AccueilImprimerNous contacterAjouter aux favoris

A la Une

Les médias prêts pour les Jeux olympiques et paralympiques

Après l’Euro, le tournoi de Roland Garros et le tour de France, les Jeux olympiques, qui ont lieu à Tokyo du 23 juillet au 8 août (avant les Jeux paralympiques, du 24 août au 5 septembre), vont permettre aux médias, en particulier France télévisions, Eurosport et l’Equipe, de boucler un été sportif très riche. L’occasion de préparer la prochaine échéance, qui se déroulera à Paris en 2024. Décryptage. + de détails

 
 
Dentsu prudent dans ses prévisions du marché publicitaire en France
Les investissements publicitaires devraient croître de 7% en France et de 10,4% à l'échelle mondiale en 2021, selon le dernier rapport de Dentsu international sur les dépenses publicitaires, soit une progression de 60 milliards de dollars, pour atteindre un total de 634 milliards de dollars. Un chiffre doublé par rapport aux prévisions émises en janvier 2021 à (+5,8%). Pour 2022, l’agence anticipe une croissance de 6% dans l’hexagone. « En France, nos prévisions se veulent prudentes compte tenu du contexte encore incertain mais elles pourraient se révéler supérieures, précise Julien Domingues, directeur général de Dentsu trading. Néanmoins, nous observons une réelle embellie, logiquement depuis avril, qui s’est poursuivie sur mai et juin. Cette tendance nous semble ainsi pérenne, avec des niveaux d’investissements qui devraient rester élevés jusqu'à la fin de l'année et devraient même dépasser les investissements du dernier quadrimestre de 2020 ».
L’analyse par médias confirme la montée en puissance du numérique déjà observée l’an passé, avec une nette accélération en 2021. La télévision et la radio se rapprochent de leurs niveaux pré-Covid. L’affichage retrouve également la croissance après un début d’année encore affecté par la situation sanitaire. En revanche, la presse écrite devrait connaître une croissance limitée.

 
 
 
Le modèle publicitaire des médias de plus en plus contesté par les consommateurs
Une majorité de Français (55%) est prête à payer sa consommation de contenu numérique, films et séries en tête, mais la publicité en ligne est de plus en plus contestée. Selon une étude de l’institut Yougov, 49% des Français déclarent qu’elle réduit leur consommation souhaitée de médias. Autre enseignement, les 18-24 ans se tournent largement vers les créateurs indépendants (43%) plutôt que vers les médias traditionnels pour s’informer (18%). Etat des lieux. + de détails
 
La publicité digitale en très forte croissance au premier semestre
La publicité digitale a enregistré, au premier semestre, selon le 26ème observatoire de l’e-pub, présenté le 13 juillet par le Syndicat des régies Internet (SRI) et l’Udecam, une croissance record de 42% par rapport au premier semestre 2020 et de 37% par rapport au premier semestre 2019, à 3,834 milliards d’euros. Soit 1 milliard d’euros d’investissement net supplémentaire en un an. « La crise du Covid a marqué une vraie rupture, avec une accélération de la digitalisation, analyse Emmanuel Amiot, partner communication, média et technology chez Oliver Wyman, l'auteur de l'étude. Et la croissance est encore plus marquée au second trimestre, ce qui laisse augurer une année 2021 exceptionnelle », Décryptage.+ de détails

 
 
Droits voisins : Google condamné à 500 millions d'amende
Dans une décision rendue publique le 13 juillet, l’Autorité de la concurrence inflige à Google une sanction de 500 millions d’euros pour avoir méconnu plusieurs injonctions prononcées par ses soins suite à des demandes de mesures conservatoires présentées par le Syndicat des éditeurs de la presse magazine, l'Alliance de la presse d'information générale et l’AFP. Le gendarme français de la concurrence lui reproche de ne pas avoir négocié « de bonne foi » avec les éditeurs de presse sur l'application des droits voisins, la rémunération due aux éditeurs pour la reprise de leurs contenus.
L’Autorité ordonne, par ailleurs, à Google de présenter une offre de rémunération pour les utilisations actuelles de leurs contenus protégés aux éditeurs et agences de presse ayant saisi l’Autorité et de leur communiquer les informations nécessaires à l’évaluation d’une telle offre, sous peine de se voir infliger des astreintes pouvant atteindre 900 000 euros par jour de retard, si Google n’y a pas procédé dans un délai de deux mois.

Détours en France tire les enseignements de la crise sanitaire
Détours en France profite de la fin du confinement et du début des vacances pour lancer, le 9 juillet, une nouvelle formule qui tire clairement les enseignements de la crise sanitaire. « Plus que jamais, les mois que nous venons de vivre ont réaffirmé une vérité : l'aventure est bel et bien au coin de la rue, explique Dominique Roger, le rédacteur en chef du bimestriel du groupe Uni-médias. Et quel autre pays que le nôtre peut offrir une telle diversité, de telles possibilités de découvertes ? » Forte de ce constat, la rédaction s’est fixé trois ambitions principales : apporter une dimension encore plus pratique pour préparer ses séjours afin d’aider les lecteurs à se projeter ; angler de manière plus systématique sur l’insolite ou le raconter différemment et proposer à une personnalité emblématique de la région ou du tourisme moderne de raconter son expérience. Uni-médias espère ainsi poursuivre la croissance de sa diffusion France payée (+1,65% en 2020) qui lui a permis de passer de 87 529 exemplaires en 2016 à 112 946 exemplaires en 2020.
 
 
 
C’est prouvé, la presse est aussi très efficace à court terme
« La presse a toujours été considérée depuis des décennies par les annonceurs comme un média d’image, très efficace sur le long terme, rappelle Gautier Picquet, le président de l’ACPM. C’est vrai, mais elle aussi très efficace à court terme ». C’est pour prouver ce qui n’était jusque-là qu’une conviction que l’ACPM, via son programme DemainLaPresse, a réalisé la première mesure d’efficacité business de la presse, dont les premiers résultats ont été présentés le 7 juillet. « Une première en Europe », selon Stéphane Bodier, le directeur général de l’ACPM, qui ne restera pas un one-shot. « Un grand chantier pédagogique s’ouvre à nous, prévoit Gautier Picquet. La culture du ROI est une culture du quotidien ». Explications. + de détails

 
 
Femme actuelle s’offre une nouvelle déclinaison de marque
Après Femme actuelle senior et Femme actuelle jeux (et ses sept déclinaisons sur les voyages, les régions, l’histoire ou les animaux), Femme actuelle poursuit sa stratégie d’extension de marque avec le lancement, le 19 juillet, de Femme actuelle escapades, un magazine feel good pour permettre de s’évader et d’explorer les régions françaises. « Il est né d’une envie, celle d’explorer toutes les richesses de la France, explique Julien Lamury, directeur des rédactions grand public. Et qui mieux que les hommes et les femmes qui font la vie de nos régions pour nous servir de guides ? » Lieux secrets, rencontres avec des artisans et des producteurs passionnés, conseils pratiques et carnets d’adresses exclusifs, Femme actuelle escapades veut répondre, à la sortie du confinement, aux attentes actuelles des lectrices en quête d’authenticité, d’évasion et de plaisir. Pour ce lancement, Prisma média ne manque pas d’ambitions puisque le premier numéro de ce bimestriel, très attractif en termes de prix (3,95 euros), bénéficiera d’une mise en place de 150 000 exemplaires et d’une campagne promotionnelle massive en télévision, en presse, digital, sur les réseaux sociaux, et dans les points de vente en région. Femme actuelle escapades se déclinera aussi en newsletter, avec un objectif de recueillement de 100 000 adresses.

 
 
Science & vie s’attaque aux enfants de 3 à 6 ans
Avec Science & vie découvertes et Science & vie junior, la marque Science & vie élargit sa gamme jeunesse avec le lancement, le 12 juillet, d’un magazine de science pour les 3-6 ans. Baptisé Mon petit Science & vie, ce mensuel (le premier numéro sera présent deux mois en kiosque, au prix de 5,95 euros) se donne pour ambition « d’inciter les petits à apprendre en s’amusant, explique-t-on en interne. Ce nouveau magazine est à la fois ludique et sérieux pour permettre aux petits de comprendre le monde et d’explorer la science sous tous les angles ». Au sommaire, des histoires à raconter, des réponses à des questions improbables pour les petits curieux, des explications scientifiques, des expériences avec Nano le robot dans son labo, un abécédaire, des coloriages et des jeux pour jouer en apprenant.

 
 
L’Etudiant joue la carte des salons hybrides
Après dix-huit mois de pandémie, l’Etudiant annonce pour la rentrée la création « d’une nouvelle génération de salons », les salons hybrides. Durant les quatre semaines précédant l’événement, les jeunes pourront construire leur démarche d'information en découvrant des exposants et des contenus sur la nouvelle plateforme hybride Noe, imaginée pour aider les 15-25 dans leur démarche d'orientation. « La crise sanitaire et la mise en place de salons 100% en ligne l'année dernière, ont fini de nous convaincre que les événements devaient évoluer, explique Sébastien Mercier, directeur du développement. L'hybridation nous permet de proposer le meilleur des deux mondes : maintenir la rencontre physique et enrichir l'expérience de visite grâce au digital ».

Sipa Ouest-France lance un nouveau média d’information en continu
Décidément, le groupe Sipa Ouest France est très actif sur le front numérique. Il a ainsi annoncé le 2 juillet le lancement de France live, un nouveau média d’information en continu 100% numérique, qui est aussi un agrégateur de médias en accès libre. Cette plateforme repose à la fois sur un site Internet d’informations générales et pratiques et une application mobile associée. Une quarantaine d’applications « ville » complèteront le dispositif, elles seront déployées dans les prochains mois afin d’assurer un maillage du territoire national.

 
  
Quatre d’entre elles sont d’ores et déjà disponibles pour Paris, Marseille, Nantes et Rennes. Concrètement, France live propose de l’information générale et de l’information thématique, sur la famille, le travail, la santé, la conso, la vie quotidienne, la vie pratique, la télévision, la culture et le gaming, en agrégeant des articles et des vidéos de nombreux partenaires de la presse régionale, de la presse nationale, de pure-players et de télévisions, reconnus pour leur fiabilité et leur expertise, notamment l’Equipe, 20 minutes, Télé loisirs, Capital, Télé 7 ours, le HuffPost, France 24, Télénantes, GQ, Version femina, Slate ou So foot. Parallèlement, « des des discussions avancées sont en cours avec les groupes Rossel et Ebra pour intégrer le projet et constituer le groupe d’actionnaires fondateurs », précise Ouest France dans un communiqué.

3 pistes de réflexion pour renforcer l’éducation aux médias
Constitué en février dernier à la demande de Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale, de la Jeunesse et des Sports, après l’assassinat de Samuel Paty, le groupe d’experts composé d’acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche, de l’enseignement scolaire, du numérique et des médias, a remis le 1er juillet son rapport « sur le renforcement de l’éducation aux médias et à l’information et de la citoyenneté numérique ». Au-delà du constat et de l’état des lieux, celui-ci comprend des propositions opérationnelles dans les champs de la formation, des ressources, des pédagogies et des dispositifs « permettant de renforcer l’éducation aux émissions médias et à l’information dans les établissements », pour reprendre ses termes. + de détails

« Je milite pour le slow journalisme »
Deux ans après la création de Tchika, un magazine d’empowerment pour les jeunes filles de 7 à 12 ans, Elisabeth Roman, ex-rédactrice en chef de Science & vie junior, s’apprête à lancer en septembre Tchikita, un nouveau titre avec le même positionnement pour les 4-7 ans. Elle vient de boucler pour cela avec succès une campagne de financement participatif sur Ulule. « Ses résultats ont dépassé tous nos objectifs », nous explique-t-elle. Entretien. + de détails

L’accord sur l’assortiment enfin signé
Après plusieurs mois de négociations, les principales organisations de la presse (Culture presse, le SEPM, la FNPS, l’Alliance de la presse d’information) et les deux messageries (MLP et France messagerie) se sont enfin mis d’accord. La dernière mouture du texte a été signée et va être envoyée au régulateur, l’Arcep, pour avis. Un autre accord doit maintenant être trouvé par les mêmes acteurs sur le plafonnement des quantités. Ils n’ont que quelques semaines pour y parvenir pour éviter que l’Arcep n’impose des règles elle-même.

 
 
La feuille de route de José Ferreira, réélu à la présidence de MLP
Pas de surprise, le 29 juin, à l’issue de l’assemblée générale de MLP, où les sociétaires devaient élire 11 des 12 représentants du conseil d’administration pour une durée de cinq ans, puisque le mandat de François Claverie (le Point) n’était pas remis en jeu. Le président, José Ferreira, a été reconduit par les administrateurs, puis réélu à son poste. Ce qui n’a pas été le cas de son principal opposant, Roland le Néel, qui avait démissionné de la vice-présidence de MLP en juin pour présenter sa propre candidature. + de détails

 
 
Un bon début d’année pour les ventes de la presse
Selon l’observatoire Devlyx-Culture presse, le total des encaissements presse tous produits confondus des marchands indépendants est en augmentation de 7,3% par rapport à mai 2019. « De toute évidence, l’envie de lecture est intacte et la clientèle est de retour dans nos magasins », analyse Daniel Panetto, le président de Culture presse. Sur les cinq premiers mois de l’année, la tendance est également positive avec une croissance de 4,4% par rapport aux cinq premiers mois de 2019. En revanche, la fréquentation en cumulé sur cinq mois, mesurée par le nombre de tickets de caisse moyen, reste en retrait par rapport aux cinq premiers mois de 2019 (-6,6%). « Les niveaux de 2019 n’ont pas encore été retrouvés en fréquentation, souligne-t-il. J’y vois là des marges de progression à venir ».

Brut boucle une nouvelle levée de fonds de 75 millions de dollars
Brut a annoncé le 30 juin une nouvelle levée de fonds de 75 millions de dollars et l’entrée au capital de James Murdoch (Lupa systems), François-Henri Pinault (Artemis), Orange ventures et Tikehau capital. L’ensemble des investisseurs historiques de Brut. dont Alfred Vericel, le co-fondateur de Red River west, participent à ce nouveau tour de table. Ces fonds doivent permettre à Brut d’accélérer le développement initié en 2021 avec le lancement de nouvelles verticales pays et la diversification de son offre avec BrutX, une plateforme de SVOD par abonnement. Déjà rentable en France et fort de sa croissance aux Etats-Unis, Brut continue de se déployer en Inde, où il est devenu le média en ligne numéro 1, devant les groupes médias locaux. La marque se classe également dans le Top 4 des pages média les plus consultées sur Facebook aux États-Unis, et se développe actuellement en Afrique francophone avec des verticales dédiées à la Côte d’Ivoire, au Sénégal, au Maroc, à la Tunisie et bientôt à l’Egypte, mais aussi en Amérique latine et en Europe avec des pages en Allemagne et en Angleterre. « Brut est un acteur du changement et je suis ravi d'accueillir de nouveaux partenaires qui se reconnaissent dans nos valeurs et s'engagent à nous soutenir dans notre mission de créer un impact positif sur les nouvelles générations, explique son CEO, Guillaume Lacroix. Leur expertise et leur expérience apporteront une valeur ajoutée au déploiement mondial de Brut et à la plateforme de services de premier plan que nous construisons pour les créateurs, les communautés et les marques ».
 
 
 
Trend obs décèle un vrai désir de changement pour 2022
Tous les 18 à 24 mois, Trend obs tente de déceler, à l’échelle internationale, les tendances et les dynamiques émergentes pour permettre aux marques et aux entreprises de préparer le monde de demain. Dans l’édition 2021 de cette étude prospective, Thibaut Nguyen, directeur du département tendances et prospective d'Ipsos, perçoit « un désir de changement sous-jacent qui monte de façon puissante », mais sa mise en œuvre lui semble retardée « en raison de la situation actuelle et de l'épuisement mental et physique des gens ». A l’heure où la pandémie a entraîné l’isolement de nombreuses personnes, Trend obs met en avant « un désir de lien humain, et un monde d’après moins individualiste ». Décryptage. + de détails

 
 
Bourse inside se lance sur le marché des petites entreprises cotées en Bourse
Netmédia group se lance sur le marché des petites entreprises cotées en Bourse, avec un nouveau média, Bourse inside, qui ambitionne de « faire le lien entre ces entreprises en quête de croissance et souvent peu visibles dans les médias et les investisseurs boursiers à la recherche d’histoires entrepreneuriales qu’ils comprennent », explique-t-on en interne. Le site accompagne les chefs d’entreprises, fondateurs de start-up et autres créateurs de sociétés, en donnant de la visibilité à leur entreprise et venant ainsi les aider à démultiplier les bénéfices de leur entrée sur les marchés financiers. « Pour la moitié des nouveaux investisseurs boursiers, investir en bourse permet de soutenir l’économie française en accompagnant la croissance de nos futurs champions et d’orienter leur épargne vers un modèle plus durable et plus équitable, explique Jean-Jacques Manceau, rédacteur en chef de Bourse inside. C’est pour renforcer encore ce lien entre les Français et le développement de nos entreprises que nous avons décidé de créer ce site ». Bourse inside est directement accessible via une douzaine de médias comprenant les marques média BtoB éditées par Netmédia group et quatre marques média BtoC partenaires (le Chasseur français, Sport auto, Marie France et Pleine vie), éditées par le groupe Reworld média (dont les actionnaires sont propriétaires de Netmédia group).
 
 
 
Après la télévision et Internet, Jean-Pierre Pernaut se lance en presse écrite
Le rythme des lancements print autour des personnalités de la télévision ne ralentit pas. Après Michel Cymes, Sophie Davant, Stéphane Bern, Jamy, Faustine Bollaert, Stéphane Plaza ou Patrick Sébastien, c’est au tour de Jean-Pierre Pernaut d’avoir droit à un magazine à son effigie. Imaginé par les équipes de Média 5, créateur de suppléments pour la presse quotidienne régionale, il est édité par le groupe Burda bleu sous la marque de TF1 Au cœur des régions et sort aujourd’hui, 25 juin, avec une mise en place record de 200 000 exemplaires. Décryptage. + de détails

 
 
Alain Weill quitte le groupe Altice
Alain Weill quittera, le 1er juillet, toutes ses fonctions (Pdg d’Altice France, Pdg de SFR et président d’Altice média) au sein du groupe Altice. « Une nouvelle page s’ouvre pour moi aujourd’hui, plus de 20 ans après l’acquisition de RMC, plus de 18 ans après le rachat de BFM business en 2002, plus de 15 ans après le lancement de BFMT V, 9 après le lancement de RMC découverte en 2012, et 4 ans après le lancement de RMC story, explique-t-il dans une déclaration aux salariés de l’entreprise. Mais je ne serai jamais très loin du groupe et de Patrick Drahi. Je vais lancer et concrétiser de nouveaux projets ; un acte III, dans les médias et le digital. A ce titre, je reste d’ailleurs encore associé au groupe Altice qui est actionnaire de l’Express que je m’attelle à relancer. ». Sur la partie télécom, c’est Grégory Rabuel, directeur général de SFR, qui devient Pdg d’Altice France et Pdg de SFR. Sur les médias, il est remplacé par Arthur Dreyfuss, actuellement directeur général d’Altice média et secrétaire général d’Altice France-SFR.

 
 
L’Obs planche sur des développements numériques
L’Obs a enregistré en 2020 un chiffre d’affaires de 40,8 millions d’euros et un résultat d’exploitation en hausse de 55%, à 1,4 million d’euros. En revanche, son résultat net ressort en perte de 900 000 euros « après prise en compte des impacts négatifs liés à la liquidation judiciaire de Presstalis et des pertes comptable de sa filiale de régie publicitaire », précise la direction de l’hebdomadaire. « L’Obs affiche désormais une exploitation solide et structurellement bénéficiaire, souligne Grégoire de Vaissière, le président du directoire. Cela nous permet de poursuivre la transformation du modèle, notamment par l’accélération des développements numériques et de la diversification ». L’Obs lancera notamment à la rentrée une nouvelle offre de podcasts thématiques et son nouveau site Web, afin d’améliorer l’expérience lecteurs, via une modernisation de la page d’accueil et une fluidification des parcours d’abonnement.
 
Le Républicain lorrain, l’Est républicain et Vosges matin passent au 100% quadri
Les lecteurs du Républicain lorrain et de Vosges matin vont découvrir, aujourd'hui 23 juin (et ceux de l’Est républicain le 1er juillet), un nouveau journal, un peu plus grand qu’aujourd’hui et, surtout, avec une capacité couleur pour 100% de sa pagination. C’est la conséquence d’une réorganisation industrielle et d’un investissement de 15 millions d’euros du groupe Ebra, avec la mise en route d’une nouvelle rotative à Houdemont, près de Nancy. « C’est un projet industriel d’envergure pour le groupe, nous explique Christophe Mahieu, le directeur général des trois quotidiens régionaux. Nous en avons profité pour toiletter la maquette et renforcer notre couverture locale ». Explications. + de détails

 
 
Après le print, Nice matin renouvelle ses sites Internet
Après une refonte du print en février dernier, le groupe Nice matin va faire évoluer, le 24 juin, ses trois sites éditeurs Nicematin.com, Varmatin.com et Monacomatin.mc, avec l’objectif de développer son audience gratuite pour la convertir en de nouveaux abonnés à l’offre payante. « Ces changements marquent notre volonté de continuer à accélérer sur le digital avec de nouvelles ambitions et de nouveaux formats », explique Denis Carreaux, directeur des rédactions, qui vise les 25 000 abonnés numériques (contre 13000 en début d’année) et les 40 millions de visites en améliorant les passerelles entre les sites gratuits et les supports premium.

 
  
La refonte des sites va se traduire par un enrichissement de l’offre de contenus avec de nouveaux produits éditoriaux, notamment une chaîne de podcasts et de vidéos, par de nouvelles verticales et thématiques fortes sur les centres d’intérêt les plus fédérateurs de nos internautes (comme la santé, les sports ou les loisirs), mais aussi par une meilleure lisibilité, avec une publicité davantage intégrée et mieux positionnée, un contenu valorisé et plus visible, et une home page plus structurée. « Tout le site a été revu de fond en comble avec la volonté de toujours s’adapter aux habitudes de nos audiences et d’offrir un meilleur confort de lecture, renchérit Damien Allemand, le directeur des contenus et produits digitaux. Les contenus à forte valeur ajoutée seront également mieux mis en avant dans l’objectif de faire connaître la richesse de notre offre éditoriale et notre offre abonnés numérique ».
 
Aufeminin fait le pari de l’égalité
Après Doctissimo et Marmiton, le groupe Unify repense le positionnement de Aufeminin, en mettant en avant la construction d’un quotidien plus égalitaire. « Ce n’était pas le chantier le plus simple, estime Olivier Abecassis, le président d’Unify (groupe TF1), car il fallait revisiter une marque qui a toujours été précurseur. Face à la montée en puissance des rejets, nous avons souhaité délivrer un message d’inclusion forte ». Avec l’espoir de se renforcer sur sa cible des 25-34 ans, de séduire de nouveaux internautes, et pas seulement des femmes, et d’élargir son portefeuille d’annonceurs. + de détails

 
 
Politis se retire des kiosques en attendant une nouvelle formule à l’automne
Politis n’était pas présent, le 17 juin, dans les kiosques pour des raisons financières. « C’est un choix subi en raison des coûts de la diffusion des journaux, devenus exorbitants, expliquent Agnès Rousseaux, directrice de l’hebdomadaire, et Gilles Wullus, rédacteur en chef. Politis ne disparaît pas cependant, car nos numéros spéciaux, notamment le prochain numéro d’été (en vente à partir du 23 juillet), ainsi que nos hors-séries resteront, eux, disponibles à la vente ». Il sera aussi possible d’acheter Politis à l’unité (en version papier ou numérique) sur le site ou via l’application mobile. « Cette mesure nous permettra de préparer un nouveau Politis pour cet automne, afin de surmonter les difficultés que rencontre toute la presse écrite, et notamment la presse indépendante, poursuivent-ils dans leur message à leurs lecteurs. Cela nous permettra aussi d'affronter les défis qui s’ouvrent en cette année électorale, qui voit l’alliance objective de l’ultralibéralisme et des extrêmes droites menacer les valeurs que nous partageons avec vous ».

Après un pré-lancement réussi, Epsiloon se lance à l’assaut des kiosques le 23 juin
Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’Epsiloon a réussi son premier pari. Annoncé le 10 mai, ce projet de lancement d’un magazine scientifique au sein du groupe Unique héritage média, par la quasi-totalité de l’ancienne rédaction de Science & vie, a battu tous les records de la plateforme Ulule. Avec 46 958 pré-ventes et 24 236 contributions (des formules d’abonnement à court ou long terme), « Epsiloon est désormais la plus importante campagne de pré-lancement jamais réalisée sur cette plateforme de financement participatif », affirment ses promoteurs. « Ce fantastique succès prouve que la presse est bien vivante, que le papier et le journalisme de qualité peuvent cohabiter avec l’ère du numérique et de l’information omniprésente, assure Emmanuel Mounier, le président d’Unique héritage média. Grâce au soutien de tous, nous allons lancer le 23 juin un magazine dans lequel pourra s’exprimer un journalisme sincère, objectif, documenté, sérieux… un magazine pour cultiver la curiosité, l’émerveillement et l’intelligence des lecteurs ». + de détails
 
 
 
Magna maintient son scénario de reprise à deux chiffres du marché publicitaire français
A l’heure du déconfinement, le groupe IPG mediabrands se veut optimiste sur une reprise publicitaire forte sur le marché français dès cette année. Dans la dernière livraison de son étude prospective Magna, l’agence média maintient, malgré un premier semestre mitigé, ses prévisions de croissance à deux chiffres (+13%, à 14,4 milliards d'euros) pour 2021. Selon les auteurs de l’étude, les recettes publicitaires linéaires augmenteront de 7 % pour atteindre 5,7 milliards d'euros (+6% en télévision, +9,5% en radio, +10% en publicité et +2% en presse écrite). Quant aux recettes publicitaires numériques (search, vidéo, social, display), elles augmenteront de 18% pour atteindre 8,7 milliards d'euros, soit 60% du total. + de détails

« Live magazine est un beau projet d’écriture journalistique »
Le groupe Bayard s’associe à Live magazine, société créée par Florence Martin-Kessler pour donner vie à un journal et ses journalistes le temps d'un spectacle, pour décliner la marque dans un format papier. Le magazine trimestriel, composé de douze récits au formats multiples, du texte à la bande dessinée en passant par le reportage photo, sortira le 6 juillet. « C’est un beau projet d’écriture journalistique, avec des récits à la fois intimes et éclairants sur la marche du monde, nous explique son directeur de la rédaction, David Groison. Chaque numéro sera construit autour d’un fil rouge ». Le thème du premier numéro : les doubles vies. Entretien. + de détails

 
 
Link média group change de gouvernance pour accélérer son développement
Quatre ans après sa création, Link média group change sa gouvernance avec la promotion de Patricia Thouanel-Lorant à la direction générale. Jusqu’ici directrice générale adjointe en charge du développement commercial et de la gestion éditoriale de Cosmétique mag, Coiffure de Paris et de la Revue des collectivités locales, elle succède à l’autre cofondateur du groupe, Stéphane Demazure, qui devient président non exécutif et prend en charge les projets de développement. Décryptage. + de détails

 
 
Amazon rafle les droits de la Ligue 1 de football, Canal+ se retire
La Ligue de football professionnel (LFP) a le don des surprises. Après Mediapro, c’est un nouvel entrant qu’elle a choisi de privilégier en attribuant à Amazon les huit matchs abandonnés par l’opérateur espagnol après son fiasco, pour les trois prochaines saisons. Amazon, qui avait fait son entrée sur le marché des droits sportifs français récemment avec la diffusion des soirées du tournoi de tennis de Roland-Garros, s'est également vu attribuer les huit matchs de Ligue 2. Dans ce scénario, le géant de l'e-commerce avait accepté de payer 250 millions d'euros par saison de Ligue 1, et 9 millions d'euros pour la Ligue 2, pour enrichir l'offre de sa plateforme Prime video, Canal+ conservant ses deux matches premium (celui du samedi après-midi et celui du dimanche soir moyennant le versement de 332 millions d'euros par saison. Mais c’était sans compter sur la réaction de la direction de la chaîne cryptée, qui avait postulé à l’ensemble de l’offre avec Bein sports, et qui a décidé de se retirer et de ne plus diffuser la Ligue 1. Décidément, le feuilleton des droits TV du foot français n’est pas fini.
 
« Socialter réaffirme sa ligne éditoriale radicale » 
Avec une couverture titrée Les cadres se rebiffent, en kiosque le 15 juin prochain, Socialter reprend l’initiative, mais conserve la ligne éditoriale développée depuis 2013. Sa nouvelle formule doit permettre au magazine bimestriel d’aller conquérir un nouveau public, nous explique son directeur de la rédaction, Olivier Cohen de Timary. Entretien. + de détails

 
 
Comment 20 minutes reprend l’offensive après une année horribilis
Après une année 2020 horribilis marquée par une baisse de 38% de son chiffre d’affaires, 20 minutes veut profiter de la sortie de crise pour relancer la machine. C’est l’ambition de la nouvelle formule, parue le 9 juin. Désormais, le journal paraît trois fois par semaine (le lundi, le mercredi et le vendredi) dans une maquette totalement transformée, avec des rendez-vous thématisés et des entrées de lecture diversifiées, combinant formats courts et longs. « Nous avons pris en compte l’évolution des attentes et des usages des lecteurs, notamment les plus jeunes, affirme son Pdg, Frédéric Daruty. Avec 20 minutes, ils peuvent se concentrer sur ce qui compte dans l’actualité et ce qui les concerne vraiment ». Cette mutation éditoriale s’accompagne par l’adoption d’un nouveau back-office pour la rédaction, et le déploiement d’une stratégie de monétisation digitale ambitieuse. Décryptage. + de détails

 
 
Les propositions du rapport Bousquet Leroy pour une publicité responsable
Commandé en février dernier par la ministre de la Transition écologique, le ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance et la ministre de la Culture, le rapport pour une publicité plus responsable sur le plan du climat et de l’environnement a été remis, hier 10 juin, par ses deux auteurs : Arnaud Leroy, Pdg de l’Ademe, et Agathe Bousquet, présidente de Publicis groupe en France. Quatre recommandations principales en ressortent.
- L’identification de cinq axes thématiques communs à privilégier pour la formalisation des contrats climat : l’identification d’indicateurs pertinents, la réduction des impacts des campagnes publicitaires, la promotion des annonces et des programmes les plus vertueux, la formation et la sensibilisation pour accélérer le changement.
- La définition d’une méthodologie commune pour la réalisation de bilans et de trajectoires carbone.
- La mise en place d’une plateforme et d’un cadre de gouvernance pour faciliter la prise d’engagements volontaires et en assurer le suivi.
- La création d’un contrat et d’indicateurs types pour formaliser les engagements des différents acteurs. « L’utilisation de cette maquette permettra de faciliter la comparaison et l’évaluation des différents engagements », estiment les auteurs du rapport.

Une nouvelle formule pour Auto plus
Les lecteurs d’Auto plus vont découvrir, le 11 juin dans les kiosques, la nouvelle formule de leur hebdomadaire, avec une maquette revue et corrigée, plus épurée, un nouveau chemin de fer autour de quatre parties essentielles (l’actualité, les essais, un guide pratique et une partie magazine), avec « des rubriques plus en phase avec les attentes d’aujourd’hui : nouvelles mobilités, l’électrique, l’hydrogène », explique-t-on chez Reworld média. Pour l’occasion, la rédaction d’Auto plus remet en avant ce qui fait sa spécificité, avec un contenu encore plus consumériste autour de la vie de l’automobiliste, comme le rappelle sa signature, « le 1er journal qui se met à la place du conducteur ». L’éditeur espère ainsi confirmer la tendance observée au premier trimestre, où sa diffusion France payée est repartie à la hausse à 254 342 exemplaires (contre 251 186 exemplaires sur l’année 2020, en peu en-deçà des 273 101 exemplaires de 2016.
 
 
 
Reworld média en est à son 8ème lancement print en tout juste un an
Si certains observateurs avaient émis des réserves, lors du rachat des activités de Mondadori par Reworld média, sur la volonté des équipes de Pascal Chevalier d’investir dans la presse papier, la dernière année aura démontré que ce n’est pas le cas. Le lancement, demain 9 juin, du magazine Tanin, sur le territoire du bien-vivre, de la convivialité et du food, sera en effet le huitième du groupe en tout juste un an, après Dr Good véto et Bien à la campagne en juin 2020, le quinzomadaire TV14 en septembre, Mission patrimoine (autour de Stéphane Bern) en octobre, Gueuleton en novembre, puis Neoruro en avril et Entre nous (autour de Faustine Bollaert) la semaine dernière.
Comme son nom l’indique, Tanin s’inscrit dans la même veine que Gueuleton, qui se positionne dans l’univers du vin et des spiritueux, avec la volonté de « casser les codes et d’adopter un ton direct pour s’adresser à un lecteur connaisseur qui aime le bon vin et qui aimera en savoir plus sur l’ensemble de son écosystème, explique sa rédactrice en chef, Gabrielle Vizzavona, une dégustatrice et conférencière. Nous souhaitons que Tanin soit un magazine guidé par le plaisir. Nous racontons le vin à travers des histoires de femmes et d’hommes, d’expériences, et conseillons les meilleurs flacons sans imposer notre goût ». Un partage de goûts, d’idées et de conseils, pour le prix de 6,90 euros. Avec un tirage initial de 60 000 exemplaires, les ambitions de Reworld média sont plus mesurées pour ce trimestriel, avec un objectif de vente de 30 000 exemplaires.

En savoir plus ...

Réagissez

Quelles sont vos applications presse préférées ?

Donnez-nous votre avis

Réagissez ...

Dernière minute

Comment réussir sa commercialisation digitale

A l'heure où le numérique est incontournable, pour les médias comme pour les agences et les annonceurs, les Clés de la presse organise, le 29

En savoir plus ...

A découvrir ...

Notre nouveau magazine est tout chaud, il vient de sortir

 
 
   

Un événement de 14 pages sur le paradoxe de la presse
La presse traverse, avec la crise sanitaire et la liquidation judiciaire de Presstalis, l’une des pires périodes de son histoire. Paradoxalement, les marques de presse n’ont jamais été aussi puissantes, comme le montrent les premiers chiffres de la nouvelle étude d’audience, dévoilés fin juin par l’ACPM.

Une enquête de 22 pages sur l'audio dans la presse et les médias
La presse, et les médias en général, se sont lancés dans l’aventure des podcasts. Ces nouveaux contenus, adaptés à l’écoute en mobilité et hyper-distribués sur les applications d’écoute, sont un bon moyen de séduire et fidéliser les utilisateurs.
 
Un grand entretien de 9 pages avec Eric Fottorino
Depuis 2014, année de lancement du 1, l’ex-directeur du Monde n’a eu de cesse de promouvoir un journalisme à rebours de l’immédiateté du numérique, dénué de publicité. Dans un contexte de crise post-Covid-19, il part en guerre contre un adversaire de taille, Presstalis, dont la faillite a entraîné de graves conséquences dans la distribution de la presse, mais il continue de croître dans l’innovation éditoriale. Après le 1, America et Zadig, il vient de lancer Légende.
 
La tendance du moment dans les médias
La crise de confiance pousse les médias à inviter le public dans la fabrique de l’info, avec un maître-mot : la transparence. Un challenge pour les rédactions qui innovent pour créer un lien nouveau avec leur public.
 
 
 

En savoir plus ...

Découvrez les Clés de la presse

La lettre électronique
La lettre électronique
Le magazine ...
La lettre électronique