AccueilImprimerNous contacterAjouter aux favoris

A la Une

1068 points de vente presse en moins en 2020

La crise sanitaire et la faillite du système de distribution de la presse ont fait des dégâts. Au 31 décembre 2020, le réseau de points de vente de presse était, selon Culture presse, de 20 917 magasins, en recul de 1 068 sur l’année (soit une baisse de 4,9%), alors que la diminution avait été de 579 points de vente en 2019. « Nous n’avons pas été épargnés, reconnaît Daniel Panetto, le président de Culture presse, dans la Quotidienne Union presse, mais notre réseau de proximité s’en sort mieux que les autres commerces de détail dont le nombre chute chaque année de 4 à 5% (et probablement davantage en 2020) ».
Une analyse plus fine des données permet d’observer des disparités entre la grande distribution, dont le réseau se dégrade moins (-2,3% soit 72 points de vente en moins) que celui des indépendants (-3,6%, soit 603 points de vente de moins), qui s’en sortent mieux que la moyenne nationale. Les enseignes culturelles enregistrent quant à elles une baisse de 24,7% (-191 points de vente dont de nombreux Relay) et les supplétifs un recul de 13,7% (-202 points de vente). Il est intéressant de noter que près de 70% du total des disparitions concerne des linéaires très petits ou petits (inférieurs à 80 mètres linéaires développés) », ajoute Daniel Panetto.

 
 
France info donne la parole aux 18-24 ans avec la Conférence des écoles de journalisme
A l’heure où les jeunes sont frappés de plein fouet par la crise sanitaire, France info a choisi de leur donner la parole pendant tout le mois de mars sur son antenne au sein du « club des jeunes reporters ». Mais ce ne sont pas ses propres journalistes qui officient derrière le micro, mais les étudiants des 14 écoles de journalisme reconnues par la profession, regroupées au sein de la Conférence des écoles de journalisme. Chaque jour, deux sujets sont fournis à France info par l’une des 14 écoles (sur un principe de roulement), ce qui permet de prendre le pouls d’une génération (les 18-24 ans) par des représentants de cette même génération, à travers deux reportages d'1min30 à retrouver du lundi au vendredi à 12h50, 15h20 et 19h50. « France info offre un espace de liberté à ces jeunes reporters pour qu'ils racontent leurs quotidiens et nous décrivent ce qu'ils vivent en ces temps de crise sanitaire, explique son directeur, Jean-Philippe Baille. Leurs regards sur la société actuelle est d'autant plus important qu'ils seront les voix de demain, les témoins de l'après Covid ». « C’est un projet structurant pour les 14 écoles, renchérit Pascal Guénée, le président de la Conférence des écoles de journalisme. Dans un contexte sanitaire qui suscite beaucoup de souffrance et d'incertitude, particulièrement dans les jeunes générations, nos futurs journalistes appréhendent le monde avec une sensibilité qui mérite d'être partagée ».

 
 
Jean-Louis Pelé, Pdg du groupe Nice matin
Comme nous l’avions laissé entendre dans les Clés de la presse du 26 février, Jean-Louis Pelé, jusque-là directeur délégué du groupe Amaury en charge des affaires sociales et industrielles et directeur général du groupe l’Equipe, a bien pris, hier 1er mars, la présidence du groupe Nice matin, nous a-t-on confirmé en interne. Il a pour mission « de poursuivre la stratégie de développement du groupe définie par NJJ holding », détenue par Xavier Niel, repreneur du quotidien régional en 2019. Il devra aussi « accélérer la transformation de l'entreprise en s'appuyant sur les équipes qui ont mené à bien la première phase du plan de transformation ». Celle-ci s’est notamment traduite par le lancement, le 13 février, d’une nouvelle formule marquée par une nouvelle façon de traiter l’information locale (cf. les Clés de la presse du 16 février).
 
Deux nouvelles innovations éditoriales à Centre France 
Le groupe Centre France lance coup sur coup, cette semaine, deux nouvelles innovations, avec une nouvelle marque pour le traitement du sport dans ses huit quotidiens et un nouveau magazine hors-série, à vocation nationale, sur la thématique des viandes d’exception. Dans les deux cas, la démarche consiste à tester des idées nouvelles, construites sur ce qui intéresse et sur les besoins des lecteurs, autour de thématiques fortes de son territoire, en leur donnant une dimension multi-support avec un rayonnement national. + de détails

 
 
Laurent Prud’homme prend la tête de l’Equipe dans un contexte tendu
Deux mois après son arrivée au poste de directeur général adjoint de l’Equipe (cf. les Clés de la presse du 22 décembre), Laurent Prud’homme succèdera le 1er mars à Jean-Louis Pelé à la direction générale du groupe. « Il aura pour principale mission de définir et mettre en œuvre la stratégie de développement du groupe et d’accélérer la transformation de l’entreprise, précisent Aurore et Jean-Etienne Amaury, directeurs généraux du groupe Amaury. Notre ambition est à la fois de renforcer notre offre de diffusion d’événements et de développer des contenus à forte valeur ajoutée sur l’ensemble de nos supports : papier, digital et télévision, afin de les rendre accessibles au plus grand nombre ». Dans un premier temps, l’ancien d’Eurosport, puis directeur général de Discovery France, devra pacifier une entreprise qui a connu en janvier la plus longue grève de son histoire, puis poursuivre le plan d'économie de 5 à 6 millions d'euros engagé par son prédécesseur. « Jean-Louis Pelé a souhaité quitter ses fonctions au sein du groupe Amaury pour se consacrer à de nouveaux projets professionnels dans le domaine des médias », précisent Aurore et Jean-Etienne Amaury. Selon le Figaro, c’st à la présidence de Nice matin qu’il s’apprête à rebondir.

 
 
« Comment nous allons décliner le concept de l’After foot sur papier »
Véritable institution sur RMC, l’émission After foot, diffusée le soir de 21 heures à minuit, devrait débarquer en mai sur papier à l’occasion de son 15ème anniversaire. « Aucun média français ne s’intéresse au football de demain, au-delà des compositions d’équipe et des résultats proprement dit, nous explique Gilbert Brisbois, l’un des deux animateurs, avec Daniel Riolo, de l’émission. Cette revue a l’ambition de décrypter chaque trimestre ce monde du foot ». + de détails
 
 
 
« Avec Go, nous sommes dans une démarche engagée, non militante »
L’éditeur nantais M Médias planche sur la création d’un nouveau magazine mensuel grand public, le 24 mars prochain, pour raconter la transition écologique autrement. Dans un contexte économique tendu dans la presse, Nicolas Marc, le fondateur de ce groupe de presse spécialisé dans la culture et les collectivités locales, a choisi de réaliser une campagne de pré-abonnements sur la plateforme KissKissBankBank. « Nous avons une culture de projet et de diversification de nos titres, nous explique-t-il. La création de Go était en projet bien avant la crise sanitaire, mais celle-ci le rend d’autant plus pertinent ». Entretien. + de détails

 
 
La feuille de route de Libération
Invités le 18 février de l'Association des journalistes médias, Denis Olivennes, directeur général et cogérant de Libération, et Dov Alfon, directeur de la rédaction, ont évoqué le positionnement éditorial du quotidien, la nouvelle organisation de la rédaction, ses projets, mais aussi sa situation économique, ses développements, ou encore son potentiel publicitaire. Verbatim. + de détails

La Tribune de Lyon crée une nouvelle édition locale
La Tribune de Lyon continue de creuser le sillon de l’hyper-proximité. Dans son édition du 17 février, son directeur, François Sapy, annonce la création d’un nouveau cahier « quartiers » et la relance « de notre édition locale consacrée à la Croix-Rousse, la Croix-Roussienne, que nous avions cessé de faire paraître lors du premier confinement. Et nous en ajoutons une autre, Lyon Six, dédiée au 6e arrondissement de Lyon. Presque dix pages d’informations très locales, cueillies et servies au plus près de chez vous. Les quartiers, on y vit, on y croit. Certains de nos confrères, affectés eux aussi par la crise, se retirent de ces quartiers et prennent ainsi le risque de laisser des pans entiers de la métropole sans journaliste. Pas nous ». Un investissement qui paie : la création, en 2017, d'une édition locale sur le quartier de la Croix Rousse (4 pages par semaine), la Croix-Roussienne, avec un journaliste dédié, a permis de doubler les ventes sur la zone. « Un tiers de la croissance totale de la Tribune de Lyon vient de cette édition », précisait-il l’an dernier en recevant sa 5ème étoile de l’ACPM consécutive (cf. les Clés de la presse du 28 avril 2020).

 
 
Les engagements de l’Union des marques en matière de transformation durable
Communication responsable et transformation durable sont les principales priorités de l’Union des marques. Un credo martelé le 11 février lors de la 3ème édition de son événement consacré à la communication et au marketing responsables, organisé dans le cadre de son programme Faire. « Les marques, parce qu’elles se connectent aux consommateurs et aux citoyens, parce qu’elles peuvent faire évoluer les usages, font partie de la solution et doivent montrer l’exemple », assure Hervé Navellou, directeur général de l’Oréal France et tout nouveau président de l’Union des marques. Explications. + de détails
 
Les Echos repense son magazine de fin de semaine
Un peu plus de cinq ans après la création des Echos week-end, le quotidien économique repense, le 19 février, son magazine de fin de semaine, en le positionnant sur le créneau de « la révolution responsable » et de sa nouvelle signature « Tout le plaisir d’être curieux ». « Ce chapitre 2 fera des Echos week-end un magazine soucieux d’offrir une lecture claire du monde de demain, de ses enjeux écologiques, économiques et sociétaux », explique Bérénice Lajouanie, directrice générale du pôle les Echos. Au lieu de créer une rubrique isolée, la rédaction va couvrir tous les sujets de la transformation positive dans toutes les rubriques du magazine. « Le traitement éditorial de la partie mode est également repensé pour découvrir ce qui se cache derrière cette industrie et ce qu’elle représente dans notre société », précise Henri Gibier, le directeur de la rédaction. Les lecteurs du magazine découvriront aussi de nouveaux rendez-vous, comme l’Entrepreneur de la semaine ou l’Objet éthique. Parallèlement, l’offre digitale s’enrichit de deux nouvelles newsletters, l’une sur la gastronomie et le voyage engagé pour un nouvel art de vivre, l’autre sur des solutions à impact positif. + de détails

 
 
Les encaissements presse des marchands indépendants en baisse de 5,5% en 2020
Selon l’observatoire Devlyx-Culture presse, les marchands de presse ont plutôt bien tiré leur épingle du jeu l’an dernier malgré le contexte sanitaire et la faillite de Presstalis. Les encaissements presse des marchands indépendants (à partir des chiffres de 4000 d’entre eux) ont limité la baisse à 5,5% par rapport à 2019. « Les publications ont augmenté sur l’année de 1,4%, tandis que les encyclopédies ont baissé de 22,8% et les quotidiens nationaux de 16,9% », précise l’étude. « Les marchands de presse ont profité, et c’est tant mieux, de la dérogation d’ouverture négociée et obtenue par Culture presse, et de la reconnaissance de leur activité comme étant essentielle à la vie de la nation », souligne Daniel Panetto, le président de Culture presse.

Les nouveaux modes de consommation d’Internet
Dans une année marquée par la crise sanitaire, deux confinements et un recours massif au télétravail, la consommation d’Internet a connu une profonde transformation en 2020, souligne Médiamétrie dans son traditionnel bilan annuel, l’Année Internet. L’évolution ne se voit pas sur le nombre de foyers connectés (stable à 92%) ou le nombre d’internautes mensuels (stable à 53 millions de personnes), mais sur la durée d’utilisation et les usages. « Dans cette année très particulière, Internet a surtout permis d’accélérer la digitalisation de nos vies quotidiennes », analyse Bertrand Krug, le directeur du département Internet de Médiamétrie. Retour sur ces trois tendances principales. + de détails

 
 
L’Autorité de la concurrence valide la cession de Paris turf à Xavier Niel
L’Autorité de la concurrence a autorisé, le 15 février, le rachat sans condition du groupe Paris turf par Xavier Niel, désigné l'an dernier repreneur du groupe de presse hippique en difficulté. Le tribunal de commerce de Bobigny avait choisi NJJ presse, la holding personnelle de l’homme d’affaires, pour reprendre l’éditeur de Paris turf, Bilto, ou Cheval magazine, placé en redressement judiciaire à la suite de difficultés financières liés à l'arrêt des courses en pleine crise sanitaire, couplée à la faillite de Presstalis. Même si le groupe NJJ est actif dans le secteur de la presse (où il possède le Monde, l’Obs, Telerama, Nice matin, France Antilles Martinique, France Antilles Guadeloupe, France-Guyane) et des médias (via Mediawan), l’Autorité de la concurrence estime les chevauchements d’activités limités, l’absence de risques de verrouillages entre des activités liées verticalement et l’absence de risque de ventes liées et de couplages.
 
Le Parisien repense le traitement de son information locale
Le projet était dans les cartons depuis plusieurs mois, il est désormais réalité. Avec le Grand Parisien, le quotidien d’Ile de France propose, depuis le 15 février, une refonte complète du traitement de son information locale. Abandonnées l’an dernier à l’occasion du premier confinement, les éditions départementales laissent la place à un grand cahier quotidien de 12 pages, qui propose, tous les jours du lundi au samedi, les temps forts de l’actualité de la région et de ses départements, avec des angles plus exclusifs, davantage d’enquêtes, de portraits d’entrepreneurs, de récits sur de belles initiatives, des conseils et des idées pour mieux vivre. Explications. + de détails

 
 
Pourquoi Nice matin revoit sa formule
Les lecteurs de Nice matin ont découvert, le 13 février, un nouveau journal, sur la forme mais surtout sur le fond, avec une volonté de montée en gamme des contenus et une nouvelle manière de raconter l’information locale, « avec moins de sujets traités, mais mieux, avec des formats, des angles et des thématiques différentes », nous résume Denis Carreaux, le directeur des rédactions du journal. Ce changement va de pair avec une profonde réorganisation de la rédaction, qui a débuté vendredi dernier pour s’achever à la fin mars, et de fortes ambitions numériques. Décryptage en 4 points. + de détails

 
 
Marie Claire est reconnu comme de la presse d’information politique et générale
Marie Claire est bien considéré par la commission paritaire comme un magazine d’information politique et générale (IPG). « C’est une immense fierté de recevoir cette qualification IPG, souligne Katell Pouliquen, directrice des rédactions. Elle vient saluer le travail ambitieux de toute une équipe de journalistes, engagée sans relâche pour informer nos lectrices avec exigence et passion. Cette désignation marque la reconnaissance des combats historiques menés par le magazine depuis sa création ». Et de rappeler que 33% de la surface rédactionnelle du magazine sont consacrés aux contenus d’intérêt politique et général. Cette qualification va permettre à Marie Claire de bénéficier de toutes les aides de l’Etat accordées à la presse IPG.

 
 
Les médias de Lagardère en passe d’être cédés
C’est peut-être bientôt la fin d’une époque. Le groupe Lagardère, qui a longtemps été le premier groupe de presse magazine dans le monde, pourrait bien vendre prochainement les médias qui lui restent (Europe 1, le Journal du dimanche et Paris match). Selon les Jours, Vincent Bolloré serait sur le point de reprendre le pôle radio pour l’adosser à Cnews et constituer un ensemble audiovisuel puissant. Les magazines, eux, intéressent LVMH et pourraient donc intégrer le groupe les Echos-le Parisien, même si rien n’exclut que Bolloré veuille aussi les reprendre après l’acquisition, par Vivendi, du groupe Prisma média. Un comité social et économique, prévu le 18 février, devrait permettre d’y voir plus clair.

La presse limite la baisse de sa diffusion à 1,5% en 2020
Après des années de recul de plus de 3 à 5% de sa diffusion France payée (-3,6% en 2019), la presse a limité la baisse à 1,5% en 2020. Selon l’ACPM, cela s’explique par un fort besoin d’information et de divertissement des Français durant la pandémie, mais aussi par la transition digitale menée par les éditeurs à marche forcée ces derniers mois. Sur le plan méthodologique, il faut aussi rappeler que quatre mois (de mars à juin 2020) ont été neutralisés pour cette évolution pour la presse grand public et professionnelle (avec une comparaison à période équivalente sur 2019). Décryptage. + de détails

 
 
La confiance des Français dans le numérique s’améliore mais reste minoritaire
Il fallait s’y attendre, la crise sanitaire a été un formidable accélérateur des usages numériques. Selon le 8ème baromètre de confiance dans le numérique de l’Acsel, sept Français sur dix estiment que le digital a permis « de limiter l'impact de la crise sur l'économie, de maintenir le lien social, de mieux informer et d’avertir la population sur les risques sanitaires », souligne Muriel Barnéoud, directrice de l’engagement sociétale de la Poste et vice-présidente de l’Acsel. Conséquence, la confiance a largement progressé (+5 points) pour atteindre 42% (son meilleur niveau depuis 2015), mais la méfiance reste encore majoritaire : plus d’un Français sur deux continue de penser qu'il est risqué d'utiliser Internet. Explications. + de détails
 
 
 
366 se lance dans la télévision
Comme nous l’avions laissé entendre dans les Clés de la presse du 5 février, la régie 366, dont l’actionnariat est constitué à 100% des éditeurs de presse quotidienne régionale, se lance dans la télévision. Ses dirigeants ont annoncé, le 9 février, la création de la SAS 366#TV, nouvelle venue dans l’univers des régies TV et destinée à commercialiser la publicité des télévisions locales sur le territoire français. Cette nouvelle société est détenue à 50% par 366 et à 50% par Territoires TV, société regroupant les éditeurs de télévisions locales issues de la PQR (le Télégramme, Sud ouest, la Voix du nord et la NRCO). Les premiers éditeurs à rejoindre 366#TV sont donc leurs propres chaînes (Tebeo, Tebesud, TV7 Bordeaux, TVPI, TV Tours, Weo Nord Pas de Calais et Weo Picardie), mais « d’autres chaînes sont en cours de signature et seront annoncées dans les prochaines semaines », assure 366 dans un communiqué. « L’avènement de 366#TV est la prolongation naturelle de la stratégie de 366, la régie référente de tous les points de contacts et de toutes les écritures locales,ajoute son président, Thierry Hugot. Notre savoir-faire s’enrichit aujourd’hui d’un levier supplémentaire, complémentaire de nos offres print et digitales, qui vont permettre à nos annonceurs une immersion complète dans les territoires ». Avec cette nouvelle activité, 366 peut viser à terme un chiffre d’affaires de 150 à 200 millions d’euros, estimait son directeur général, Stéphane Delaporte, lors du dernier salon de la Presse au futur, contre 99,8 millions d’euros en 2020.

Une nouvelle maquette pour Paris match
Paris match s’offre cette semaine une nouvelle maquette, plus moderne et composée de sections plus cohérentes. « La formule du magazine ne change pas du tout, insiste Hervé Gattegno, le directeur général de la rédaction, dans un entretien à l’AFP. En revanche, on change la mise en scène de l'actualité. Exemple, les différentes rubriques qui rythmaient jusqu'ici le début du magazine (culture, les gens, l'actualité des people, le match de le semaine) sont regroupés au sein d'une nouvelle grande section, la semaine de Match. Le cœur du journal, avec les grands reportages, ne change pas, ainsi que la 3ème partie (beauté, santé, art de vivre...). Le document, en revanche, un long récit qui fermait le journal, est remplacé par une 4ème section, les Archives de Match, qui met en valeur le patrimoine photographique de l'hebdomadaire. Selon Hervé Gattegno, ce nouveau découpage, qui s'accompagne d'un changement de police, procède d'une volonté de moderniser le magazine/ « La concurrence des médias est très grande, non seulement par rapport aux autres publications mais aussi avec les chaînes d'info », souligne-t-il. Sans oublier les réseaux sociaux, où l'on peut suivre à la trace la vie des people. En 2020, Paris match a enregistré une stabilité de sa diffusion France payée, à 511 996 exemplaires.
 
 
 
Les médias les plus puissants sur le numérique
La fréquentation des sites a progressé de 33% en 2020, avec 2,7 milliards de visites certifiées en moyenne tous les mois. Selon l’ACPM, qui certifie 800 sites et applis, 1500 radios et Web radios, et plus de 160 podcasts, « l'année 2020, marquée par une crise sanitaire mondiale sans précédent, a cristallisé une tendance de fond : une consommation record des contenus numériques ». Explications et classements par support. + de détails

 
 
Revue Epic, écrin du photojournalisme
Deux passionnés de photographies s’associent pour lancer un magazine trimestriel avec la volonté affichée de défendre le travail des photo-reporters, en présentant leurs travaux dans une revue haut de gamme. Le premier numéro de Revue Epic, sorti la semaine dernière, a vu le jour après une campagne de financement participatif sur KissKissBankBank. Décryptage. + de détails

 
 
Une nouvelle acquisition pour le groupe Zepros
Le groupe Zepros a annoncé, le 8 février, l’acquisition de Pertineo group, qui rassemble les sociétés Action média (une agence conseil en communication spécialisée en aftermarket), AM today (éditeur de la newsletter quotidienne Am-today.com) et Publi expert gestion, l’éditeur de la revue Après-vente auto et de son site d’information BtoB. Cette opération de croissance externe lui permet de consolider son offre sur le secteur automobile et de proposer une offre média puissante à destination des professionnels de l’univers de l’aftermarket automobile. « Grace à cette richesse, nous pouvons proposer à nos communautés des contenus plus aboutis et à nos annonceurs des solutions toujours plus élaborées et efficaces », explique Philippe Paulic, le président du groupe Zepros. 
 
Canal+ récupère les droits TV du foot jusqu’à la fin de la saison
Canal+ et la Ligue de football professionnel (LFP) ont trouvé un accord pour que la chaîne cryptée récupère les droits TV vacants de la Ligue 1 et de la Ligue 2 jusqu'à la fin de la saison, a annoncé la LFP hier soir. 80% des droits TV du foot français étaient vacants depuis la défaillance de Mediapro. Outre ces droits, Canal+ disposera de l'intégralité des droits magazines en semaine et le week-end.

 
 
Les ventes en ligne ont un peu ralenti leur croissance en 2020
Après des années de croissance à deux chiffres, les ventes en ligne n’ont progressé, l’an dernier, que de 8,5%, à 112,2 milliards d’euros, selon le bilan que la Fevad a présenté hier, 4 février. Avec la crise sanitaire et les confinements, les ventes de produits ont certes explosé de 32%, mais le recul de 10% de la vente de services (notamment des acteurs du voyage-tourisme) a freiné l’essor du e-commerce. Il n’en reste pas moins que « 2020 a profondément bouleversé les habitudes d’achat de millions de Français », souligne Marc Lolivier, délégué général de la Fevad. Explications.

 
 
Entendu sur le salon de la Presse au futur
366, la régie extralocale de la presse quotidienne régionale, a enregistré en 2020 un chiffre d’affaires de 99,8 millions d’euros, en hausse de 16% par rapport à 2019. « La proximité induit la confiance qui, elle-même, induit l’engagement », explique son directeur général, Stéphane Delaporte, pour justifier cette bonne santé atypîque dans la presse.
 
L’ACPM devrait annoncer la semaine prochaine un recul de 5% de la diffusion de la presse pour l’année 2020. « Une baisse plutôt contenue dans un contexte de confinement, de crise de Presstalis et de fermeture de certains gros points de vente come les Relay », souligne Jean-Paul Dietsch, directeur général adjoint.
 
La diffusion France payée de Society (48 668 exemplaires sur la période 2019-2020) devrait fortement progresser en 2020. Car elle bénéficiera des 400 000 exemplaires vendus l’été dernier (en deux numéros successifs) sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès. Surtout, « les ventes au numéro ont été supérieures de 30% par la suite », assure Franck Annese, le fondateur de So press.
 
Le groupe Sud ouest (GSO) planche sur la création d’un campus média sur les terrains qu’il possède autour de son imprimerie, sur la rive droite de la Garonne à Bordeaux. « Nous allons non seulement déménager notre siège social sur la zone, mais également faire venir des entreprises du digital pour créer un écosystème mêlant du coworking, des écoles de formation, de la production, autour des thématiques de l’inclusion numérique, de la RSE ou du climat », explique son directeur général, Patrick Venries. Un premier pas vers l’adoption d’un statut d’entreprise à mission.

 

Le marché de la publicité digitale reste positif en 2020
Après un premier semestre en recul de 8%, la publicité digitale a enregistré un rebond spectaculaire (+13%) au second semestre pour finir l’année sur une légère hausse de 3%, à 6,066 milliards d’euros, selon le 25ème observatoire de l’e-pub, présenté le 2 février par le Syndicat des régies Internet (SRI) et l’Udecam. « Une année atypique », estime Emmanuel Amiot, partner communication, média et technology chez Oliver Wyman, l’auteur de l’étude. Avec 3% de croissance, la publicité digitale a montré sa capacité de rebond sur un marché structurellement en croissance, alimenté par la recherche de la performance, l’e-commerce et les grandes plateformes du social et du search ». Tous les leviers sont en progression, sauf le display, en recul de 2% sur l’année, malgré un bon deuxième semestre.
 
Pourquoi Ouest France relance son application 
Le groupe Sipa-Ouest France lance sa nouvelle application mobile, qui regroupe désormais les contenus de ses quatre quotidiens (Ouest France, mais aussi le Courrier de l’ouest, Presse océan et le Maine libre) et offre davantage d’interactivité avec ses lecteurs. Neuf mois auront été nécessaires pour développer le projet. « L’application est non seulement le support privilégié pour échanger avec nos lecteurs, mais également l’outil fondamental pour développer notre portefeuille d’abonnés », nous explique Fabrice Bazard, le directeur des activités numériques du groupe Sipa-Ouest France. Explications. + de détails

 
 
L’appel d’offre de la Ligue de football a été infructueux
L’événement était attendu avec impatience par tous les acteurs du foot français. Les candidats à la reprise des droits de diffusion TV de la Ligue 1 et de la Ligue 2 avaient jusqu’à hier midi pour postuler. Mais le manque de candidatures de poids a obligé la Ligue de football professionnel à jeter l’éponge et déclaré la procédure infructueuse. Il faut dire que Canal+, Bein sport et Altice ont décidé de ne pas participer à l’appel d’offres pour reprendre les droits des matchs délaissés par Mediapro. Plusieurs offres ont bien sûr été présentées par d’autres diffuseurs potentiels, notamment Amazon, DAZN et Discovery, mais les prix attendus par la Ligue ne pouvaient être atteints sans ces acteurs majeurs. Elle va donc prendre quelques jours pour réfléchir à la suite à donner. Mais il faudra aussi compter sur la justice, puisque le tribunal de commerce de Paris et l’Autorité de la concurrence ont été saisis par Canal+.

Conde nast repense GQ
Les lecteurs de GQ vont découvrir, le 2 février, un nouveau magazine complètement repensé. « Bousculés par les offensives féministes et la vague #MeToo, les hommes, mis en cause dans leur nature la plus profonde, sont plus que jamais acculés à réfléchir et reconsidérer ce qu’ils sont supposés être et représenter depuis des générations, analyse Olivier Lalanne, le rédacteur en chef du mensuel, dans son édito. Cette nouvelle formule ambitionne de prendre le pouls et d’accompagner cette (r)évolution ». Le nouveau GQ, désormais construit en trois sections, accompagne cette masculinité en mouvement, à travers des grands entretiens de personnalités, des reportages, des enquêtes, sans oublier des sujets mode, grooming, sport, loisirs, taillés pour une version idéale de soi. Conde nast espère ainsi relancer un magazine qui a vu sa diffusion France payée s’effondrer de 92 543 exemplaires en 2019 à 48 351 exemplaires sur la période 2019-2020.
 
L’année 2021 placée par France TV publicité sous le signe de la responsabilité
Après une année 2020 marquée par la pandémie, « mais riche d’enseignements », selon sa directrice générale, Marianne Siproudhis, France TV publicité a fait de la responsabilité l’axe majeur de sa stratégie 2021, que ce soit dans sa relation avec ses clients, dans ses offres commerciales ou en tant qu’entreprise. « Nous voulons prendre part et ouvrir la voie à ce que doit être la publicité de demain : une publicité plus responsable, estime-t-elle. Nous devons nous mettre au diapason des difficultés de nos clients, mettre à l’honneur les entreprises qui ont des pratiques vertueuses, et promouvoir une consommation différente ». Décryptage. + de détails

 
 
La crédibilité des médias un peu meilleure avec la crise
Le 34ème baromètre de confiance dans les médias, réalisé par Kantar public-Onepoint pour la Croix, marque une légère amélioration après une année 2020 où la crise sanitaire a phagocyté l’information. « Jamais les Français n’avaient consommé autant les médias pour s’informer sur cette pandémie et ses conséquences, souligne François Ernenwein, le rédacteur en chef de la Croix. Après une phase de sidération, ils sont ensuite passés à de la saturation, entraînant une prise de distance par rapport à l’information et, chez certains, une recherche d’infos alternatives ». + de détails

 
 
 
Une consommation TV hors normes en 2020
En 2020, la consommation de la télévision a explosé. Selon Médiamétrie, les Français ont passé en moyenne 3h58 par jour devant leur écran. « Un record historique » selon Laurence Deléchapt, directrice du département TV, soit 18 minutes de plus qu’en 2019. Cette croissance s’explique bien sûr par la crise sanitaire et les confinements, et se traduit à la fois par une augmentation du nombre de téléspectateurs quotidiens (44,3 millions de personnes, +8% par rapport à 2019) et au temps consacré par chacun à l’écoute de la TV (+3% par rapport à 2019). Tous les publics sont concernés par cette progression, notamment deux cibles très recherchées par chaînes et annonceurs : les CSP+ ont passé 34 minutes de plus chaque jour devant la télévision, et les jeunes 15-34 ans (+14 minutes).

 
 
C’est parti pour Fresh magazine
Le premier numéro de Fresh magazine, guide dédié à l'art de vivre lancé par les influenceurs Yanis Bargoin et Janaina de Macedo, vient de sortir. Il est distribué gratuitement, tous les quatre mois, dans les hôtels, les restaurants, les salons VIP des gares et des aéroports ou les boutiques. Comme nous l’expliquait Yanis Bargoin dans les Clés de la presse du 4 décembre dernier, Fresh magazine ambitionne de raconter l'art de vivre à la française. Au sommaire, des rencontres avec des chefs de restaurants gastronomiques, dont le vainqueur de Top chef, David Gallienne, et des artistes, tels que le musicien Charlie O. Avec un parti pris : valoriser le made in France afin de soutenir les acteurs culturels dans une période difficile. Le modèle économique, qui reste à parfaire, pourrait reposer sur une campagne de financement participatif ou des campagnes sur le Web, via un site Internet structuré en une quinzaine de rubriques allant du loisir à la beauté, en passant par la tech et l'automobile. Dans le dispositif, le magazine remplit un rôle d'image de marque et de crédibilité tandis que les réseaux sociaux, notamment ceux des deux cofondateurs, seront le relais des contenus auprès des communautés. Dans un second temps, quand la situation sanitaire le permettra, l'idée serait d'ajouter une dimension événementielle au projet, par le biais d'un club Fresh ou de brunch.
 
« La Presse au futur 100% digital reste un laboratoire d’idées et d’innovations »
Prévu à l’origine début décembre à Paris, le salon la Presse au futur aura finalement lieu les 2 et 3 février prochain dans une version 100% digitale. « L’expérience de créer un nouveau produit, ou au moins de renouveler le salon en profondeur, tout en s’appuyant sur les recettes du succès de ces 14 dernières années, est passionnante à titre personnel et professionnel, nous explique son organisatrice, Dorothée Thuot (qui organise également aux mêmes dates le salon All for content). Mais c’est aussi un sacré challenge ». Celui de conserver les fondamentaux de ce rendez-vous majeur sur l’économie de la presse, tout en profitant du digital pour apporter des nouveautés. En espérant que les professionnels de la presse jouent le jeu. Entretien. + de détails

 
 
Plantu quitte le Monde le 31 mars
Plantu, dessinateur historique du Monde, a confirmé dans différents médias son départ du quotidien le 31 mars, quelques jours après ses 70 ans, soulignant que celui-ci n'avait rien à voir avec la polémique liée au dessin, et au départ, de son collègue Xavier Gorce. « Le 31 mars, je serai remplacé par des dessins de Cartooning for peace, l'association que j'ai créée avec Kofi Annan il y a 15 ans, a-t-il déclaré à l’AFP. En fonction de l'actualité, il y aura un dessin américain, russe, vénézuelien, algérien ». Une solution choisie d'un commun accord avec le directeur du Monde, Jérôme Fénoglio, et Cartooning for peace. « On a 52 nations représentées à l’association, ce qui permettra d'avoir chaque jour un dessinateur d'un pays différent, avec son approche propre ».

En savoir plus ...

Réagissez

Quelles sont vos applications presse préférées ?

Donnez-nous votre avis

Réagissez ...

Dernière minute

Comment réussir sa commercialisation digitale

A l'heure où le numérique est incontournable, pour les médias comme pour les agences et les annonceurs, les Clés de la presse organise, le 29

En savoir plus ...

A découvrir ...

Notre nouveau magazine est tout chaud, il vient de sortir

 
 
   

Un événement de 14 pages sur le paradoxe de la presse
La presse traverse, avec la crise sanitaire et la liquidation judiciaire de Presstalis, l’une des pires périodes de son histoire. Paradoxalement, les marques de presse n’ont jamais été aussi puissantes, comme le montrent les premiers chiffres de la nouvelle étude d’audience, dévoilés fin juin par l’ACPM.

Une enquête de 22 pages sur l'audio dans la presse et les médias
La presse, et les médias en général, se sont lancés dans l’aventure des podcasts. Ces nouveaux contenus, adaptés à l’écoute en mobilité et hyper-distribués sur les applications d’écoute, sont un bon moyen de séduire et fidéliser les utilisateurs.
 
Un grand entretien de 9 pages avec Eric Fottorino
Depuis 2014, année de lancement du 1, l’ex-directeur du Monde n’a eu de cesse de promouvoir un journalisme à rebours de l’immédiateté du numérique, dénué de publicité. Dans un contexte de crise post-Covid-19, il part en guerre contre un adversaire de taille, Presstalis, dont la faillite a entraîné de graves conséquences dans la distribution de la presse, mais il continue de croître dans l’innovation éditoriale. Après le 1, America et Zadig, il vient de lancer Légende.
 
La tendance du moment dans les médias
La crise de confiance pousse les médias à inviter le public dans la fabrique de l’info, avec un maître-mot : la transparence. Un challenge pour les rédactions qui innovent pour créer un lien nouveau avec leur public.
 
 
 

En savoir plus ...

Découvrez les Clés de la presse

La lettre électronique
La lettre électronique
Le magazine ...
La lettre électronique