AccueilImprimerNous contacterAjouter aux favoris

A la Une

Albin Serviant finalise son plan de continuation pour i-o média

Selon nos informations, Albin Serviant, CEO et cofondateur du groupe i-o média, ne va pas attendre la fin de la période d’observation (de six mois, reconductible une fois) de son redressement judiciaire, entamée le 13 octobre dernier, pour proposer au juge un plan de continuation de ses activités autour des marques Têtu, Ideat, The good life, Opéra magazine et Dim Dam Dom. « Les résultats de la période d’observation sont plutôt positifs, nous explique-t-il. Au-delà de la restructuration et des réductions de coûts, notre stratégie de montée en gamme a plutôt bien fonctionné avec une augmentation de nos prix de vente et une optimisation de la mise en place qui n’a pas eu de conséquences sur les ventes ». Au contraire, les recettes de diffusion de The good life ont progressé de 8% en volume et de 28% en chiffre d’affaires au deuxième semestre 2023 après la mise en œuvre d’une nouvelle formule. « Nous allons aussi accélérer cette année la diversification du titre sur le modèle de Têtu, avec un festival sur la cité de demain, en mai prochain à Biarritz. Nous avons bien redressé la barre, même s’il faut rester vigilant ». + de détails

 
 
A 115 ans, Historia reprend l’offensive sur le print et le digital
Six mois après son rachat par le groupe les Echos-le Parisien, Historia se réinvente avec le lancement, le 22 février, d’une nouvelle formule de son mensuel et la création d’un tout nouveau site d’histoire éditorialisé et mis à jour quotidiennement par une rédaction dédiée. « Historia avait besoin de se régénérer, nous explique son rédacteur en chef, Eric Pincas. L’arrivée de Franck Ferrand à la direction éditoriale nous a donné un nouveau souffle, un nouvel élan. Et il était temps de changer car la dernière évolution significative datait de 2016 », tout en précisant dans la foulée que « ce n’est pas une révolution, mais une évolution du titre ». Avec cette nouvelle formule, Historia va tenter de stabiliser les ventes en kiosques et son portefeuille d’abonnés et espère bien bénéficier de l’expertise digitale du Parisien et des Echos pour lancer un chantier numérique jusque-là très timide. Décryptage en 3 points. + de détails

 
 
Indigo publications s’attaque au chantier digital de XXI
XXI a lancé le 19 février un site internet (Revue21.fr) positionné sur l'investigation et le grand reportage autour de cinq thématiques : géographies, pouvoirs, écosystèmes, algorithmes et aventures. Selon Indigo publications, qui a repris le titre en fin d’année dernière, le site proposera tous les jours des articles en exclusivité comme une enquête-événement, des éclairages, des coulisses, des photos et portfolios, mais également les archives depuis 2008 des revues au format numérique. « L'exigence éditoriale et graphique sera identique dans les deux formats, papier et en ligne », assure le groupe qui édite aussi La Lettre (ex-Lettre A), sur les coulisses de la politique, des entreprises et des médias. Le 7 mars, Revue21.fr publiera également une enquête sur un fournisseur alternatif d'électricité qui s'est considérablement enrichi au détriment d'EDF et des consommateurs. Cette publication se fait en partenariat avec le magazine de France 2 Complément d'enquête, qui diffusera à cette date une émission sur le même sujet. Comme pour tous les titres d’Indigo publications, le modèle économique repose sur l'abonnement numérique (9 euros par mois pour un an de souscription, puis 12 euros par mois, ou 145 ans par an).
 
Une nouvelle maquette et de nouvelles offres éditoriales pour les titres du groupe Sud ouest
Les lecteurs de Sud ouest vont découvrir, aujourd’hui 20 février, un nouveau journal, au format plus petit, avec un nouveau logo et de nouveaux rendez-vous éditoriaux. « La réduction du format de nos journaux, quotidiens et hebdomadaires, est l’occasion de se réinventer, et de donner un nouveau souffle à nos maquettes et nos contenus, nous explique Emeline Saëz, la directrice marketing du groupe, dans un entretien aux Clés de la presse. Tous nos titres sont concernés par cette évolution ». Les trois hebdos (la Dépêche du bassin, le Résistant et Haute-Gironde) ont ouvert le bal le 15 février, la République des Pyrénées a suivi, hier 19 février, et Sud ouest, Charente libre et Dordogne libre se lancent aujourd’hui. Décryptage en quatre points. + de détails

 
 
Un nouveau pilote pour la Société des droits voisins de la presse
La Société des droits voisins de la presse (DVP) ouvre une nouvelle étape de son développement avec la nomination de Mélanie Loubersac au poste de directrice générale-gérante. Depuis sa création en 2021, DVP joue un rôle déterminant pour défendre la rémunération des éditeurs et agences de presse face aux entreprises technologiques qui reprennent leurs contenus. « Avec ses 305 adhérents, DVP aborde cette nouvelle phase avec combativité, confortée par la conclusion d’un accord de licence avec Google annoncé fin 2023 et poursuit actuellement plusieurs négociations », souligne son président, Jean-Marie Cavada. Forte de 15 années d’expérience dans la gestion collective et après avoir occupé les fonctions de directrice de la répartition audiovisuelle de la Sacem, Mélanie Loubersac succède à Caroline Bonin, qui poursuivra une mission de conseil stratégique de DVP sur le volet juridique et se consacrera, aux côtés du directeur général adjoint de la Sacem, aux enjeux juridiques liés au développement de l’intelligence artificielle et à l’analyse de ses impacts.
 
 
 
Ce qu’il faut retenir de l’évolution de la diffusion de la presse en 2023
La diffusion de la presse française a reculé, selon l’ACPM, de 4,6% en 2023, à 2,7 milliards d'exemplaires. Une évolution à périmètre constant qui ne tient pas compte des nouveaux titres lancés l’an dernier comme Diverto, TV mag, la Tribune dimanche et Harper’s bazaar, dont les débuts sont encourageants. Concrètement, pas moins de 7,5 millions d’exemplaires sont diffusés chaque jour. Quant aux sites et applis de presse, ils comptabilisent 75 millions de visites quotidiennes. Sans surprise, la part des versions numériques prend de plus en plus de poids dans la diffusion de la presse (24% de l’ensemble) et devance les ventes au numéro (23% de l’ensemble). Décryptage en cinq points. + de détails

 
 
« Avec cette nouvelle formule, Télé loisirs revient à son ADN d’origine »
Après deux années de repositionnement de la marque, illustrée par une montée en gamme des couvertures et un travail sur les grilles des chaînes, Télé loisirs lance, ce 19 février, une nouvelle formule qui marque un retour à son ADN d’origine, qui se traduit notamment par la création d’un nouveau cahier de 30 pages axé sur… les loisirs. « Ce n’est pas juste un changement de maquette, mais une nouvelle formule profonde, nous explique Julien Lamury, le directeur des rédactions grand public de Prisma média. Nous allons non seulement densifier la partie loisirs, mais nous poussons aussi le curseur sur les coulisses des émissions TV et des plateformes de streaming ». Prisma média profite aussi de l’occasion pour augmenter le prix de vente de 10 centimes (à 1,80 euro). Entretien. + de détails

 
 
Google inaugure un hub dédié à l’intelligence artificielle à Paris
Google a inauguré, le 15 février à Paris, un hub pour la recherche et le développement de l’intelligence artificielle destiné à l’écosystème français de l’IA. Ce nouveau lieu doit permettre d'accélérer le développement de produits basés sur l’IA, de faire émerger de nouveaux partenariats académiques et de recherche, et de former des professionnels aux outils de l’IA. L’objectif, explique Google, est de « développer la recherche scientifique en matière d’IA en France et d’accompagner ses applications par les acteurs économiques tricolores ». Ce hub rassemble plus de 300 chercheurs et ingénieurs de Google, notamment des équipes de Google deepmind et de Google research (qui collaborent avec les universités et instituts de recherche français, pour développer la recherche en IA) et des équipes de Youtube et Chrome qui contribuent au développement de ces produits, utilisés par des millions d'utilisateurs en France et dans le monde.
 
 
 
L’Obs va changer de formule
Dix ans après son changement de nom (du Nouvel observateur à l’Obs) et cinq ans après sa dernière évolution, l’Obs s’apprête à proposer une nouvelle formule à ses lecteurs. Celle-ci sera officiellement présentée au marché le 28 février.

 
La fréquentation digitale des marques médias en hausse de 2% en 2023
En 2023, la fréquentation numérique des quelque 300 marques médias certifiées par l’ACPM (réparties sur 770 supports) a progressé de 2% par rapport à 2022. Les sites les plus consultés sont ceux de l’actualité et de l’information généraliste (60% de l’ensemble), devant la société (12%) et le divertissement (9%). Le groupe le plus puissant est Prisma média, devant Sipa-Ouest France, France télévisions, la Dépêche du midi, le Monde, Reworld média, Ebra, l’Equipe, le Parisien et Radio France. En termes de marque, le Figaro l’emporte devant le Monde, France info, Ouest France et BFM TV.

 
 
La grogne monte dans la presse contre une éventuelle modification de la loi de 1881
Le vote, le 7 février en première lecture, par l’Assemblée nationale d’un délai de prescription allongé (de trois mois à un an) pour injure envers les élus suscite les inquiétudes du monde de la presse car ce texte entraînerait une modification de la loi de 1881 sur la liberté de la presse. Ce rallongement du délai de prescription porte « le risque de voir, durant un an, un élu ou un candidat s'en prendre à un ou une journaliste ou à un éditeur de presse si la suite de son mandat venait à subir les conséquences d'informations délivrées par un organe de presse », dénoncent les syndicats de journalistes SNJ, SNJ-CGT, CFDT et SGJ-FO. L'Association des avocats praticiens du droit de la presse a aussi estimé que la mesure revient à « anéantir un pilier de la loi sur la presse » et à « brider la critique à l'égard des élus ». « Ne laissons pas la loi sur la liberté de la presse être fragilisée, ajoute Reporters sans frontières. Si une personne s'estime lésée par une publication de presse, elle doit être particulièrement réactive. À défaut, la liberté de la presse et d'expression l'emporte ». + de détails
 
  

Une consommation Internet toujours plus élevée en 2023
Dans une société marquée par l’hypermobilité et l’immédiateté des échanges, les usages digitaux rythment le quotidien des Français. Selon le bilan annuel 2023 de Médiamétrie, la consommation Internet a retrouvé l’an dernier ses niveaux records du Covid avec un temps de surf quotidien de 2h24 en moyenne, en hausse de 6 minutes sur un an et de 50 minutes sur cinq ans. « Cette croissance de la consommation digitale s’explique à la fois par une hausse du nombre d’internautes et une intensité des usages », souligne Bertrand Krug, directeur digital & presse de Médiamétrie. Explications. + de détails

 
 
Ideat planche une nouvelle formule
Si le groupe i/o média n’est pas encore sorti de sa procédure de redressement judiciaire, ses magazines continuent d’évoluer. Les équipes d’Ideat planchent sur la préparation d’une nouvelle formule, attendue pour le 28 mars. « A l’heure de la dispersion de l’information et de l’immédiateté, nous pensons que réinvestir le support du papier a plus que jamais du sens, explique sa rédactrice en chef, Vanessa Chenaie. C’est pourquoi nous travaillons sur une nouvelle formule pour continuer d’éclairer notre lectorat d’initiés ou de curieux sur les grands designers d’hier et d’aujourd’hui, sur notre patrimoine décoratif et architectural, sur les enjeux que représente la création d’objets, de lieux et de bâtiments dans un monde en pleine mutation ». La mue ne touche pas seulement le magazine papier, le digital est aussi concerné. « Avec des rendez-vous en prise directe avec l’actualité (previews d’expositions, grands événements, ouvertures d’hôtels, de restaurants et de galeries, tête d’affiche ou objet culte), Ideat.fr et ses réseaux sociaux livreront chaque jour leur lot de nouveautés pour construire ensemble un espace critique de réflexion ».

 
 
DC company boucle l’acquisition de Konbini
Annoncée en septembre dernier via une entrée en négociations exclusives, l’acquisition de Konbini par DC company est officielle. Fondé en 2008 par David Creuzot et Lucie Beudet, Konbini s’est imposé comme un média digital d’information et de divertissement majeur auprès des 15-35 ans en Frannce, avec 3,5 milliards de vues par an et 30 millions d’utilisateurs par mois. Depuis sa création, DC company rassemble des médias digitaux qui mobilisent des communautés engagées, comme les Éclaireuses ou le Gorafi, mais propose aussi un incubateur (Propuls’her) et un cercle d’entrepreneurs et de dirigeants (DC club). « Avec Konbini, DC company poursuit son ambition de créer un nouveau groupe média qui vient bousculer les modèles traditionnels en rassemblant le meilleur de la créativité et de la technologie », explique son fondateur, Geoffrey La Rocca. Konbini compte 175 personnes dont 40 journalistes et affiche 20 millions d’euros de chiffre d’affaires.
 
 
 
La diffusion des quotidiens nationaux en hausse de 2,76% en 2023
Les quotidiens nationaux ont encore enregistré en 2023 une croissance de leur diffusion France payée (+2,76%) selon les chiffres de l’ACPM publiés le 8 février. La palme de la progression est à mettre à l’actif de la Croix (+7,13%), devant Libération (+5,33%) qui repasse la barre des 100 000 exemplaires (100 327 exemplaires), puis le Monde (+3,24%), le Figaro (+2,08%), l’Equipe (+1,63%) et les Echos (+0,37%). Dans cette famille de presse, le Monde est de loin le leader avec 497 548 exemplaires devant le Figaro (363 533 exemplaires) et l’Equipe (223 725 exemplaires). Mais il reste loin de Ouest France qui, malgré une baisse de 1,88% de sa diffusion France payée, demeure le premier quotidien français avec 601 059 exemplaires). 
 
 
 

Un marché publicitaire digital en trompe-l’œil pour les sites d’information
Après un premier semestre en berne, le marché français de la publicité digitale a finalement achevé l’année 2023 sur une croissance de 9%, à 9,3 milliards d’euros, selon le 31ème observatoire de l’e-pub, réalisé par le cabinet Oliver Wyman pour le SRI et l’Udecam. « Ce marché est structurellement dynamique, estime Emmanuel Amiot, partner communication, média et technology chez Oliver Wyman, il a même doublé depuis 2017, et devrait même dépasser les 10 milliards d’euros en 2024 ». Seul bémol, ce marché est surtout tiré par les grandes plateformes américaines, et les médias français ont bien du mal à en bénéficier. Pire, pour la première fois, le secteur de l’édition et de l’information, qui regroupe les sites de presse et les grands pure-players d’information, s’affiche en baisse de 6% en 2023, à 548 millions d’euros. Une décroissance qui s’explique par un transfert des budgets publicitaires en dehors du display, au profit des formats vidéos et audio. « Si l’on ne peut que se féliciter de la bonne dynamique du marché, il faut revenir sur un constat très grave : cette croissance ne profite pas à tous les acteurs, déplore Corinne Mregen, la nouvelle présidente du SRI. Cette baisse de 6% des recettes publicitaires digitales de l’édition-info est alarmante car elle est susceptible de remettre en cause le financement des contenus par les éditeurs ». + de détails
 
 
 

Comment Science & vie junior repart à l’offensive
Avec une nouvelle formule print et un nouveau site le 7 février, un hors-série (100 inventions dingues) le 14 février et un nouvel événement (la journée des jeunes inventeurs) le 3 mars, Reworld média a choisi de réinventer Science & vie junior. Depuis sa création le 20 janvier 1989, il y a tout juste 35 ans, cette déclinaison de Science & vie s’est faite une place sur le marché de la presse jeunesse, et a d’ailleurs encore été élu en 2023 comme le meilleur magazine jeunesse par le jury du prix Relay/SEPM. Mais sa diffusion est en forte baisse depuis quelques années. Décryptage. + de détails

 
 
L’audio digital monte en puissance selon l’ACPM
Le marché de l’audio digital continue de se structurer. Selon l’ACPM, qui a publié le 2 février son bilan pour l’année 2023, il confirme sa progression, avec une augmentation de 4% de la durée d’écoute pour les radios digitales (sur une base de 1912 Web radios étudiées) et une hausse de 9% des téléchargements pour les podcasts (sur une base de 842 podcasts, dont 436 nouveaux en 2023). Explications. + de détails

 
 
La Dépêche du midi reprend une brasserie mythique de Toulouse
La Dépêche du midi poursuit sa stratégie de diversification en reprenant, au côté d’Esprit Pergo, restaurateur de renom à Toulouse, la brasserie Bibent, située place du Capitole. Si la préservation des emplois des 43 salariés et la volonté de redonner vie à cette institution emblématique sont à l’origine de cette opération, l’objectif est d’aller plus loin. « Nous voulions faire quelque chose ensemble depuis longtemps et nous avons considéré que la reprise du Bibent était une formidable occasion de réaliser ce projet », expliquent Jean-Nicolas Baylet, directeur général du groupe la Dépêche, et Thomas Fantini, le président d’Esprit Pergo, qui rappellent que c’est dans cet établissement que Jean Jaurès, alors adjoint au maire de Toulouse, venait écrire ses articles pour le journal. 
 
 

Investir donne le coup d’envoi de la célébration de ses 50 ans
Créé le 28 janvier 1974 par des journalistes de la Vie française, Investir a toujours conservé son ADN d’origine de journal d’information et de conseil pour les épargnants et des investisseurs. Le spectre des placements s’est considérablement élargi en 50 ans, mais « nous avons toujours la mission d’analyser une information économique, fiscale et financière, pour aboutir à des conseils pratiques pour les épargnants », nous rappelle François Monnier, directeur de la rédaction d’Investir, mais aussi des autres magazines patrimoniaux et financiers du groupe les Echos-le Parisien (le Journal des finances, Boursier.com et Mieux vivre votre argent).
Pour fêter son 50ème anniversaire, la rédaction a choisi de tirer les enseignements du demi-siècle passé pour se projeter dans l’avenir. « La Bourse s’inscrit dans le temps long, et cet anniversaire est l’occasion de le démontrer », poursuit-il. Pendant toute l’année, Investir proposera, tous les premiers samedis de chaque mois, un dossier spécial sur une thématique majeur du secteur : pourquoi la Bourse aime les belles histoires, la Bourse face à l’adversité, l’assurance-vie, le marché immobilier, la retraite, les enjeux responsables et environnementaux. Le dispositif commence le février avec les unes emblématiques du journal, une reprise de l’interview de Valéry Giscard d’Estaing, alors ministre des Finances, paru dans le premier numéro, et un entretien avec Stéphane Boujnah, le Pdg d’Euronext. « Car c’est en regardant dans le rétroviseur que l’on peut se projeter », estime François Monnier, qui promet aussi des rencontres physiques avec les lecteurs du journal et la communauté financière. Cet anniversaire est aussi l’occasion de faire repartir à la hausse la diffusion France payée d’Investir après deux années de stagnation (64 475 exemplaires sur la période 2022-2023, mais 60 204 exemplaires en 2019).

 
 
Gala promet un nouveau projet pour le 21 mars
Le nouveau Gala sortira dans les kiosques le 21 mars, tout juste quatre mois après son rachat à Prisma média par le groupe Figaro. « Ce n’est pas une nouvelle formule, mais un nouveau projet, un nouveau format », a assuré Matthias Gurtler, son directeur de la rédaction, le 31 janvier, à l’occasion d’une présentation au marché publicitaire. « Gala est une marque de l’émotion, dans le cœur des Français, qui a beaucoup de points communs avec le Figaro, estime de son côté Aurore Domont, la présidente de la régie, Media.figaro. Elle complète parfaitement notre offre à destination des femmes, avec Madame Figaro, le Journal des femmes et Mad ». Explications. + de détails

 
 
Le Monde étoffe son dispositif éditorial pour les JO
A quelques mois des Jeux olympiques et paralympiques, le Monde, qui couvre depuis un an l’actualité des sports, les qualifications, la préparation de la cérémonie d’ouverture, la billetterie et les questions qui se posent sur le budget, la sécurité et l’empreinte écologique des JO de Paris 2024, renforce son dispositif éditorial sur tous ses supports. « Vidéos, pages et cahiers spéciaux, lives, infographies, correspondants internationaux : une équipe de 80 journalistes de la rédaction du Monde est mobilisée pour faire vivre et décrypter l’événement », explique son directeur, Jérôme Fenoglio. Une couverture également accessible en anglais sur le site et l’application le Monde in english et dans la rubrique Paris Olympics 2024.
Pour aller plus loin, la double page d’articles et d’enquêtes, auparavant publiée chaque mois, devient hebdomadaire. De même, de plus en plus d’articles dédiés, des lives et des tchats sont accessibles sur le site du Monde et dans la rubrique Jeux olympiques de Paris 2024. De son côté, M le magazine du Monde proposera aussi des enquêtes et portraits à partir du printemps 2024. La rédaction du Monde suivra aussi l’arrivée de la flamme olympique à Marseille avec une couverture particulière. Puis, à partir du daté du 25 juillet, le quotidien publiera chaque jour un cahier spécial de huit pages tout au long de la compétition. Enfin les Jeux paralympiques feront également l’objet d’une couverture et d’une pagination exceptionnelles.

 
 
Ouest France profite des Jeux olympiques pour tester un nouveau format éditorial
Ouest France a publié, le 31 janvier, un nouveau magazine 100% numérique et 100% dédié aux Jeux olympiques et paralympiques. Baptisé l’Edition des jeux, ce nouveau titre vient compléter le dispositif éditorial du journal pour les JO de Paris 2024, déjà décliné dans le quotidien papier et les supports numériques de la marque. « Ce nouveau magazine a la double vocation d’offrir quelque chose de nouveau à nos abonnés et d’aller chercher de nouveaux lecteurs », nous explique Edouard Reis Carona, rédacteur en chef de Ouest France en charge de l’innovation. Décryptage. + de détails

 
 
Rachida Dati veut « replacer la culture au cœur de notre projet de société »
Le moins que l’on puisse dire, c’est que Rachida Dati était attendue, le 29 janvier, pour ses premiers vœux de ministre de la Culture aux acteurs culturels et à la presse. C’est pourquoi elle avait choisi un lieu hautement symbolique, le nouveau musée national de l’histoire de l’immigration, dans le palais de la porte Dorée, à Paris, pour le faire. « C’est vrai que ma nomination a surpris », a-t-elle reconnu, en rappelant que la culture avait toujours fait partie de sa vie, depuis Mosaïque, l’émission des cultures immigrées diffusée le dimanche matin sur France 3 de 1977 à 1987 à laquelle est avait, enfant, souhaité participer, jusqu’à son rôle dans le développement de la culture dans les prisons quand elle était Garde des Sceaux. « Or la culture qui vous marque à un moment de votre vie ne vous quitte jamais », assure-t-elle. C’est pourquoi l’une des deux priorités de son ministère sera de « replacer la culture au cœur de notre projet de société », l’autre étant « de consolider notre modèle culturel ». + de détails

 
 
Les Etats généraux de l’information bientôt à mi-parcours
Un peu moins de quatre mois après leur lancement, les Etats généraux de l’information (EGI) fonctionnent à plein régime. Les auditions de succèdent, les consultations et les événements se multiplient, les 51 membres des cinq groupes de travail y consacrent en moyenne, bénévolement, une journée par semaine. « Les équipes sont en place, les fondations ont été posées et les murs se construisent petit à petit, résume Christophe Deloire, délégué général et cheville ouvrière de l’opération. Mais nous sommes à peine à mi-parcours et la fin du processus est programmé pour l’été. Les délais seront tenus ». Etat des lieux. + de détails

 
 

Le Figaro change sa maquette et se dote d’une nouvelle identité graphique 
Le Figaro inaugure, le 26 janvier, une nouvelle maquette qui entend renforcer la cohérence graphique entre le journal papier et les autres supports de la marque, sur le numérique et à la télévision. Destinée à rendre le quotidien papier « plus élégant, plus épuré, plus statutaire » et à offrir un confort de lecture renforcé à travers des codes renouvelés, cette évolution s’inscrit dans la stratégie omnimédia du groupe pour réunir la communauté la plus large possible de lecteurs.
Cette refonte repose sur plusieurs innovations, dont une nouvelle charte graphique des têtières, destinée à mettre la marque encore plus en valeur, à l’image de ce que pratique déjà le Figaro sur son site depuis quelques années, mais aussi un changement de typographie de la titraille (là encore pour se rapprocher des codes du Web) et un allègement de la maquette par une mise en valeur du texte et de la photo. « Le Figaro fait évoluer sa maquette pour coller à l’époque et être toujours à la pointe graphique et éditoriale, précise son directeur des rédactions, Alexis Brézet. Sa mission est plus que jamais de donner de la profondeur, de décrypter et commenter le monde qui nous entoure ». Sur le plan technique, cette réforme graphique s’accompagne d’une généralisation de l’utilisation de Verso, le système rédactionnel maison, déjà utilisé sur le Web et dans une partie des services. + de détails
 

 
 
Le Dauphiné libéré accélère sur l’événementiel
Christophe Victor, directeur général du Dauphiné libéré, nous l’avait annoncé dans l’entretien qu’il nous avait accordé en mai dernier lors du lancement de la nouvelle formule du quotidien régional, la diversification est essentielle dans le modèle économique du journal pour faire repartir le chiffre d'affaires à la hausse et retrouver plus de rentabilité. Et il ne cachait pas que l’événementiel constituait un levier majeur pour y parvenir. Ce n’est pas un hasard si sa maison-mère, le groupe Ebra, a multiplié les investissements dans ce domaine ces dernières années, avec des entrées au capital de la Grande odyssée (une course de chiens de traineaux) et de Nordic Walkin (une course de marche nordique), ou la reprise de Live event (organisatrice de compétitions sportives entre entreprises). « Nous allons nous-mêmes lancer en février 2024 à Grenoble un nouveau rendez-vous sur l'innovation (Tech & fest) », nous avait annoncé Christophe Victor, qui se donne trois à cinq ans pour que la diversification représente 20 % de l'activité du Dauphiné (contre 5% en 2022).
Après près d’une année de de préparation, l’événement est prêt. Organisé les 1er 2 février à Grenoble, il a pour objectif de donner aux expertises de la région Auvergne-Rhône-Alpes, ainsi qu’à l’innovation venue de toute la France, la mise en lumière qu’elles méritent. « Notre volonté est à la fois de devenir un nouveau temps fort économique et de proposer des solutions concrètes aux dirigeants à travers des rendez-vous, des déjeuners, ou encore des moments de rencontre entre pairs », explique Benjamin Coron, le co-directeur du festival. + de détails

 
 
Le pari multiforme de la Lettre Zola
Un nouveau média littéraire va être lancé le 25 janvier avec l’ambition de raconter la société actuelle à travers le regard de jeunes écrivains. L’idée est née dans la tête de deux amis d’enfance, Louis Vendel et Manor Askenazi, qui travaillent depuis quelques années dans le secteur de l’édition de magazines et de livres, et qui réunissent les deux mondes en mobilisant une trentaine de jeunes romanciers dans la Lettre Zola. Le principe : chaque mois, l’un d’entre eux publie un texte d’une cinquantaine de pages, à mi-chemin entre le reportage, la nouvelle et le livre, en s’appuyant sur une actualité réelle. « Qu'il s'agisse d'un fait divers au Pays basque, du rapport aux addictions, de la santé mentale, de l'héritage familial, ou du désir... les thèmes dont ils s'empareront donneront toujours à voir une facette de la société d'aujourd'hui », explique Louis Vendel. + de détails

 
 
Le média scientifique canadien Cscience débarque en France
Cscience média, entreprise canadienne propriétaire du média scientifique Cscience, se lance en France avec l’ouverture, début janvier à Lyon, d’une nouvelle rédaction. En s'appuyant sur un dispositif éditorial composé de journalistes et d'experts, elle propose un contenu spécialisé et accessible pour « iinformer et sensibiliser de manière objective et responsable sur les impacts des solutions technologiques innovantes, explique Philipe Régnoux, son directeur de la publication. « Cscience Lyon représente une étape-clé dans notre mission de rendre accessible l’information scientifique et technologique à une audience francophone toujours plus large. Lyon, avec son dynamisme dans le domaine de l’innovation, est un choix stratégique pour notre expansion internationale ». En cinq ans d’existence, Cscience a rassemblé au Québec une communauté de près de 280 000 internautes, lecteurs et auditeurs en 2023, en hausse de 110% par rapport à 2022.
  

 
 
Artemis prend le contrôle de Point de vue
Après avoir pris une première participation dans Royalement vôtre éditions, l’éditeur de Point de vue, en juillet 2018, Artemis en prend désormais le contrôle en rachetant les participations de l’IDI et d’Audacia qui souhaitaient se retirer. Société patrimoniale de la famille Pinault, Artemis est l’actionnaire de contrôle du groupe de luxe Kering, et aussi Christie’s, Ponant, le Stade Rennais, ou encore l’hebdomadaire le Point dans la presse. « Grâce au travail remarquable de ses équipes menées par Adélaïde de Clermont-Tonnerre, Point de vue s’est imposé comme un média de référence dans l’actualité des célébrités d’exception, souligne Héloïse Temple-Boyer, directrice générale adjointe d’Artémis. Nous sommes très enthousiastes à l'idée de renforcer notre engagement et de continuer à l’accompagner dans l’accélération de son développement et de sa transition numérique ». Si la diffusion France payée de l’hebdomadaire a baissé ces dernières années, en passant de 142 972 exemplaires en 2019 à 110 203 exemplaires en 2022-2023, la fréquentation de son site a progressé de 117% entre 2022 et 2023 pour atteindre 10 millions de visiteurs uniques.

En savoir plus ...

Réagissez

Quelles sont vos applications presse préférées ?

Donnez-nous votre avis

Réagissez ...

Dernière minute

La billetterie du festival de l’info locale est ouverte

Ouest medialab organise à Nantes, du 21 au 23 septembre, la 4ème édition du Festival de l'info locale. Une rencontre professionnelle d'envergure nationale,

En savoir plus ...

A découvrir ...

Bienvenue au Club des Clés de la presse

 
Les Clés de la presse lance son Club, un cycle de conférences-débat centré sur les innovations dans la presse et les médias. Destinées aux professionnels du secteur, ces rencontres ont pour but de les aider dans l’élaboration et la mise en œuvre de projets de développement, en matière éditoriale, digitale, locale, marketing et commerciale, mais aussi dans leurs stratégies de diffusion.

Pour la saison 2022-2023, cinq rencontres seront programmées
 
- Le club de l’innovation éditoriale le vendredi 16 septembre
- Le club de l’innovation locale en décembre
- Le club de l’innovation digitale en février 2023
- Le club de l’innovation diffusion en avril 2023
- Le club de l’innovation marketing et commerciale en juin 2023.

Le Club de l’innovation éditoriale
Les 18 derniers mois ont été marqués par un grand nombre de lancements et d’innovation éditoriale, dans les secteurs et les univers les plus variés. Cette première rencontre a pour but de montrer l’étendue du phénomène, et de décrypter comment les éditeurs préparent et réalisent ces lancements, sur le plan éditorial, mais aussi commercial, marketing, ou encore de la diffusion.

 
 
La matinée du vendredi 16 septembre se déroulera en quatre temps

L’ouverture (9 heures)
Les tendances des lancements 2021-2022, par Didier Falcand, éditeur des Clés de la presse.

La table ronde (9h15)
Animée par Didier Falcand, elle va réunir trois éditeurs, dont Sébastien Petit, CEO et président de Burda bleu, et Nelson Burton, président du groupe Au cœur des villes.

            
 
 
 Le regard des experts (10 heures)

L’expert diffusion
Jean-Marc Teboul, directeur commercial de MLP, apportera son expertise sur la façon de préparer un lancement dans le réseau de distribution presse, avec la check-list des choses à ne pas oublier.

 
  
L’expert publicitaire
Jérôme Blaise, directeur du département publishing de Publicis média, apportera son expertise publicitaire, avec les attentes des agences et des annonceurs vis-à-vis de la presse et des innovations éditoriales.

 
 
Questions-réponses et networking (10h40)

Les modalités pratiques
Le club de l’innovation éditoriale a lieu à Paris le vendredi 16 septembre de 9 à 11 heures. L’accès est réservé aux personnes qui ont payé leur inscription.

Les prix à la carte
Trois options sont proposées pour s’inscrire
 
- L’une des 5 conférences, au tarif de 59 euros
- Trois des 5 conférences, au tarif de 143 euros
- Les 5 conférences, au tarif de 199 euros.
 
 

 
  

En savoir plus ...

Découvrez les Clés de la presse

La lettre électronique
La lettre électronique
Le magazine ...
La lettre électronique