AccueilImprimerNous contacterAjouter aux favoris

A la Une

Comment Ebdo mobilise sa communauté pour réussir son lancement

Annoncé depuis plusieurs mois, le lancement d’Ebdo a lieu aujourd’hui, 12 janvier. L’heure de vérité pour une équipe qui a fait de l’écoute et de la rencontre avec ses lecteurs le cœur de son projet. Que ce soit dans sa préparation en amont, dans le recours au financement participatif, dans le mode de fonctionnement de la rédaction, dans son développement commercial, et même dans le contenu du journal lui-même. « L’avenir d’Ebdo est entre vos mains, expliquent ses fondateurs dans l’édito du premier numéro. Discutez-en avec vos collègues de travail, votre famille ou vos voisins. Partagez votre lecture avec votre marchand de journaux, faites-le découvrir. Aidez-nous à corriger nos erreurs de jeunesse, à devenir meilleurs ». Une nécessité pour atteindre les objectifs : 90 000 exemplaires de diffusion d’ici à 2019, sans aucune publicité. Explications en cinq points. + de détails

 
  
Une nouvelle formule pour Auto plus
Les amateurs de voitures vont découvrir, aujourd’hui 12 janvier, la nouvelle formule d’Auto plus. Si le positionnement de l’hebdomadaire de Mondadori reste celui du « seul journal qui se met à la place du conducteur », les changements sont nombreux, avec une nouvelle maquette, « plus aérée et plus stylisée », selon le communiqué du groupe, et quatre nouvelles rubriques : le labo Auto plus, SOS experts, Infos anti-PV et les Coachs Auto plus. « Avec cette nouvelle formule, nous renforçons nos trois partis-pris : l’expertise, le coaching et les conseils », précise-t-on en interne, où l’on espère enrayer la baisse de la diffusion (-2,46% selon l’ACPM, à 267 258 exemplaires au 3ème trimestre 2017).

Une nouvelle directrice de cabinet pour Françoise Nyssen
Le communiqué est tombé le 9 janvier. Laurence Tison-Vuillaume succède à Marc Schwartz à la direction du cabinet de Françoise Nyssen, ministre de la Culture. Une décision soudaine interprétée par certains comme une volonté de l’Elysée et de Matignon d’accélérer la réforme de l’audiovisuel public. Marc Schwartz devrait « participer prochainement à une mission sur l’avenir de la distribution de la presse, à la demande du gouvernement, précise le communiqué. Il sera appelé ultérieurement à d’autres fonctions.

 
 
Les dépôts indépendants Alliance proposent d’acheter les dépôts Presstalis
A l’heure où le gouvernement réfléchit à l’avenir de la filière de la distribution de la presse en France, le groupement de dépôts indépendants Alliance a fait hier, 11 janvier, une proposition forte en suggérant de racheter à Presstalis, dontles finances sont au plus bas, les dépôts SAD et Soprocom. « Un niveau 2 composé de dépôts indépendants serait la garantie d’un modèle pérenne et performant qui a su faire ses preuves depuis de nombreuses années dans un cadre de marché baissier et de restructuration permanente du niveau 1 », assurent ses dirigeants dans un communiqué, en rappelant qu’ils ont eux-mêmes mené « au cours de ces dernières années plusieurs restructurations, sans bénéficier d’aucune subvention de l’Etat, tout en assurant un service de distribution de la presse performant et de qualité ».

Les dossiers et chantiers de la presse et des médias pour 2018
Après une année 2017 placée sous le signe de l’actualité politique, avec l’élection d’Emmanuel Macron et d’une assemblée LREM, 2018 sera riche sur le plan législatif et règlementaire, si l’on en croît les vœux à la presse du président de la République, le 3 janvier dernier. Au programme, une réforme de l’audiovisuel public, une loi pour lutter contre les fausses informations, une réflexion sur les modèles économiques des médias, ou encore une mutation obligatoire du système de distribution de la presse.
Mais l’année 2018 sera aussi placée sous le signe de l’innovation, et pas seulement sur le numérique et les réseaux sociaux avec l’arrivée du MédiaTV des proches de Jean-Luc Mélenchon, ou de Monkey et Loopsider. La presse écrite sera aussi à l’honneur avec l’annonce de pas moins de trois projets d’hebdomadaires d’information : après Ebdo, qui ouvrira le bal dès le 12 janvier, un autre lancement, baptisé Vraiment, devrait voir le jour en mars. Et Bayard a annoncé en novembre la création, dans l’année, d’un hebdomadaire autour de la marque la Croix. 2018 sera enfin, comme toutes les années paires, marquée par des événements sportifs, comme les jeux Olympiques d’hiver et la coupe du monde de football en Russie. + de détails

La rédaction de Charlie hebdo toujours marquée trois ans après
7 janvier 2015. La France apprend avec stupeur la fusillade qui touche de plein fouet la rédaction de Charlie hebdo. Trois ans plus tard, l’hebdomadaire satirique revient, dans un numéro anniversaire paru le 3 janvier, sur le traumatisme qui continue de bouleverser profondément son fonctionnement. « Trois ans après, il est difficile de rester silencieux car, contrairement à ce que peut-être nous avions espéré, la situation ne s’est pas améliorée, souligne Riss, directeur de la publication, dans son édito. Au contraire. Ce qui devait être temporaire est devenu permanent. Les conditions de travail des membres du journal ne redeviendront sans doute jamais normales. Pas plus que la vie privée de certains collaborateurs ». Escorte policière permanente, avalanche de menaces sur les réseaux sociaux, coût très élevé (plus d’un million d’euros par an) pour le journal de la sécurisation permanente… Ce numéro dévoile les conséquences de l’attentat sur les conditions de travail au jour le jour. Et elles sont lourdes.
 
 
 
« Le rachat de Mayane renforce l’expertise de Neweb »
Le groupe Neweb a annoncé, le 28 décembre, l’acquisition de 73% du capital de Mayane communication, spécialiste de la petite enfance et de la parentalité avec ses marques comme Parole de mamans, Avis de mamans, les Pros de la petite enfance et le Spot des efluent. « Cette opération s’inscrit dans notre stratégie de développement visant à renforcer notre expertise produit et notre rôle de conseil avant achat », nous explique Johann le Cardinal, le directeur général du groupe Neweb.

 
 
La diffusion de la presse quotidienne nationale toujours bien orientée
La presse quotidienne nationale confirme, en novembre, la bonne santé de sa diffusion en 2017. Sur les onze premiers mois de l’année, six des huit titres de la famille voient leur diffusion France payée stable ou en hausse par rapport à la même période de 2016. Deux d’entre eux, le Monde et Libération, s’en sortent même très bien avec des hausses respectives de 6% (à 284 318 exemplaires) et 3,08% (à 75 548 exemplaires). Pour les quatre autres, l’heure est à la stabilité, ce qui reste une belle performance dans le contexte actuel du marché : +0,95% pour l’Equipe (à 236 168 exemplaires), +0,93% pour les Echos (à 128 306 exemplaires), +0,34% pour le Figaro (à 306 969 exemplaires) et -0,87% pour le Parisien (à 204 283 exemplaires). Dans la famille, seuls la Croix (-2,248%, à 89 715 exemplaires) et Aujourd’hui en France (-8,47%, à 121 226 exemplaires) enregistrent un recul par rapport à 2016.

En 2018, l’innovation presse sera tournée vers les hebdos d’information
Depuis deux ou trois ans, la presse fait preuve de beaucoup d’innovations. Les lancements se succèdent, tant sur le print que sur les supports numériques et les réseaux sociaux. 2018 ne dérogera pas à la règle, avec pas moins de trois projets d’hebdomadaires d’information. Après Ebdo, qui ouvrira le bal dès le 12 janvier, un autre lancement, baptisé Vraiment, devrait voir le jour en mars. Et Bayard a annoncé en novembre la création, dans l’année, d’un hebdomadaire autour de la marque la Croix. + de détails

 
 
Le nouveau Particulier renforce son rôle de conseil aux lecteurs
Quatre ans après sa dernière nouvelle formule, le Particulier inaugure, le 21 décembre, son nouveau magazine, avec une maquette revisitée, un nouveau rythme de lecture, un renforcement de l’expertise et du conseil, et une relation renforcée avec ses lecteurs. L’objectif, nous explique son directeur de la rédaction, Arnaud Bouillin, est d’enrayer la baisse de la diffusion, en fidélisant les abonnés actuels et en en recrutant de nouveaux, notamment les quadras et les quinquas qui commencent à avoir des préoccupations patrimoniales. Entretien. + de détails

 
 
L’Alliance Gravity dans les starting-blocks
Six mois après l’annonce de sa création, l’Alliance Gravity accueille de nouveaux partenaires et sort de sa phase de tests et de mise en route. Le lancement opérationnel de la plateforme interviendra au premier trimestre 2018, avec une montée en puissance tout au long de l’année, notamment avec l’intégration de nouveaux formats, vidéos et natifs. + de détails

L’Indépendant teste la réalité augmentée
L’Indépendant (groupe Midi libre) va proposer, le dimanche 24 décembre, une édition à réalité augmentée. Via l’application Indep plus, disponible sous iOs comme Android, il sera possible pour les lecteurs du quotidien de découvrir un contenu intégrant de la vidéo, de la 3D, des diaporamas. Un enrichissement rendu possible par un partenariat noué avec une start-up catalane, ICM soft. Et ce n’est pas fini : déjà doté d’un club de l’éco, l’Indépendant travaille à la mise en place d’un incubateur de start-up pour accompagner sa révolution numérique. Un hackathon sera d’ailleurs organisé au premier trimestre 2018.

Les hebdos de Newsmed vont passer au rythme quinzomadaire
Charles Henri Rossignol, Pdg de Newsmed, l’a reconnu, le 13 décembre, devant ses équipes. La situation financière du groupe de presse santé est difficile, et l’état de la trésorerie limite la visibilité à neuf mois. S’il se refuse à envisager un plan de suppression d’emplois, il s’apprête à modifier la périodicité de ses deux hebdomadaires (le Moniteur des pharmacies et la Semaine vétérinaire) pour les transformer en quinzomadaire. Reste à savoir si ce sera suffisant pour ne pas déposer le bilan. « Ça passe ou ça casse », a-t-il admis.

Claude Perdriel relance son activité presse avec l’entrée de nouveaux actionnaires
A 91 ans, Claude Perdriel reste un passionné de la presse, qui continue d’avoir des projets pour ses magazines. L’ancien patron du Nouvel observateur a surpris tout le monde, le 13 décembre, en annonçant une entrée de Renault au capital de son groupe Challenges, constitué de l’hebdo économique, de Sciences & avenir, la Recherche, l’Histoire et Historia. Le Nouveau magazine littéraire, lui, se relance à part, avec le soutien financier de Xavier Niel, Thierry Verret et Bruno
Ledoux. + de détails
 
 
 
Terra incognita veut redonner ses lettres de noblesse aux entrepreneurs
Le projet a été monté en moins de trois mois. « Frustré par le monde des médias, qui accepte que l’expérience utilisateurs se dégrade », Vincent Pringuay a choisi de lancer un média collaboratif capable de faire découvrir des entrepreneurs de tous horizons. C’est ainsi que le premier numéro de Terra incognita a été lancé le 8 décembre. L’originalité de ce nouveau magazine bimestriel de 108 pages : aller à la rencontre des entrepreneurs, à travers dix-huit interviews réalisées en faisant appel à sa communauté de lecteurs, qui peuvent poser leurs propres questions. « Terra incognita se positionne comme une communauté de lecteurs qui participe à la conception du magazine », nous précise Vincent Pringuay, les différentes rubriques (écologie, RH, médias, tech…) faisant elle-même l’objet de communautés verticales.

Une page de Ouest France se tourne avec le décès de François-Régis Hutin
« Ouest-France est en deuil. François-Régis Hutin s’est éteint à l’âge de 88 ans à Rennes, dimanche soir 10 décembre 2017. Pendant 32 ans, jusqu’en octobre 2016, il a piloté le développement de Ouest-France (1300 salariés). Il a permis à notre quotidien de devenir le premier quotidien francophone avec une diffusion quotidienne de 690 000 exemplaires et une audience internet de 65 millions de visites par mois. Il restait président du comité éditorial et signait encore à la Une de notre journal, samedi matin, un éditorial : Paix pour Jérusalem ». C’est par ces mots que le quotidien rennais a annoncé, le 11 décembre, à ses lecteurs, le décès de son ancien Pdg. Un patron de presse hors-norme qui avait attendu ses 87 ans pour quitter la présidence du groupe la veille du week-end de la Toussaint 2016, il y a un peu plus d’un an. + de détails

 
 
TF1 entre en négociations exclusives pour le rachat d’Aufeminin
Le groupe TF1 accélère son développement sur Internet avec la volonté d’acquérir, auprès du groupe Axel Springer, le portail Aufeminin. Il a en effet annoncé, le 11 décembre, être entré en négociations exclusives avec le groupe allemand pour le rachat de la participation (78,43% du capital) que ce dernier détient (le reste étant coté en Bourse). Outre le portail féminin éponyme, le groupe Aufeminin édite Marmiton, My little Paris, Merci Alfred, Onmeda, Zimbio.com, Livingly.com et Stylebistro.com, et est présent dans une vingtaine de pays, en Europe, au Maghreb, en Amérique du nord et en Amérique latine. Valorisé 295 millions en Bourse, il a enregistré au premier semestre un chiffre d'affaires de 53,7 millions d'euros et un Ebitda de 8,8 millions d’euros (cf. les Clés de la presse du 22 août). Pour mémoire, le groupe a réalisé en 2016 107 millions d’euros de chiffre d’affaires et 11 millions d’euros de résultat net.

Aime et fais ce que tu veux fait le pari d’un hebdo féminin inattendu
Persuadé que la presse féminine ne répond plus aux attentes des femmes, un collectif de journalistes a voulu dépoussiérer le genre. « Nous sommes convaincu qu’il est possible de donner un supplément d’âme à notre vie quotidienne, nous explique Jean-Baptiste Fourtané, qui endosse le costume de directeur de la publication. Et c’est ce que nous souhaitons apporter avec ce nouveau magazine », sorti le 8 décembre. Son nom : Aime et fais ce que tu veux, résume assez bien le positionnement d'un hebdomadaire chrétien « qui s'inscrit dans l'évolution des femmes dans la société ». Son crédo : être inspiré, inattendu et utile. + de détails
 
 
 
La Voix du nord s’attaque aux jeunes avec un média social
La Voix du nord part à l’assaut des jeunes. Neuf mois après le lancement de Vozer, média à destination des 18-25 ans de la métropole lilloise sur Facebook, le quotidien régional a lancé, le 6 décembre, la VDN, un nouveau média d’information, un « condensé d'actualités » 100% gratuit pensé pour le partage sur les réseaux sociaux. Alimenté par la rédaction, le site publiera chaque jour 40 à 50 informations sélectionnées et mises en scène par une équipe dédiée de journalistes. « Le ton répondra aux nouveaux codes du Web, il sera coopératif et jouera sur l’émotion », précise Julien Lecuyer, chef du desk édition. Contrairement au site de la Voix du nord, dont le modèle économique repose sur un paywall, la VDN vise un objectif d’audience, avec une monétisation fondée sur la publicité. Elle fera aussi partie d’une offre géolocalisée qui cumule les audiences de la VDN et de 20 minutes. « La VDN servira également de passerelle vers la nouvelle application payante prévue en janvier », ajoute Gabriel d’Harcourt, directeur général délégué de la Voix du nord.
 
 
 
La diffusion de la presse quotidienne nationale toujours bien orientée
La presse quotidienne nationale confirme, en octobre, la bonne santé de sa diffusion en 2017. Sur les dix premiers mois de l’année, six des huit titres de la famille voient leur diffusion France payée stable ou en hause par rapport à la même période de 2016. Deux d’entre eux, le Monde et Libération, s’en sortent même très bien avec des hausses respectives de 6,46% (à 283 933 exemplaires) et 4,51% (à 76 235 exemplaires). Pour les quatre autres, l’heure est à la stabilité, ce qui reste une belle performance dans le contexte actuel du marché : +0,95% pour les Echos (à 127 763 exemplaires), +0,69% pour le Figaro (à 307 363 exemplaires) +0,66% pour l’Equipe (à 236 997 exemplaires), et -0,69% pour le Parisien (à 204 338 exemplaires). Dans la famille, seuls la Croix (-2,23%, à 89 740 exemplaires) et Aujourd’hui en France (-8,33%, à 122 412 exemplaires) enregistrent un recul par rapport à 2016.
 
Technikart se dote d’une version audio
Technikart propose désormais, lors de la sortie du magazine, une version audio. Les principaux contenus vont être disponibles sur Audible, spécialiste du divertissement audio parlé. Chroniques, interviews, poèmes, musique : pendant plus de 40 minutes, les contenus sont interprétés ou commentés par Jean Croc. Chaque numéro est proposé à 2,95 euros pour un achat à la carte, ou accessible dans le cadre de l’abonnement Audible. Les nouveaux abonnés auront la possibilité d’obtenir un titre gratuitement grâce à l’offre d’essai. Quant aux lecteurs du magazine papier, ils auront droit à un code promo qui leur permet de télécharger gratuitement le podcast. « C’est une nouvelle manière d’accéder à l’information, estime l’éditeur, Fabrice de Rohan Chabot. C’est agréable de se faire raconter des histoires. Cela nous replonge dans l’enfance, nous réconforte et nous transmet beaucoup d’émotions. Dans un contexte où nos yeux sont très sollicités par les écrans, l’audio parlé nous offre un autre rapport au récit, en laissant le champ libre à notre imagination ».
 
 
 
Pas d’électro-choc pour Europe 1 
Frédéric Schlesinger, vice-Pdg d’Europe 1, recruté en juin par Arnaud Lagardère pour redresser des audiences au plus bas avant l’été, ne se faisait guère d’illusion, début septembre, sur la capacité de la station à repartir immédiatement à la hausse. « J’espère que nous serons au-dessus des 7 points », disait-il en évoquant les prochains résultats d'audience radio, portant sur les mois de septembre et d'octobre. Avec 7,2 points sur la période, selon les résultats de l’étude 126 000 radio publiés le 16 novembre par Médiamétrie, il a réussi son pari, mais ce score reste le plus bas pour la période depuis des années. Il faudra donc encore attendre quelques mois pour savoir si la nouvelle grille permettra à la station du groupe Lagardère active de retrouver des audiences à la hausse et d’atteindre l’objectif affiché de revenir à 9% d'audience dans les trois ans (soit 1 million d'auditeurs à regagner). + de détails

 
 
Près d’1 million d’euros levé par le Média
En un peu plus d’un mois, le Média, site d’information imaginé par Sophia Chikirou, directrice de la communication de la campagne de Jean-Luc Mélenchon, et par des membres de la France insoumise, qui doit voir le jour en janvier, a déjà levé près d’1 million d’euros de financement participatif. « Nous ferons un point d’étape pour rendre compte publiquement de l’avancement du projet le dimanche 19 novembre, expliquent ses promoteurs dans un communiqué. Depuis notre lancement, nous avons été rejoints par plus de 8000 « socios ». Ils soutiennent financièrement le Média et ils le coconstruisent avec nous ». Ce qui permet de faire avancer les choses. « Nous travaillons au développement du site Internet, qui sera dévoilé en janvier. Nous recrutons des journalistes pour notre future rédaction. Nous élaborons nos futurs programmes. Nous travaillons à des partenariats avec des médias indépendants, des vidéastes, des blogueurs. Nous inventons ensemble un nouveau genre de média audiovisuel, citoyen, participatif et coopératif ».

Les tarifs de publicité presse en hausse de 0,25% en 2018
Les familles de presse ont encore une fois fait preuve de sagesse pour leurs tarifs publicitaires pour 2018. Selon le SEPM marketing et publicité, les tarifs de publicité du format de référence (SPQ standard) varient de 0,25% pour l’ensemble de la presse, après une très faible augmentation en 2017 (+0,6%) et en 2016 (+0,4%). Dans le détail, les quotidiens augmenteront de 0,2%, dont +0,3% pour les quotidiens nationaux et une parfaite stabilité pour la presse quotidienne régionale (PQR 66) et la presse gratuite d’information. La presse magazine, de son côté, ambitionne une hausse de 0,3% en simple page et de 0,4% en double page quadri. Enfin, la presse hebdomadaire régionale (PHR national) a opté pour une légère baisse de 0,4%.
Au-delà de ces évolutions globales, tous les tarifs sont disponibles gratuitement titre par titre sur le site Tarifspresse.com avec, pour chaque publication, le concept et le périmètre de la marque, les chiffres clés (diffusion, audience presse et digitale), le calendrier des parutions, les dates de bouclage, les contacts commerciaux et les plaquettes tarifaires.

A deux mois de son lancement, Ebdo a déjà rencontré son public
« La première phase de la mise sur orbite de la fusée Ebdo est un succès ». C’est ce qu’estiment les fondateurs du magazine, à tout juste deux mois du lancement de leur magazine le 12 janvier prochain. Avec 5959 pré-abonnés et 409 041 euros récoltés depuis le 27 septembre, la campagne de financement participatif, qui s’est achevée le 10 novembre, a largement dépassé leurs espérances, puisque l’objectif affiché était de 150 000 euros. « C’est même le deuxième projet le plus populaire sur les 98 000 qui ont été lancés via le site KissKiss BankBank, à quelques milliers d’euros derrière le film Demain, de Cyril Dion et Mélanie Laurent », rappellent-ils. + de détails

 
 
Eléphant lance Monkey, un média 100% social
Le groupe de production TV et digital Eléphant, fondé en 1999 par Emmanuel Chain et Thierry Bizot, a annoncé, hier 13 novembre, le lancement de Monkey, « un média 100% social, 100% vidéo et 100% premium », avec l’ambition de « devenir le média social référent des millennials dans l'information premium, explique Emmanuel Chain dans un communiqué. Les millennials sont une génération de passionnés, extrêmement curieux du monde dans lequel ils vivent. Sans concessions, ils s'investissent dès qu'ils trouvent du sens à ce qu'ils font. Or, sur les réseaux sociaux, nous nous sommes aperçus qu'il y avait un manque. Aucun média n'a encore réussi à associer la rigueur du travail journalistique aux codes narratifs des réseaux sociaux ». C'est l'ambition de Monkey, qui s’appuie sur une rédaction de 11 personnes, composée d'un rédacteur en chef, d’une productrice éditoriale, de deux journalistes, de trois enquêteurs, de deux graphistes et de deux monteurs, pour proposer des dontenus sur Facebook, Twitter et Youtube.

Link média group finalise la reprise de trois marques de Newsco
Le groupe Newsco a bouclé, le 31 octobre, la cession des fonds de commerce des marques Cosmétique mag, Coiffure de Paris et la Revue des collectivités locales, à Link média group, une structure ad-hoc montée par Stéphane Demazure, ancien éditeur de Newsco, avec le soutien de Meeschaert capital partners. « La presse BtoB dispose d’importants relais de croissance pour animer ses communautés professionnelles, explique Stéphane Demazure, qui nous avait détaillé son plan de reprise et ses ambitions dans les Clés de la presse du 20 octobre dernier. Je suis particulièrement fier d’être accompagné par Meeschaert capital partners qui a su voir dans notre projet les bases d’un modèle économique solide reposant sur quatre piliers : la diffusion, le data-management, la création d’événements et le brand content ». 
 
Avec Oblik, Alternatives économiques cherche à élargir son public
Après avoir repensé son offre digitale, Alternatives économiques poursuit son développement avec la publication, le 2 novembre, d’un mook annuel qui propose des analyses économiques en graphiques dessinés. Une façon de traiter l’économie d’une façon différente et d’attirer vers la marque un public plus jeune. Explications avec Laurent Jeanneau, rédacteur en chef, et Camille Dorival, Pdg d’Alternatives économiques. + de détails
 
 
 
Pour Antoine de Tarlé, « les médias doivent relever le défi de la transformation numérique »
Ancien dirigeant de TF1, Télérama ou Ouest France, Antoine de Tarlé publie, chez Nouveau monde éditions, Dans les coulisses des grands médias. Dans cet ouvrage, où il raconte son expérience de la presse et des médias au cours des 30 dernières années, et comment le numérique les impacte de plein fouet, il lance un véritable signal d’alarme, mais veut rester optimiste pour l’avenir, à condition de pouvoir réguler le fonctionnement des Gafa. + de détails

 
 
  
Adwanted reprend Carthage, l’éditeur de Medialand
Le groupe Adwanted poursuit sa stratégie de croissance externe avec l’acquisition de Carthage, connue pour son logiciel de médiaplanning Medialand et son outil de pige. Basée à Paris, la société développe des logiciels de médiaplanning qui, grâce à cette nouvelle alliance, seront bientôt développés à l’échelle internationale en profitant des implantations d’Adwanted en Espagne, aux Etats-Unis mais aussi sur d’autres marchés européens ou encore en Asie grâce à Affinity média, reprise par Adwanted cet été. C’est Damien de Foucault qui prend la direction générale. De son côté, François Charton, fondateur de Carthage, devient directeur de l’innovation, membre du comité scientifique d’Adwanted.

Paris match s’ouvre à l’Afrique
Après la Belgique et la Suisse, Paris match a lancé, le 2 novembre, une édition africaine. Baptisée Paris match Afrique, elle proposera, tous les premiers jeudis du mois, un cahier de 32 pages inséré dans les Paris match distribués dans 22 pays d’Afrique francophone. Au sommaire, l’actualité économique, politique et culturelle du continent africain. Pour les Parisiens, l’édition africaine sera disponible dans plusieurs kiosques et également mise à la disposition des passagers du terminal 2E de l’aéroport Charles de Gaulle, dans les salons Air France. Au sommaire du premier numéro, une rencontre avec le footballeur Pierre-Emerick Aubameyang, un focus sur la Fashion week de Lagos au Nigeria, un reportage inédit sur les mines d’or en République démocratique du Congo, ou encore une interview-portrait de George Weah, candidat à la présidentielle au Libéria.
 
Les médias s’intéressent de plus en plus à l’e-sport
L’organisation par Webedia, le 31 octobre à Paris, de la 2ème édition de l’e-sport summit, dans le cadre de la Paris games week, devrait attirer de nombreux médias, séduits par le potentiel d’un marché en devenir, sur lequel il leur faut se positionner rapidement. Depuis quelques mois, ils multiplient d’ailleurs les initiatives dans ce domaine, de TF1 à l’Equipe, en passant par Melty, Prisma média, ou les groupes AB et Amaury… sans oublier le plus dynamique, Webedia, qui planche sur le lancement, le 1er décembre prochain, d’ES1, la première chaîne de télévision française dédiée à l’e-sport. + de détails

Les résultats financiers de Bayard stables sur la période 2016-2017
Le groupe Bayard a annoncé, le 27 octobre, une légère baisse de son chiffre d’affaires pour son dernier exercice (portant du 1er juillet 2016 au 30 juin 2017), à 349,7 millions d’euros, contre 354,4 millions l’année précédente. La marge opérationnelle (4,5% du CA) est stable sur la période : + 15,8 millions d’euros (vs 16,2 millions en 2015-2016), et le résultat net est positif de 2 millions d’euros (contre 3,1 millions un an plus tôt). Si la vente de livres (13,2% du chiffre d’affaires total) progresse de 5,8% sur un marché en net repli au 1er semestre 2017, l’activité presse s’affiche en recul : le chiffre d’affaires diffusion presse (68,1% de l’ensemble) baisse de 1,6%, à 238,3 millions d’euros). Tous les segments sont touchés : -0,7% pour l’abonnement et -4,4% pour les ventes au numéro. Les revenus publicitaires (8,2% du chiffre d’affaires total) baissent de 4,3%, en France et à l’international, « mais Bayard résiste mieux que le marché, notamment en France où la presse magazine enregistre un repli de 10,7% au premier semestre 2017 », souligne le groupe.

 
 
Les 4 enseignements de l’étude One market 2017
L’ACPM (Alliance pour les chiffres de la presse et des médias) a publié, le 26 octobre, les résultats de la 4ème édition de l’étude One market, une enquête média-marché single source dont l’objectif est « d’observer, de comprendre et de qualifier les comportements de consommation des Français en général et des consommateurs médias en particulier ». Une enquête extrêmement riche puisqu’elle repose sur un échantillon de 20 567 individus représentatifs de la population française de 15 ans et plus, interrogés sur leur fréquentation média, mais aussi sur plus de 1300 marques, produits et enseignes, et 12 secteurs de consommation. « L’étude permet de suivre d’année en année les nouvelles tendances et les nouveaux modes de consommation des Français », souligne-t-on à l’ACPM, qui a relevé quatre tendances principales. + de détails

Le chiffre d’affaires des marchands de presse est en léger recul depuis janvier
Selon les données du panel Culture presse/Devlyx (qui repose sur 4 000 points de vente représentant 2 % du volume d’affaires global des marchands, en dehors de Paris), le chiffre d’affaires des produits distribués par les marchands de presse (hors quotidiens régionaux) a reculé de 1,30% sur les huit premiers mois de l’année. Les quotidiens nationaux, qui représentent 20% du volume d’affaires des spécialistes, ont enregistré une progression de 0,81 %. Les publications (71% des encaissements des panélistes) affichent un recul de 2,83%, avec un redressement de la tendance au fil de l’année. Enfin, le chiffre d’affaires des encyclopédies a grimpé de 11,83% sur la période pour représenter désormais 7,4 % du volume d’affaires.



L’Equipe débarque sur Google home
Fidèle à sa stratégie de déploiement sur tous les supports, l’Equipe est désormais disponible sur Google home. Avec le lancement de son application, il est possible pour les clients de l’Equipe « d’interagir d’une nouvelle manière avec leur marque préférée via l’assistant Google, notamment depuis l’enceinte connectée à commande vocale Google home, ou les smartphones compatibles », explique le quotidien sportif qui a développé des formats adaptés à ce nouveau mode d’usage, autour de l’information, du gaming et des contenus éditoriaux. « L’Equipe devance la généralisation des assistants vocaux et poursuit le développement des formats audio entamé depuis plusieurs mois avec l’Equipe explore et les podcasts des émissions de la chaîne », précise Emmanuel Alix, directeur du pôle numérique de l’Equipe.

Mediapart et Indigo publications au capital de Mediacités
Le journal en ligne d’investigation locale Mediacités, créé en décembre 2016 à Lille et présent à Lyon, Toulouse et Nantes, se renforce en accueillant Mediapart, Indigo publications et la coopérative Channel Agence de presse (CAPresse) dans son capital. Pour Mediapart, « cette prise de participation minoritaire prolonge un partenariat éditorial engagé ces derniers mois qui a pris la forme d’échanges d’articles ou d’enquêtes réalisées en commun », explique son fondateur, Jacques Trentesaux, qui espère boucler une levée de fond de 350 00 euros d’ici à la fin de l’année, par ouverture de 30%. « Nous allons également accueillir dans notre capital des investisseurs individuels (pour des montants minima de 5 000 euros) ainsi que des lecteurs et amis (pour un montant minimum de 500 euros) grâce au lancement d’une campagne de financement participatif en actions », ajoute-t-il. Une opération réalisée avec la plateforme Happy capital (www.happy-capital.com) et le concours de Venturistic, une société spécialisée dans le conseil aux start-up en phase de levée de fonds.

L’Express va fusionner ses offres papier et Web début 2018
« Nous allons mener, début 2018, la plus importante transformation de l’Express depuis sa création en news magazine en 1964 ». C’est son directeur, Guillaume Dubois, qui l’annonce dans le Figaro d’hier, 23 octobre. Cela passera par une fusion des offres de Lexpress.fr et du magazine papier, dont les modèles économiques étaient jusque-là très différents avec, d’un côté une offre gratuite d’information quotidienne sur le Web, de l’autre une offre hebdomadaire payante. « Nous allons créer une offre unique qui sera disponible sur l’ensemble des supports, précise-t-il. Cela nécessite une transformation de l’organisation en rassemblant les deux rédactions d’une cinquantaine de journalistes chacune. Cette nouvelle offre sera sur un modèle d’abonnement car c’est le métier historique de la presse que de se vendre à ses lecteurs ». + de détails


 
Restructuration d’Ebra : Philippe Carli précise sa méthode
La restructuration d’Ebra, le pôle de presse quotidienne régionale du Crédit mutuel, est en route et ne concerne pas seulement l’Alsace et la Lorraine (cf. les Clés de la presse du 12 septembre). Selon Intermédia, Philippe Carli, son nouveau directeur général, a rencontré, le 11 octobre, les salariés du Progrès et devrait faire de même, demain 25 octobre, à Grenoble, avec les salariés du Dauphiné. Son objectif : préciser sa méthode de travail et parler des économies qu’il souhaite réaliser titre par titre. Des groupes de travail vont rapidement se mettre en place au sein de chaque quotidien, sous l’autorité du rédacteur en chef, et avec l’assistance du cabinet de conseil Bearing point, pour dresser une feuille de route, comprenant notamment les effectifs à réduire dans le courant du 1er semestre 2018.

L’Officiel lance son aventure américaine
Jalou média group et Gem group ont annoncé, le 16 octobre, leur rapprochement aux États-Unis qui va donner naissance à la création d’une société commune, l’Officiel USA. Celle-ci lancera le 6 novembre la plateforme digitale LofficielUSA.com, avec un contenu international centré autour de l’art de vivre (mode, accessoires, food, voyage, art contemporain, etc), qui se partagera entre actualités américaines (40%) et informations internationales (60%) alimentées par un réseau de près de 500 contributeurs. Cette approche digitale sera prolongée en mars 2018 avec le lancement de l’édition print de l’Officiel USA, qui sera publiée six fois par an, au prix d’un dollar, dans les cinq principales villes américaines et suivant un calendrier référencé entre fashion weeks et grands rendez-vous culturels.

Les priorités de Françoise Nyssen en matière d’éducation aux médias
Françoise Nyssen, ministre de la Culture, a profité des Rencontres culture numérique, organisées par ses services le 12 octobre à Radio France, pour rappeler que « le lien entre culture et éducation est au cœur de mon action » et qu’elle comptait travailler sur ces sujets en étroite collaboration avec son collège de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer. Notamment en matière d’éducation aux médias, avec trois axes prioritaires : la coopération, l’innovation et la formation. Explications. + de détails

 
 
Beaux arts & cie reprend le Quotidien de l’art à la barre du tribunal
Quelques jours après le lancement de la nouvelle formule de son magazine phare, Beaux arts & cie annonce la reprise, à la barre du tribunal de commerce, du Quotidien de l’art, fondé en 2011 sur l’idée innovante d’une information quotidienne adressée aux amateurs éclairés et aux professionnels du monde de l’art. Malgré un positionnement original, le journal n’a pas trouvé son modèle économique et a dû être placé en liquidation judiciaire début septembre. Le groupe Beaux arts & cie va immédiatement le recapitaliser « avec un apport de 300 000 euros de trésorerie et assurer la continuité de la publication quotidienne, permettant de maintenir le lien unique créé entre le Quotidien de l’art et ses lecteurs », explique l’éditeur, en évoquant des synergies opérationnelles « notamment sur le backoffice, la gestion abonnements et le couplage d’offres », sans oublier en matière commerciale avec une fusion des régies publicitaires. Toutes les équipes seront réunies au début du deuxième trimestre 2018 dans le futur du groupe, boulevard de la Madeleine à Paris, dont Frédéric Jousset, l’actionnaire de Beaux arts, vient de faire l’acquisition.

En savoir plus ...

Réagissez

Quelles sont vos applications presse préférées ?

Donnez-nous votre avis

Réagissez ...

Dernière minute

7 clés pour comprendre la presse en 2017

Une formation incontournable sur l'univers de la presse

En savoir plus ...

A découvrir ...

Notre nouveau magazine est tout chaud, il vient de sortir

 
 
L’événement : spécial bilan presse
- Les recettes de la presse qui marche
- La diffusion et l’audience de la presse en 10 tableaux
- La digitalisation réussie des Echos
- Les raisons du succès de la marque l’Equipe
- Uni-éditions, en mode cocréation
- Le plaidoyer de François Mariet
- L’ACPM passe à l’offensive
- Notre reporter a participé à l’étude One premium

Le dossier : les médias montent au front sur la vidéo
- 2017, année de la vidéo
- La vidéo au cœur de la stratégie de Prisma média
- L’AFP TV en pleine croissance
- Le Figaro live, un nouveau terrain de jeu
- Ouest France mise sur les partenariats
- La Provence accélère
- La success story de Brut
- Youblive réinvente le direct
- Explicite, payant et indépendant

La tendance : le son, nouvel eldorado des pure-players
- L’émergence de nouveaux acteurs
- A chacun son modèle économique
- 3 nouveaux acteurs, 3 lignes éditoriales
- Un no man’s land juridique
 
 
 

En savoir plus ...

Découvrez les Clés de la presse

La lettre électronique
La lettre électronique
Le magazine ...
La lettre électronique