest France lance aujourd’hui, 7 septembre, une nouvelle plateforme conversationnelle pour aller plus loin dans le dialogue avec ses lecteurs et les citoyens en général. « Il ne suffit pas de dire que le lecteur est au centre de notre projet éditorial, il faut le démontrer, nous explique Sébastien Grosmaitre, rédacteur en chef délégué du journal, en charge du projet, dans un entretien aux Clés de la presse. C’est l’ambition de cet espace Ouest France et vous, animé par une équipe de six personnes, dont quatre journalistes et un homme de marketing ». Et les objectifs sont à la hauteur de l’enjeu, tant en termes d’audience, d’engagement que de recrutement d’abonnés. Explications. + de détails

 
 
« BFM business doit accélérer son développement dans le digital »
Pour BFM business, la rentrée est placée sous le signe de la consolidation de la grille mise en place il y a tout juste un an. « Nous avons surtout cherché à enrichir les contenus de chaque émission », nous explique Thierry Arnaud, son directeur de la rédaction, dont l’ambition est de mettre en place une plateforme commune alimentant tous les supports. Cela passe notamment par des développements dans le numérique. Entretien. + de détails
 
 
 
 
Challenges s’attaque au marché des news magazines
A près de 95 ans, Claude Perdriel est toujours sur la brèche. Son dernier projet : transformer Challenges de magazine économique en news magazine, en traitant davantage de politique et de tendances de société, comme le montre la couverture du dernier numéro, paru hier 2 septembre, consacrée à l’Etat de la France. Fort de l’entrée récente de Bernard Arnault dans son capital (à hauteur de 40%), le fondateur du Nouvel observateur (vendu au groupe le Monde il y a sept ans) s’apprête à investir plusieurs millions d’euros dans l’opération via une pagination augmentée, la création de nouvelles rubriques (politique, société, culture, art de vivre) et le recrutement de sept journalistes… sans oublier une grande campagne de promotion sur les lieux de vente, avec de l’affichage et des opérations de mise en avant (cf. les Clés de la presse du 25 mai dernier). + de détails

 
 
L’Opinion crée une nouvelle marque sur le luxe et le lifestyle
La rentrée de l’Opinion est marquée par le lancement d’une nouvelle marque éditoriale sur le luxe et le lifestyle. Baptisée ‘O2, en référence aux suppléments des quotidiens américains, en particulier du Wall Street journal, un partenaire de l’Opinion, ‘O2 se donne pour mission « d’insuffler de véritables bouffées d’oxygène dans une actualité dépourvue de légèreté et de capter l’air du temps », explique-t-on en interne. La marque se décline à la fois sur le print, avec un rendez-vous hebdomadaire, tous les vendredis, en dernière page du cahier Wall Street journal de l’Opinion, et via un magazine trimestriel dont le premier numéro sortira le 1er octobre, et sur le Web avec une plateforme enrichie de contenus augmentés grâce à des QR codes. Ce projet est porté à la rédaction par Marine de La Horie qui a suivi le secteur du luxe pendant 15 ans au Point et qui a rejoint les équipes de l’Opinion en juin, et par Nicolas Beytout, le président fondateur de l’Opinion.

 
 
Notre temps se dote d'un magazine trimestriel sur la santé et le bien-être
La marque Notre temps (groupe Bayard) s’étoffe avec la création, le 6 septembre, de Notre temps santé & bien-être, un magazine trimestriel de 100 pages qui propose aux plus de 50 ans « de bien vivre au quotidien et les incite à la prévention en partageant des conseils utiles et pratiques dispensés par une équipe d'experts bienveillants », explique le groupe dans un communiqué. Notre temps santé & bien-être décline les aspirations de l’air du temps en rubriques (Bien de saison, Bien soigner, Bien manger, Bien dans mon corps, Bien vivre) et apporte des solutions et des astuces pour être en forme chaque jour, apprendre à mieux se connaître et s'épanouir pleinement. Le magazine propose également des idées de sorties et des activités à faire en famille ou entre amis, et est doté d'un cahier environnement détachable de 16 pages, intitulé Mon carnet environnement. Il sera par la suite complété par une lettre numérique aux abonnés, une newsletter spéciale santé et enrichira la rubrique santé du site Notretemps.com. Des tchats et Facebook live renforceront aussi le dispositif.

The Artist, nouveau symbole de la coopération entre France télévisions et Radio France
A l’instar de France info, qui a fêté le 1er septembre son cinquième anniversaire, The Artist, la nouvelle émission présentée et produite par Nagui à partir du 11 septembre sur France 2, est un symbole de la coopération entre les équipes de France télévisions et de Radio France. « Et ce n’est pas qu’un discours, assure l’animateur, à l’origine du projet. J’ai sollicité la direction de France inter dès le démarrage du projet avec France 2. Et les deux équipes vont se mobiliser pour la promotion des artistes sur leurs antennes ». Décryptage. + de détails
 
 
 
Une rentrée sous le signe des innovations éditoriales en presse féminine
Après un premier semestre particulièrement riche en lancements presse, notamment autour de personnalités de la télévision, comme Jean-Pierre Pernaut, Michel Cymes, Sophie Davant, Stéphane Bern, Jamy, Faustine Bollaert, Stéphane Plaza ou Patrick Sébastien, la rentrée est placée sous le signe des refontes éditoriales, notamment en presse féminine. Trois titres phare (Elle, Grazia et Psychologies) jouent la carte de l’innovation. + de détails

 
 
Axel Springer reprend Politico
Le groupe Axel Springer, l’éditeur de Bild en Allemagne, reprend la totalité du site d'informations Politico. Le groupe allemand, qui a aussi dans l'opération acheté le site d'informations technologiques Protocol, n'a pas précisé le montant versé à Robert Allbritton, fondateur et dirigeant du site. Le journal économique allemand Handelsblatt évoque cependant la somme d’au moins 630 millions d'euros, présenté par le quotidien comme « le plus gros » de l'histoire du groupe allemand. Axel Springer, qui a engagé ces dernières années un virage numérique, exploitait déjà à parts égales avec le média américain Politico Europe, qui explore les arcanes de l'Union européenne. Fondé en 2007, Politico emploie environ 500 journalistes. « Axel Springer partage un engagement en faveur de l'indépendance journalistique et d'une information impartiale et non militante, explique Mathias Döpfner, Pdg d’Axel Springer. C'est ce qui constituera la base d'une croissance accélérée et de notre future réussite mutuelle ».

 
 
Le ministère de la Culture au chevet des photographes de presse
Partant du constat que « la crise sanitaire a particulièrement touché la profession de photojournaliste alors que celle-ci connaît, depuis plusieurs années déjà, de profondes mutations, résultant à la fois de la crise de la presse et de la révolution numérique », le ministère de la Culture a annoncé, hier 30 août, la réalisation d’une grande commande photographique, dont le budget total s’élève à près de 5,5 millions d’euros. Les candidats sont invités à travailler sur le thème d’une « radioscopie de la France à l’aube des années 2020, pendant et après la crise sanitaire », afin de dresser un portrait de notre pays face aux nombreux défis économiques, sanitaires, sociétaux, artistiques auxquels il est actuellement confronté. Cette commande, pilotée par la BnF, s'étendra sur deux ans (2021/2022 puis 2022/2023), au rythme d’une commande par an à destination de 100 photographes, diplômés depuis 2018 ou pouvant justifier d’une collaboration avec une publication de presse dans les quatre dernières années. Un premier appel à candidatures sera lancé à l’automne 2021 et un second au premier trimestre 2022. Chaque photographe sélectionné bénéficiera d’une enveloppe globale de 22 000 euros, ce qui permettra de solliciter environ 200 photographes sur deux ans. A l’issue, la BnF, qui intégrera les œuvres à ses collections, sera chargée de valoriser et diffuser les travaux par une exposition rétrospective dans ses murs, une édition et plusieurs opérations de valorisation sur l’ensemble du territoire. 
 
Dossiers et chantiers de rentrée
Après un premier semestre 2021 riche en innovations dans tous les médias, et pas seulement sur l’audio et le numérique, et en promesse de reprise publicitaire, la rentrée est placée sous le signe de l’espoir, malgré de nombreuses questions. La vaccination et le pass sanitaire permettront-ils un retour à la vie et l’activité économique normale ? La reprise publicitaire attendue sera-t-elle durable ? Les médias vont-ils profiter du plan de relance gouvernemental pour retrouver la croissance ? Après avoir tourné la page Presstalis, le système de distribution de la presse va-t-il enfin se moderniser pour permettre à tous les acteurs de la filière de s’en sortir ? La montée en puissance de Vivendi au sein du groupe Lagardère, qui a aussi finalisé l’acquisition de Prisma média, va-t-elle modifié les équilibres à Europe 1 ? Seule certitude, les médias d’informations se sont mis en ordre de marche pour profiter de la reprise et préparer au mieux une année marquée par l’échéance de l’élection présidentielle. + de détails

 
 
« Tous les genres seront abordés dans le Cahier des livres »
Spécialiste de presse santé, Carine Lorenzoni s’associe à une journaliste experte en bande dessinée et en livres, et à une graphiste, pour lancer le 24 août le Cahier des livres, un magazine trimestriel avec la volonté de « tisser des liens, relier les livres entre eux, construire des ponts entre les univers, nous explique-t-elle. La lecture est infinie et une source de joie, un plaisir que nous voulons partager pour inciter nos lecteurs à nourrir leur bibliothèque personnelle ». Entretien.

 
 
Sport business club passe à l’abonnement numérique payant
Média spécialisé sur le marketing et le sponsoring sportif, Sport business club s’apprête à changer de modèle économique en basculant, le 6 septembre, vers l’abonnement numérique payant. « C’était l’ambition dès le départ il y a un an, nous explique son fondateur, Bruno Fraioli, mais j’ai préféré prendre le temps de construire l’offre éditoriale et une audience significative. Ce qui est le cas aujourd’hui avec 1200 abonnés gratuits à la newsletter quotidienne et 170000 à 200000 visiteurs uniques mensuels sur le site ».
A partir du 6 septembre, il ne sera plus possible de lire que les titres de la newsletter, et il faudra être abonné pour accéder à l’ensemble des articles, aux brèves d’information mises à jour en temps réel, aux podcasts, aux études et avis d’experts, à la revue de presse et l’agenda de l’économie du sport, ainsi qu’à de nouveaux contenus éditoriaux exclusifs, comme des bilans complets d’événements (notamment sur l’Euro de football, le tour de France ou les JO de Tokyo). « L’objectif, d’ici à fin 2022, est d’atteindre un petit millier d’abonnés payants (au tarif promotionnel de 490 euros annuel, NDLR) », précise Bruno Fraioli, qui a été lauréat cette année de la bourse d’émergence du ministère de la Culture.
 
 
 
Ce qu'il faut retenir de l'actualité presse et médias de l'été
Après une pause estivale, la rédaction des Clés de la presse vous a concocté un petit digest de l’été pour vous remettre dans le bain au retour des vacances. L'occasion de vous souhaiter une belle rentrée avec cette lettre offerte à tous. + de détails
 
Les médias prêts pour les Jeux olympiques et paralympiques
Après l’Euro, le tournoi de Roland Garros et le tour de France, les Jeux olympiques, qui ont lieu à Tokyo du 23 juillet au 8 août (avant les Jeux paralympiques, du 24 août au 5 septembre), vont permettre aux médias, en particulier France télévisions, Eurosport et l’Equipe, de boucler un été sportif très riche. L’occasion de préparer la prochaine échéance, qui se déroulera à Paris en 2024. Décryptage. + de détails

 
 
Dentsu prudent dans ses prévisions du marché publicitaire en France
Les investissements publicitaires devraient croître de 7% en France et de 10,4% à l'échelle mondiale en 2021, selon le dernier rapport de Dentsu international sur les dépenses publicitaires, soit une progression de 60 milliards de dollars, pour atteindre un total de 634 milliards de dollars. Un chiffre doublé par rapport aux prévisions émises en janvier 2021 à (+5,8%). Pour 2022, l’agence anticipe une croissance de 6% dans l’hexagone. « En France, nos prévisions se veulent prudentes compte tenu du contexte encore incertain mais elles pourraient se révéler supérieures, précise Julien Domingues, directeur général de Dentsu trading. Néanmoins, nous observons une réelle embellie, logiquement depuis avril, qui s’est poursuivie sur mai et juin. Cette tendance nous semble ainsi pérenne, avec des niveaux d’investissements qui devraient rester élevés jusqu'à la fin de l'année et devraient même dépasser les investissements du dernier quadrimestre de 2020 ».
L’analyse par médias confirme la montée en puissance du numérique déjà observée l’an passé, avec une nette accélération en 2021. La télévision et la radio se rapprochent de leurs niveaux pré-Covid. L’affichage retrouve également la croissance après un début d’année encore affecté par la situation sanitaire. En revanche, la presse écrite devrait connaître une croissance limitée.

 
 
 
Le modèle publicitaire des médias de plus en plus contesté par les consommateurs
Une majorité de Français (55%) est prête à payer sa consommation de contenu numérique, films et séries en tête, mais la publicité en ligne est de plus en plus contestée. Selon une étude de l’institut Yougov, 49% des Français déclarent qu’elle réduit leur consommation souhaitée de médias. Autre enseignement, les 18-24 ans se tournent largement vers les créateurs indépendants (43%) plutôt que vers les médias traditionnels pour s’informer (18%). Etat des lieux. + de détails
 
La publicité digitale en très forte croissance au premier semestre
La publicité digitale a enregistré, au premier semestre, selon le 26ème observatoire de l’e-pub, présenté le 13 juillet par le Syndicat des régies Internet (SRI) et l’Udecam, une croissance record de 42% par rapport au premier semestre 2020 et de 37% par rapport au premier semestre 2019, à 3,834 milliards d’euros. Soit 1 milliard d’euros d’investissement net supplémentaire en un an. « La crise du Covid a marqué une vraie rupture, avec une accélération de la digitalisation, analyse Emmanuel Amiot, partner communication, média et technology chez Oliver Wyman, l'auteur de l'étude. Et la croissance est encore plus marquée au second trimestre, ce qui laisse augurer une année 2021 exceptionnelle », Décryptage.+ de détails

En savoir plus ...

Réagissez

Quelles sont vos applications presse préférées ?

Donnez-nous votre avis

Réagissez ...

Dernière minute

Comment réussir sa commercialisation digitale

A l'heure où le numérique est incontournable, pour les médias comme pour les agences et les annonceurs, les Clés de la presse organise, le 29

En savoir plus ...

A découvrir ...

Notre nouveau magazine est tout chaud, il vient de sortir

 
 
   

Un événement de 14 pages sur le paradoxe de la presse
La presse traverse, avec la crise sanitaire et la liquidation judiciaire de Presstalis, l’une des pires périodes de son histoire. Paradoxalement, les marques de presse n’ont jamais été aussi puissantes, comme le montrent les premiers chiffres de la nouvelle étude d’audience, dévoilés fin juin par l’ACPM.

Une enquête de 22 pages sur l'audio dans la presse et les médias
La presse, et les médias en général, se sont lancés dans l’aventure des podcasts. Ces nouveaux contenus, adaptés à l’écoute en mobilité et hyper-distribués sur les applications d’écoute, sont un bon moyen de séduire et fidéliser les utilisateurs.
 
Un grand entretien de 9 pages avec Eric Fottorino
Depuis 2014, année de lancement du 1, l’ex-directeur du Monde n’a eu de cesse de promouvoir un journalisme à rebours de l’immédiateté du numérique, dénué de publicité. Dans un contexte de crise post-Covid-19, il part en guerre contre un adversaire de taille, Presstalis, dont la faillite a entraîné de graves conséquences dans la distribution de la presse, mais il continue de croître dans l’innovation éditoriale. Après le 1, America et Zadig, il vient de lancer Légende.
 
La tendance du moment dans les médias
La crise de confiance pousse les médias à inviter le public dans la fabrique de l’info, avec un maître-mot : la transparence. Un challenge pour les rédactions qui innovent pour créer un lien nouveau avec leur public.
 
 
 

En savoir plus ...

Découvrez les Clés de la presse

La lettre électronique
La lettre électronique
Le magazine ...
La lettre électronique