AccueilImprimerNous contacterAjouter aux favoris

A la Une

Avec Harper’s bazaar, Prisma média va renouer avec un lancement de marque internationale

Ces deux dernières années, les lancements presse ont souvent été réalisés autour de personnalités de la télévision (Sophie Davant, Jean-Pierre Pernaut, Patrick Sébastien, Stéphane Plaza, Valérie Damidot, Faustine Bollaert…) ou d’émissions de télévision et radio (After foot, Secrets d’histoire, Silence ça pousse, les Petits plats de Laurent Mariotte, les Maternelles). D’autres relèvent davantage de déclinaisons de marques existantes (Rustica junior, Maison et travaux pour les pros, le Routard magazine) ou sont de pures créations nouvelles (Epsiloon, Live magazine, Big bang, Raffut…). + de détails

 
 
Comment l’info de TF1 s’engage dans la transition écologique
Après un été 2022 marqué par les catastrophes naturelles (incendies, inondations, sécheresse…), et à quelques semaines de la Cop 27 de Charm el Cheikh, le groupe TF1 mobilise ses rédactions (des JT, des magazines et de LCI), autour d’une nouvelle proposition éditoriale (et de la marque Notre planète) et d’une approche RSE articulée autour d’un plan de formation de toutes ses équipes. « Nous ne sommes pas dans le militantisme, mais dans la pédagogie, nous voulons proposer des solutions aux Français », assure Thierry Thuillier, directeur général adjoint de l’information du groupe. + de détails

 
 
Le Figaro accélère sur le recrutement avec la création d’une plateforme sur l’emploi
A l’heure où le marché du travail évolue sans cesse et où les entreprises ont du mal à recruter, le Figaro annonce le lancement de Figaro emploi, une place de marché dédiée à l’emploi avec un contenu éditorial qui se veut différenciant. Son objectif est à la fois d’aider les Français à trouver l’emploi qui leur correspond, en leur proposant des offres et un contenu de qualité sur le marché et sur les entreprises qui recrutent, et d’offrir aux recruteurs la possibilité de mettre en avant leurs offres, leur marque employeur et leurs valeurs, afin de les aider à attirer les bons profils. « Dans un contexte de marché tendu, notre service a vocation à le fluidifier entre des candidats de plus en plus exigeants sur leurs conditions de travail et des recruteurs en difficulté face à la pénurie de talents », explique Frédéric Nguyen, directeur général adjoint emploi de Figaro classifieds, qui revendique déjà sur plus de 300 000 offres d’emploi à pourvoir partout en France, un référentiel de 8 millions d’entreprises et un contenu éditorial conçu par les journalistes de la rédaction.
 
 
 
Les priorités 2023 du budget du ministère de la Culture
« Garantir l’accès de tous à une information fiable, libre et indépendante » est l’une des cinq priorités fixées par Elisabeth Borne, la Première ministre, à Rima Abdul Malak, la ministre de la Culture, peu avant l’été. A charge pour l’ancienne conseillère d’Emmanuel Macron à l’Elysée de les transposer dans son budget 2023. « L’exercice n’est pas évident, a-t-elle reconnu, hier 26 septembre, lors de sa présentation à la presse. Car la culture peut changer nos vies, et aucun chiffre ne peut la raconter ». Malgré tout, avec un budget « historiquement haut » de 4,217 milliards d’euros pour 2023 (soit 217 millions de plus qu’en 2022 et près d’un milliard de plus qu’en 2012), elle dispose de moyens pour répondre aux enjeux de la crise et prévoir l’avenir. Surtout quand on ajoute 3,8 milliards pour l’audiovisuel public, 2 milliards de crédits d’impôt, 711 millions de taxes et ressources affectées au financement de la production cinéma, audiovisuelle et au jeu vidéo, 20 millions de loto du patrimoine, voire 4,8 milliards en provenance d’autres ministères sur des projets spécifiques. « Nous sommes prêts à affronter l’urgence d’aujourd’hui et les défis de demain », assure-t-elle. Décryptage. + de détails

 
 
Le Huffpost repense son site et ses applications
Le Huffpost a profité de l’été pour mettre à jour son site et ses applications, sous la houlette des équipes du Monde, qui est devenu en décembre 2021 son actionnaire majoritaire. Pure-player entièrement gratuit, « le Huffpost occupe une place à part au sein de l’écosystème du groupe, explique Michaël Szadkowski, son directeur de la rédaction. C’est un carrefour majeur d’audience, notamment auprès d’un public jeune, qui constitue l’un des axes de développement du groupe le Monde pour les années à venir », en rappelant que « la chaîne Youtube du Huffpost compte plus de 1 million d’abonnés ». La refonte du site et des applications s’inscrit dans cette stratégie de croissance d’audience. « Toujours 100 % gratuite, notre application favorise maintenant la lecture quotidienne sur mobile de nos articles et de nos vidéos, pour suivre au mieux l’actualité avec le regard et le ton éditorial détonnant déployé par notre rédaction », poursuit-il. Les pushs et alertes en cas de breaking news ont aussi été améliorés, pour être délivrés plus rapidement.
 
 
 
3 clés pour comprendre le lancement hors-norme de Diverto
Les chiffres annoncés pour le lancement, le 6 janvier prochain, de Diverto donnent le tournis. 3,2 millions d’exemplaires de diffusion France payée garantis dès le premier numéro, 2 millions de visiteurs uniques en moyenne dès la première année, 20 millions d’euros de chiffre d’affaires publicitaire, 10 millions d’euros d’investissements. Ce sera, à n’en pas douter, le plus gros lancement de ces dernières années. Ce « nouveau média d’information global consacré au divertissement, incluant la télévision, mais aussi les autres écrans et la pop culture », pour reprendre les termes d’Antoine Daccord, son directeur général, va ainsi supplanter TV magazine comme leader du marché en diffusion. Explications. + de détails

 
 
L’étude One next influence se penche cette année sur la RSE
L'ACPM a publié, le 22 septembre, la troisième édition de son étude One next influence, centrée sur l’audience print et digitale des marques de presse auprès des top cadres et top revenus, « une cible rare et ultra sélective qui lit en moyenne plus de dix marques de presse différentes chaque mois », souligne-t-on à l’ACPM. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 91,4% d’entre eux sont lecteurs d'au moins une marque de presse en version digitale (8,71 millions d’individus), 83,9% lecteurs d'au moins une marque de presse en version papier (7,99 millions d’individus), et 80,6% lecteurs d'au moins une marque de presse sur mobile (7,68 millions d’individus). En fait, ce sont tout bonnement de gros consommateurs de médias : 36% sont de gros consommateurs de presse, 26% de gros consommateurs de radio et 19% de gros consommateurs de TV. « Cette forte propension à la lecture se retrouve aussi dans la part de gros lecteurs (plus de 22 titres différents lus chaque année), nettement plus forte que dans le reste de la population ». + de détails

 
 
 
« Le Parisien week-end ouvre un nouveau chapitre de son histoire »
Le Parisien week-end propose aujourd’hui, 16 septembre, à l’occasion de son dixième anniversaire, un numéro exceptionnel dans lequel la rédaction essaie d’imaginer, avec des experts, de quoi demain sera fait. Elle en a profité pour préparer une évolution de la formule qui verra le jour la semaine prochaine, avec une nouvelle maquette et de nouveaux rendez-vous. « C’est un nouveau chapitre de l’histoire, un nouveau rendez-vous avec nos lecteurs, pas une nouvelle formule », nous assure Nicolas Charbonneau, le directeur des rédactions du Parisien-Aujourd’hui en France. Entretien. + de détails
 
 
 
Le Monde se dote d’une nouvelle rubrique art de vivre
Le Monde a lancé, le 17 septembre, le Goût du Monde, une nouvelle rubrique sur son site Internet, « un nouvel espace où les lecteurs pourront retrouver les coups de cœur et les inspirations de la rédaction, ainsi que toute l’actualité de la mode, du design, de la gastronomie et du voyage, souligne Marie-Pierre Lannelongue, directrice adjointe de la rédaction. Le meilleur de l’art de vivre trouve ainsi désormais toute sa place dans l'information couverte par la rédaction ». Ce lancement s’inscrit dans la stratégie de développement de l’offre éditoriale du Monde consacrée au plaisir, à la culture, aux loisirs et à nos vies personnelles. Un mouvement initié avec le lancement de M le magazine du Monde en 2011, prolongé avec l'Epoque en 2016, puis avec le podcast le Goût de M en 2019, la newsletter le Monde passe à table en 2020 et, plus récemment, le Goût de M, supplément lifestyle de M, avec trois numéros par an. « Le Goût du Monde entend affirmer des partis pris car le goût n’est pas seulement affaire de subjectivité, poursuit-elle. Il reflète une personnalité et une culture ».

 
 
Une impression de gâchis
17 mai 2021. Les groupes TF1 et M6 entrent en négociations exclusives pour permettre au premier de racheter le second, qui vient d’être mis en vente par son actionnaire principal, le groupe Bertelsmann. 16 mois plus tard, le 16 septembre très exactement, Bouygues, RTL group, TF1 et le groupe M6 « mettent un terme au projet de fusion des groupes TF1 et M6, annoncent-ils dans un communiqué. A la suite des débats avec l’Autorité de la concurrence et malgré les remèdes additionnels proposés, il apparaît que seuls des remèdes structurels concernant a minima la cession de la chaîne TF1 ou de la chaîne M6 seraient de nature à permettre l’autorisation de l’opération. Les parties ont donc conclu que le projet ne présentait plus aucune logique industrielle ».
A l’heure où les grandes plateformes internationales se développent à grandes vitesse et accaparent la croissance publicitaire, ce rapprochement avait un sens. Selon ses protagonistes, il aurait permis de dégager jusqu’à 300 millions d’euros de synergies et visait à créer un champion européen de la télévision apte à résister aux Gafa. Malheureusement, l’Autorité de la concurrence a préféré une lecture hexagonale du dossier, sans prendre en compte la vidéo digitale, ni les effets d’un développement des plateformes Netflix et Disney+ sur le marché publicitaire, en estimant que le projet n’était pas possible puisque la part de marché de TF1-M6 serait de 75% dans la publicité télévisée.
Les deux groupes ont non seulement dépensé des dizaines, certains parlent de centaines de millions d’euros, dans l’étude du projet, et avaient même déjà acté des cessions d’actifs en cas d’accord, mais ils sont surtout perdu 18 mois dans cette affaire, en laissant une impression de véritable gâchis.

 
 
Indépendance des médias : un projet européen loin de faire l’unanimité
La commission européenne a présenté, le 16 septembre, un projet de règlement pour protéger le pluralisme et l’indépendance des médias face à la détérioration de la situation dans plusieurs pays, dont la Pologne et la Hongrie. « Ces dernières années, nous avons assisté à diverses formes de pression sur les médias. Il est grand temps d'agir. Nous devons établir des principes clairs : aucun journaliste ne doit être espionné en raison de son travail, aucun média public ne doit être transformé en canal de propagande », estime la vice-présidente de la Commission, Vera Jourova. Ce projet de règlement prévoit notamment des garanties pour une indépendance éditoriale des rédactions vis-à-vis du pouvoir politique ou des industriels, et fixe des exigences de transparence sur la propriété des médias. Il propose la mise en place d'un nouveau conseil européen des médias, composé de représentants des autorités nationales de régulation, pour un encadrement plus strict des concentrations dans ce secteur. Explications.

Les performances de diffusion et de publicité de la presse au premier semestre
Coïncidence ou pas, la journée du 15 septembre a été marquée par la publication, par l’ACPM, des chiffres de diffusion de la presse pour la période allant du 1er juillet 2021 au 30 juin 2022, et par celle, via le Bump, des recettes publicitaires nettes des médias pour le premier semestre 2022. Il en ressort un bilan mitigé : certes le chiffre d’affaires publicitaire net de la presse a progressé de 5,2% par rapport au premier semestre 2021, mais il reste très en-deçà des performances de 2019. Même chose sur le plan de la diffusion, où la forte progression du numérique ne parvient pas à compenser le recul de 3% par rapport à l’année précédente. « La baisse reste bien contenue, au niveau de celle de l’année 2021, souligne Jean-Paul Dietsch, le directeur général adjoint de l’ACPM, qui veut rester optimiste. Ceux qui souffrent le plus sont les titres, ou les familles de presse, qui n’ont pas encore finalisés leur transition numérique ». Décryptage. + de détails

 
 
 
Médiacités relance une campagne de recrutement d’abonnés en urgence
Médiacités relance un appel à ses lecteurs pour recruter 2000 nouveaux abonnés. « Comme beaucoup d’autres médias indépendants, Mediacités a connu des chiffres d’abonnement décevants sur le premier semestre qui ont fragilisé nos perspectives financières, explique son fondateur, Jacques Trentesaux. Après cinq années de croissance continue (+30% en 2021 avec 431 000 euros de chiffre d’affaires), nous subissons une légère érosion du nombre de nos abonnés depuis le début de l’année. Il nous faut donc impérativement inverser la courbe d’abonnement pour consolider notre indépendance et assurer notre avenir ». C’est l’objet de cette nouvelle campagne, accompagnée du hashtag #JeSauveMediacités sur les réseaux sociaux. Le pure-player d’information en profite pour mettre en ligne un site entièrement refondu, avec une navigation plus fluide et un confort de lecture renforcé, notamment sur mobile. « Les dossiers d’articles seront mieux valorisés et notre identité graphique modernisée », précise-t-il.

 
 
La presse et les médias français boostés par le décès d’Elisabeth II
Les médias du monde entier étaient prêts depuis des années. Dès l’annonce, le 8 septembre en fin de journée, du décès d’Elisabeth II, télévisions et radios sont passées en mode édition spéciale, suivies dès le lendemain par les quotidiens. Quant aux magazines, ils ont bouleversé leur bouclage pour sortir avec anticipations, dès le samedi 10 septembre, des numéros consacrés à l’événement. Un véritable raz de marée qui pourrait apporter un bol d’air non négligeable pour les éditeurs. Selon un marchand de presse parisien, « les premiers exemplaires se sont vendus comme des petits pains », en espérant que la semaine qui vient soit également prolixe dans l’attente des obsèques programmées la semaine prochaine. + de détails
 
431 titres ont reçu des aides à la presse en 2021
Opération transparence au ministère de la Culture. Après plusieurs années de silence, il renoue avec la publication du montant des aides à la presse reçues par les journaux et magazines pour 2020 et 2021. « La presse contribue de manière essentielle à l’information des citoyens et à la diffusion des courants de pensées et d’opinions, rappelle la ministre, Rima Abdul Malak. Elle permet une appropriation active de l’information, une mise en perspective des événements, une confrontation des commentaires et des analyses et favorise ainsi la construction d’une conscience culturelle et politique. Sa vitalité et son avenir constituent des objectifs démocratiques majeurs ».
Cette publication concerne toutes les aides à la presse, directes et indirectes, que ce soient les aides au pluralisme (notamment pour les titres ultra-marins), au portage, à l’investissement), à la distribution de la presse quotidienne nationale, à la modernisation sociale (bénéficiant à d’anciens salariés des titres concernés), et même toutes les aides exceptionnelles reçues par les éditeurs en 2020.
Pour 2021, pas moins de 431 titres ont bénéficié de soutien de l’Etat (ils étaient 433 en 2020), depuis Aujourd’hui en France, le titre le plus aidé à 11,9 millions d’euros (essentiellement dans le cadre de l’aide à la distribution) à l’Eco de l’Ain (1162 euros d’aides au pluralisme). Concrètement, dix-sept titres ont bénéficié de plus d’un million d’euros, dont seulement un magazine, en l’occurrence le Point (1,19 millions d’euros), qui devance d’un pouce Marianne (997 000 euros). Tous les autres sont des quotidiens : derrière Aujourd’hui en France, on retrouve le Figaro et ses suppléments (7,7 millions), Libération (6,7 millions), le Monde (5,96 millions), l’Humanité (5,2 millions), la Croix (4,96 millions), Ouest France (2,4 millions) et les Echos (2,24 millions).

 
 
Les médias de proximité ont rendez-vous à Nantes dans deux semaines
La 4ème édition du Fil, le festival de l’info locale, se déroulera à Nantes du 21 au 23 septembre. Pas moins de 75 intervenants sont attendus pour participer à 8 débats, 23 conférences et une dizaine d’ateliers autour de quatre thèmes : l’interaction avec le public, le développement éditorial, la monétisation et diversification, enfin le management et la conduite du changement. « Un programme dense et varié », estime son organisateur, Julien Kostrèche, qui espère franchir un palier cette année et en faire un événement incontournable en France sur les médias de proximité. Pour atteindre cet objectif, le festival est hybride (tous les débats et conférences seront disponibles en live et en replay, pas les ateliers) et de nombreuses nouveautés sont au programme, même si Julien Kostrèche ne veut pas perdre l’ADN de départ, centré autour du partage d’expériences, de bonnes pratiques et de solutions concrètes pour les médias. + de détails

 
 
La direction de l’information de TF1 s’engage pour la planète
C’est l’une des priorités de l’information du groupe TF1 pour la rentrée. « Nous allons mettre l’accent du l’information responsable, notamment sur les thématiques de l’environnement et du climat », assure Thierry Thuillier, le directeur de l’information du groupe. Cela va se traduire par la création de Notre planète, une marque ombrelle qui regroupera tous ses contenus sur ce sujet, que ce soit à l’antenne sur TF1 et LCI, mais aussi et sur le digital. Exemple, l’émission Impact positif, présentée sur LCI par Sylvia Amicone. A l’origine, il s’agissait d’un podcast créé en 2019 pour explorer les solutions qui existent pour faire face aux enjeux de transition et à l'urgence climatique et sociale. Chaque semaine, la journaliste recevra un invité ou une invitée dont le projet a un impact positif sur la société et l'environnement qu'il soit scientifique, entrepreneur, citoyen, artiste.
Parallèlement, les rédactions vont suivre dans les semaines et mois qui viennent un programme de formation spécifique autour de la fresque écologique, avec la société Imagine 2050. Le groupe planche également sur la mise sur pied d’un comité d’experts qui seront invités sur ses différentes antennes pour aider à saisir les principaux enjeux d’avenir. Autant d’éléments qui font partie d’une feuille de route climat, qui sera présentée le 27 septembre par la direction de l’information, à l’image de la feuille de route qu’avait présenté la régie du groupe sur la transition écologique au printemps dernier (cf. les Clés de la presse du 1er mars dernier).
 
 
 
5 profils de Français face à la surabondance d’informations
La fatigue informationnelle est de plus en plus citée par les Français depuis la crise du Covid ou le déclenchement de la guerre en Ukraine, mais ce phénomène n’avait pas fait l’objet, jusque-là, d’une étude spécifique. C’est pourquoi la Fondation Jean-Jaurès et Arte ont commandé à l’Observatoire société et consommation une grande enquête sur la question, dont les premiers résultats ont été publiés la semaine dernière. On apprend notamment que 53% des Français souffrent de fatigue informationnelle, et que 77% avouent limiter ou cesser de consulter les informations, en considérant que les débats sont trop polémiques, que l’information n’est pas fiable ou qu’elle manque d’intérêt. Mais cette étude dresse surtout une cartographie précise des Français, avec des profils qui se distinguent à la fois par leur engagement dans la consommation d’information et par le degré de fatigue informationnelle qu’ils disent éprouver. Une typologie riche d’enseignements pour les politiques et les médias. Etat des lieux. + de détails

 
 
Le groupe 1981 relance Ado et repart à la rencontre de ses auditeurs
Dans un contexte post-Covid où les annonceurs ne sont pas revenus en force en radio, le groupe 1981, éditeur d’une dizaine de stations, dont Vibration, Voltage, Latina et Oui FM, place cette rentrée sous le signe de la relance de sa vieille marque Ado et incite ses équipes, que ce soient ses rédactions ou ses animateurs, à se rendre sur le terrain, à la rencontre des auditeurs. « Nous avons beaucoup travaillé ces derniers mois pour casser la rengaine et imaginer de nouvelles idées, explique son président, Jean-Eric Valli. Notre média n’en finit pas d’essuyer les tempêtes mais je crois profondément au modèle de la radio. Nous avons des stations enthousiasmantes, avec des nouveautés et peut-être plus fondamentalement une autre approche de la radio ». Explications. + de détails
 
 
 
Comment CMA-CGM a mis la main sur la Provence et Corse matin
11 mois après le décès, le 3 octobre 2021, de Bernard Tapie, le feuilleton de cession du groupe la Provence, dont l’homme d’affaires était propriétaire, semble sur le point de s’achever. Pendant près d’un an, deux milliardaires (Rodolphe Saadé, Pdg de l’armateur CMA-CGM, et Xavier Niel, fondateur de Free mais également patron de presse avec le Monde, Nice matin ou France antilles) ont multiplié les recours en justice pour mettre la main sur la Provence et Corse matin. Après de multiples rebondissements, ils ont finalement annoncé le 30 août avoir trouvé un accord. C’est le premier qui l’emporte et devient le seul candidat en lice pour la reprise de la participation (89%) du groupe Bernard Tapie (GBT) dans le groupe la Provence. CMA-CGM va même racheter le reste de la participation (11%) détenue par NJJ, la holding personnelle de Xavier Niel. Décryptage. + de détails

 
 
Le Canard enchaîné se déchire
Le Canard enchaîné traverse une crise interne. Incriminée par l’un de ses propres journalistes, Christophe Nobili, qui reproche à la compagne d'un ancien dessinateur et administrateur du journal d'avoir bénéficié pendant deux décennies d'une rémunération du journal sans n'y avoir jamais travaillé, entraînant l’ouverture d’une enquête, par le parquet de Paris pour « abus de biens sociaux » et « recel d'abus de biens sociaux », la direction a répondu dans l’édition du 30 août, en démentant avoir eu recours à un emploi fictif et défendant un montage qui, « bien qu’acrobatique, n'a lésé personne ». En l'occurrence, il s'agit de l'embauche en 1996 de l'épouse du dessinateur André Escaro, aujourd'hui âgé de 94 ans, lorsque ce dernier a voulu prendre sa retraite, au grand dam du journal. Avançant qu'il ne peut cumuler emploi et retraite, le dessinateur continue finalement de croquer l'actualité pour l'hebdomadaire lorsque la direction finit par accepter que sa femme l'épaule. « C'est ainsi qu'Edith a été embauchée, en renfort d'André, lequel n'a évidemment plus touché un sou », pour produire plus de 8 000 dessins qui n'ont « rien de fictifs », jusqu'à leur mise en retrait en juin. « « Ce n'était peut-être pas le meilleur emplacement pour un plaidoyer pro domo, en fait rédigé par les principaux intéressés », le président de la société éditrice de l'hebdomadaire, Michel Gaillard, et son directeur général délégué Nicolas Brimo, ont réagi une dizaine de salariés de la publication dans un communiqué transmis à l'AFP et au Monde.

 
 
Après la perte de l’Equipe, Cafeyn crée un corner sport
Après une longue procédure judiciaire, l’Equipe n’est plus disponible depuis le 1er septembre, dans l’offre de Cafeyn. Une vraie perte pour l’application qui souhaite la compenser par l’intégration de nouveaux contenus sportifs, avec l’arrivée prochaine de médias de référence comme Bein sports, le Figaro sport, l’AFP sport et Basket USA. Cafeyn en profite pour annoncer la création d’un corner sport 100% dédié aux actualités sportives, sur le Web et sur l’application. Ce nouvel espace, destiné aux passionnés de sport, agrège et éditorialise de façon personnalisée, pour chaque utilisateur, l’ensemble des contenus sportifs produits par les titres et médias présents sur la plateforme, des grands titres d’information générale comme les titres sportifs généralistes et spécialisés. « Nous sommes très attachés à faire progresser l’accès à une information de qualité sur l’ensemble des sujets d’intérêt de nos utilisateurs, explique son Pdg, Ari Assued. Nous avons ainsi depuis toujours développé sur Cafeyn une offre d’information sportive de qualité et exhaustive, couvrant par exemple un grand nombre de disciplines sportives. Nous allons aujourd’hui plus loin avec quatre nouveaux médias de référence, la création d’un nouvel espace et la mise à disposition de nouveaux formats pour permettre à nos clients d’être toujours mieux informés sur les sports qui les passionnent ».

 
 
Les chantiers et lancements de la rentrée
Après un premier digest de l’été la semaine dernière, la rédaction des Clés de la presse vous a concocté un rappel des principaux chantiers et lancements de la rentrée pour vous remettre dans le bain. Dans le désordre, la mise en place de l’assortiment chez les marchands de presse, des interrogations autour de la fusion TF1-M6 ou de la vente de la Provence, un débat sur l’audiovisuel public, la guerre des plateformes ou la préparation de la coupe du monde de foot au Qatar et des JO de Paris 2024. Parmi les projets de lancements presse, citons un magazine sur les podcasts, un hebdo digital sur le luxe, une revue du journalisme de solutions ou l’application unique de Brut. La rédaction en profite pour vous souhaiter la plus belle des rentrées. + de détails
 
Ce qu'il faut retenir de l'actualité de l'été
Après une pause estivale, la rédaction des Clés de la presse vous a concocté un petit digest de l’été pour vous remettre dans le bain pour la rentrée. Avec des lancements et nouvelles formules en presse, des annonces de rachat de journaux ou d’activités de diversification, les succès du moment, des actualités règlementaires ou institutionnelles, des suivis de dossiers ou de feuilletons en cours, des nominations, l’agenda des semaines et mois à venir… La rédaction en profite pour vous souhaiter la plus belle des rentrées. + de détails
 
Mediapart accélère sur la vidéo et prépare son prochain plan stratégique
Davantage de formats, d’enquêtes, de débats et d’émissions spéciales… Après le succès de son documentaire Media crash, qui a tué le débat public, Mediapart attaque la nouvelle saison sous le signe de la vidéo avec la volonté d’offrir de plus en plus de contenus vidéos à ses abonnés, mais aussi en accès libre aux non-abonnés, diffusés sur le site ou sur les réseaux sociaux, comme Vimeo, Youtube, Instagram et Facebook. C’est le cas par exemple de l’émission d’actualité « A l’air libre », animée par Mathieu Magnaudeix et Valentine Oberti, qui reprendra dès le 6 septembre. « Ce rendez-vous quotidien, diffusé sur Mediapart et nos réseaux sociaux, devient une émission hebdomadaire, explique Carine Fouteau, directrice éditoriale, avec Stéphane Alliès, du pure-player. L’ambition de cette émission, toujours diffusée en accès libre, reste la même : découvrir ou redécouvrir nos enquêtes, mettre en avant les sujets qui nous tiennent à cœur et les personnalités qui pensent le monde de demain, à rebours du conservatisme ambiant ». Une innovation : dès la publication, les journalistes de Mediapart présentent leurs enquêtes, reportages et parti-pris, avec des formats courts diffusés sur les réseaux sociaux. Ces vidéos servent à montrer les contenus du journal et inciter les non-abonnés à découvrir le site. + de détails

 
 
Avec Glitz.paris, Indigo publications investit le secteur du luxe
Indigo publications, éditeur de la Lettre A, investit le secteur du luxe avec Glitz.paris, un hebdomadaire d'enquête digital, publié en français et en anglais, dont la première édition paraîtra le 29 septembre. « Il existe assez peu de médias qui enquêtent sur ce secteur économique, cela nous a paru intéressant de le défricher », nous explique Quentin Botbol, le CEO du groupe, qui espère passer rapidement au rythme quotidien, à l’instar de ses autres publications. En attendant, « nous visons 500 lecteurs d’ici à la fin de l’année et 5000 en cinq ans », ajoute-t-il. Entretien. + de détails
 
Une nouvelle formule pour Pomme d’api
Pomme d'api (groupe Bayard), mensuel pour les 3-7 ans, a lancé cette semaine une nouvelle formule avec l’ambition de « réenchanter » la vie familiale au travers d'activités surprises côté enfants et d'astuces simples au quotidien pour les parents. L'idée-phare est de « retravailler l'équilibre entre les surprises proposées aux enfants et les rendez-vous traditionnels du magazine, explique Gwénaëlle Boulet, rédactrice en chef du titre depuis septembre 2021. Maintenant la surprise, la plupart du temps détachable, se trouvera au milieu ». Plus étoffées et présentes tous les mois, ces activités ludo-pédagogiques ont toutefois un coût plus important, dû aussi à la hausse du prix du papier, qui se traduit par un prix de vente augmenté à 6,50 euros contre 5,95 euros auparavant. « On est beaucoup dans une parentalité problèmes en ce moment, alors on a eu envie de réenchanter la vie des parents en leur donnant des astuces très concrètes, comme on s'en échangerait entre amis, et des idées pour être créatifs, et partager des moments simples, sympas et pas matériels avec les enfants », poursuit-elle. Bayard espère ainsi poursuivre la croissance de la diffusion France payée, en progression de 3,39% en 2021, à 102 159 exemplaires. + de détails

« Avec ce magazine, Reporters d’espoirs s’intéresse aux coulisses des médias »
Après un an de préparation, Reporters d’espoirs s’apprête à lancer, le 6 octobre, un magazine papier portant son nom, dont la philosophie est résumée dans sa baseline, Du journalisme qui donne envie d’agir. « L’idée est de créer un moment, plusieurs fois par an, pour mettre en avant notre démarche de journalisme de solutions, à travers notamment des reportages déjà parus dans la presse, la télévision ou la radio », nous explique Gilles Vanderpooten, le directeur général de l’association. Explications. + de détails

 
 
KTO repense l’identité visuelle de son habillage antenne
L’identité visuelle de l’habillage antenne de KTO n’avait pas changé depuis 2008. Une éternité dans l’univers audiovisuel où la technologie est omniprésente et les innovations toujours plus rapides. « Cela a créé de vraies allergies, en interne comme chez nos auditeurs, et commençait à nuire à l’appréciation de nos contenus », reconnaît Philippine de Saint-Pierre, directrice générale de la chaîne catholique. Les choses vont donc changer à partir du 10 septembre, avec un logo repensé, un design plus affiné et une expérience antenne qui se veut plus paisible. Sans oublier quelques nouveautés dans la grille de programmes. Décryptage. + de détails
 

 
 
 Jeune Afrique renoue avec la croissance
Après avoir subi des pertes de près de 8 millions d’euros en 2020 et réduit la voilure en termes d’effectifs, le groupe Jeune Afrique a renoué avec la croissance en 2021, avec un chiffre d’affaires de 20 millions d’euros, avec un objectif fixé à 27,8 millions d’euros pour 2022, et annonce « un retour aux bénéfices ». Le résultat d’un plan stratégique à cinq ans qu’Amir Ben Yahmed, le directeur général du groupe, nous avait présenté dans les Clés de la presse du 30 mars 2021. « Ce plan repose sur trois piliers principaux, nous avait-il expliqué : un passage au digital first dans une logique de média quotidien numérique, un déploiement dans l'événementiel, et le développement d'offres de services autour de notre régie publicitaire ». Ce qui a été fait avec une offre médiatique renforcée pour ses deux titres généralistes Jeune Afrique et The Africa report, et le développement de son offre professionnelle portée par sa marque Africa business+. Sur le plan événementiel, 2021 aura permis de jeter les bases du retour des événements en présentiel pour la première fois depuis 2019 avec la tenue de l’Africa CEO forum qui vient de se clôturer à Abidjan. Avec près de 75 nationalités représentées, plus d’une cinquantaine de chefs d’État et membres de gouvernement et 800 CEO parmi les plus influents du continent, le plus grand rassemblement du secteur privé africain a réuni à cette occasion près de 2000 participants. Dans la foulée, le groupe vient d’annoncer l’organisation de la première édition en présentiel de l’Africa financial industry summit, qui se tiendra à Lomé fin novembre. Pensé comme une plateforme d’échanges entre décideurs public et privé du secteur financier, cet événement a pour mission de contribuer au développement d'une industrie financière compétitive, innovante, inclusive et durable sur le continent.

En savoir plus ...

Réagissez

Quelles sont vos applications presse préférées ?

Donnez-nous votre avis

Réagissez ...

Dernière minute

La billetterie du festival de l’info locale est ouverte

Ouest medialab organise à Nantes, du 21 au 23 septembre, la 4ème édition du Festival de l'info locale. Une rencontre professionnelle d'envergure nationale,

En savoir plus ...

A découvrir ...

Bienvenue au Club des Clés de la presse

 
Les Clés de la presse lance son Club, un cycle de conférences-débat centré sur les innovations dans la presse et les médias. Destinées aux professionnels du secteur, ces rencontres ont pour but de les aider dans l’élaboration et la mise en œuvre de projets de développement, en matière éditoriale, digitale, locale, marketing et commerciale, mais aussi dans leurs stratégies de diffusion.

Pour la saison 2022-2023, cinq rencontres seront programmées
 
- Le club de l’innovation éditoriale le vendredi 16 septembre
- Le club de l’innovation locale en décembre
- Le club de l’innovation digitale en février 2023
- Le club de l’innovation diffusion en avril 2023
- Le club de l’innovation marketing et commerciale en juin 2023.

Le Club de l’innovation éditoriale
Les 18 derniers mois ont été marqués par un grand nombre de lancements et d’innovation éditoriale, dans les secteurs et les univers les plus variés. Cette première rencontre a pour but de montrer l’étendue du phénomène, et de décrypter comment les éditeurs préparent et réalisent ces lancements, sur le plan éditorial, mais aussi commercial, marketing, ou encore de la diffusion.

 
 
La matinée du vendredi 16 septembre se déroulera en quatre temps

L’ouverture (9 heures)
Les tendances des lancements 2021-2022, par Didier Falcand, éditeur des Clés de la presse.

La table ronde (9h15)
Animée par Didier Falcand, elle va réunir trois éditeurs, dont Sébastien Petit, CEO et président de Burda bleu, et Nelson Burton, président du groupe Au cœur des villes.

            
 
 
 Le regard des experts (10 heures)

L’expert diffusion
Jean-Marc Teboul, directeur commercial de MLP, apportera son expertise sur la façon de préparer un lancement dans le réseau de distribution presse, avec la check-list des choses à ne pas oublier.

 
  
L’expert publicitaire
Jérôme Blaise, directeur du département publishing de Publicis média, apportera son expertise publicitaire, avec les attentes des agences et des annonceurs vis-à-vis de la presse et des innovations éditoriales.

 
 
Questions-réponses et networking (10h40)

Les modalités pratiques
Le club de l’innovation éditoriale a lieu à Paris le vendredi 16 septembre de 9 à 11 heures. L’accès est réservé aux personnes qui ont payé leur inscription.

Les prix à la carte
Trois options sont proposées pour s’inscrire
 
- L’une des 5 conférences, au tarif de 59 euros
- Trois des 5 conférences, au tarif de 143 euros
- Les 5 conférences, au tarif de 199 euros.
 
 

 
  

En savoir plus ...

Découvrez les Clés de la presse

La lettre électronique
La lettre électronique
Le magazine ...
La lettre électronique