AccueilImprimerNous contacterAjouter aux favoris

A la Une

La Provence accélère sa digitalisation

La Provence lance « la Provence innovation », un laboratoire de recherche et développement sur la data et le contenu. A la différence d’un incubateur – projet initial prévu par la direction en novembre 2016 –, le lab va travailler avec le tissu universitaire de toute la zone de couverture du groupe, y compris la Corse, nous explique Fabian Frydman, directeur digital qui supervise le projet. « Beaucoup d’universitaires travaillent sur la tech et ont de beaux projets. Mais ils utilisent de la data open source. Nous avons la possibilité de leur livrer la data de la Provence, pour qu’ils puissent développer des projets, créer des logiciels, des algorithmes, pour améliorer notre business et valoriser nos contenus ». Car la volonté est double : à la fois commerciale et éditoriale. « Le lab englobe tous les métiers de notre entreprise, souligne-t-il. Nous sommes persuadés que nous pouvons travailler en amont du business ». 
 
 
 
Zenith revoit ses prévisions publicitaires françaises à la hausse
Zenith revoit fortement à la hausse ses prévisions de croissance des investissements publicitaires en France. Dans la dernière livraison de son « expenditure adspend forecasts », l’agence média estime que la hausse des investissements publicitaires atteindra 2,2%, alors qu’elle ne prévoyait que 1,1% en juin dernier. « La grande nouveauté est que le marché français surperforme à nouveau l’Europe de l’ouest, qui sera en croissance de 2% sur 2017, notamment grâce à un climat économique plus favorable et des investissements digitaux revus à la hausse avec l’impulsion du social et du search », explique Pascale Miguet, présidente de Zenith. Selon Zenith, le marché publicitaire français pèsera ainsi 10,5 milliards d’euros en 2017, puis 11,1 milliards d’euros en 2019.

Newsco s’apprête à céder trois magazines
Selon nos informations, Newsco est entré en négociation exclusive avec Stéphane Demazure, ancien éditeur du groupe, en vue de la cession des fonds de commerce des marques Cosmétique mag, Coiffure de Paris et la Revue des collectivités locales. Cette opération, dont la finalisation est attendue pour la fin de l’année, doit permettre au groupe de Marc Laufer de se recentrer sur un portefeuille de marques stratégiques couvrant cinq pôles : communication & médias, banque, automobile, industrie et IT.

 
 
Le journaliste Loup Bureau enfin libéré
Après plus de 50 jours de détention en Turquie, le reporter Loup Bureau, âgé de 27 ans, a été libéré ce week-end. Il est arrivé en France dimanche 17 septembre et s’est dit « très soulagé d’être revenu ». Il avait été incarcéré pour « appartenance à un groupe terroriste », après la découverte de photos réalisées lors d’un reportage en 2013, montrant le journaliste en compagnie de combattants kurdes syriens de l’YPC, considérés comme terroristes par le gouvernement turc.
 
 
 
Les 7 principaux enseignements de la vague ACPM-OJD 2016-2017
La presse redresse un peu la tête si l’on en croît les résultats de la dernière vague d’audience et de diffusion, communiquée le 14 septembre par l’ACPM, sur la période juillet 2016-juin 2017. Pour une fois, les évolutions globales sont plutôt encourageantes, non seulement pour le mobile et le numérique, mais aussi pour le print lui-même, avec une progression de 3,4% de son audience, et un recul limité à 1,5% pour sa diffusion. Plusieurs familles, et non des moindres, comme la presse quotidienne nationale, ont même retrouvé le chemin de la croissance après des années de baisse ininterrompue. « Les éditeurs ont certes bénéficié d’une longue séquence d’actualité politique, depuis les primaires de la droite et du centre, jusqu’à l’élection présidentielle, reconnaît Nicolas Cour, le directeur général audience de l’ACPM. Mais ils ont su en profiter en faisant revenir les lecteurs dans les points de vente. C’est tout à leur honneur ». Explications en sept chiffres. + de détails
 
  
 
Europe 1 se donne trois ans pour revenir à 9% d’audience
Tombée juste avant l’été à son niveau d’audience historique le plus bas (7,1%), Europe 1 se donne quelques mois pour enrayer la baisse et trois ans pour revenir à 9% d’audience (soit 1 million d’auditeurs à regagner). « Il faut être humble et modeste, estime Frédéric Schlesinger, vice-Pdg de la station, recruté en juin dernier par Arnaud Lagardère pour redresser la situation. Nous avons eu peu de temps entre l’arrivée de la nouvelle équipe début juillet et la rentrée du 28 août ». Mais la grille, elle, a bien changé, même si « nous avons, me semble-t-il, réussi à conserver l’esprit et les fondamentaux d’Europe 1 », assure Emmanuel Perreau, le directeur des programmes et de l’antenne.
Les prochains résultats de l’étude d’audience de la radio, portant sur les mois de septembre et d’octobre, permettront d’avoir un premier retour de l’impact de cette nouvelle grille sur les auditeurs (« on espère être au-dessus des 7 points », se risque Frédéric Schlesinger), mais c’est bien sur le moyen terme qu’il souhaite être jugé, avec une inflexion de la tendance dès début 2018. C’est à ce prix que la régie pourra regagner des parts de marché et voir son chiffre d’affaires repartir à la hausse. « La baisse de nos revenus correspond très exactement à notre baisse d’audience, précise-t-il. Si celle-ci repart à la hausse, notre chiffre d’affaires devrait suivre ».
 
 
 
La feuille de route de Michèle Benbunan, nouvelle DG de Presstalis
L’incertitude autour de la gouvernance de Presstalis a pris fin. Deux mois après le départ d’Anne-Marie Couderc de la présidence, le conseil d’administration de la messagerie, présidé par Hubert Chicou, et les présidents des deux coopératives (Louis Dreyfus pour les quotidiens, Nicolas Sauzay pour les magazines) ont recruté le successeur de Vincent Rey, qui s’en va à la fin du mois, à la direction générale. Il s’agit de Michèle Benbunan, actuellement directrice de la branche services et opérations d’Hachette livre. Son atout : elle dispose d’une expertise de poids dans le secteur de la distribution et la diffusion de biens culturels. « Certes, les problématiques de la presse sont différentes de celles du livre, nous décrypte un expert du secteur, mais elle a déjà une appétence pour notre univers ».
Attendue officiellement début novembre, Michèle Benbunan devrait profiter du mois d’octobre pour s’immerger dans les dossiers et réfléchir à ses deux priorités : la stabilisation logistique de Presstalis et la satisfaction clients. « Dans ses fonctions de directrice générale, elle aura pour mission de conduire la transformation du modèle économique de Presstalis, de poursuivre et d’initier les chantiers nécessaires à sa modernisation et, enfin, de veiller à la satisfaction des nouvelles exigences de service de ses clients », précise le conseil d’administration dans un communiqué.
 
 
 
 
La restructuration d’Ebra en marche en Lorraine et en Alsace
Nommé avant l’été à la tête des activités presse du Crédit mutuel, Philippe Carli, ancien directeur général du groupe Amaury, n’a pas tardé à lancer la restructuration du premier groupe de presse français, propriétaire de dix quotidiens régionaux, des Dernières nouvelles d'Alsace au Dauphiné, en passant par l'Alsace, le Bien public, le Républicain lorrain ou le Progrès. Selon un communiqué, publié le 7 septembre par la CGT du Républicain lorrain, Philippe Carli aurait confirmé « une restructuration industrielle qui entraînerait la fermeture du centre d'impression » du quotidien messin. Une soixantaine de postes seraient supprimés en Moselle, via une fusion des imprimeries du Républicain lorrain et de l'Est républicain. A cela s’ajouterait la suppression de 60 postes sous la forme d'un PSE en Moselle, « et la direction réfléchit à la possibilité d'un plan de départs volontaires de 10 à 20 personnes à l'Est républicain ». Il faut dire que le groupe Ebra afficherait une perte de 55 millions d’euros en 2016 (sur un chiffre d’affaires de 620 millions), dont 31 millions pour les seuls titres lorrains (le Républicain lorrain, l’Est républicain et Vosges matin). Et ce n’est pas fini : un même schéma de rapprochement des imprimeries serait en cours en Alsace : selon le compte-rendu d'une réunion organisée fin août, la fusion des imprimeries de l'Alsace et des DNA aboutirait à environ 70 suppressions de postes.

 
 
Le Chasseur français change de formule
A l’occasion de l’ouverture de la chasse, le Chasseur français (groupe Mondadori) dévoile sa nouvelle formule. De nouvelles rubriques apparaissent, pour toujours porter « un regard renouvelé d'intérêt sur la France et ses habitants ». La partie « chasse » se densifie, avec plus d’illustrations techniques, une rubrique « trophées » ou encore des papiers sur les comportements étranges des animaux. La section « pêche » s’enrichit également, notamment en termes d’illustrations. Les parties « nature », « jardin », « vie au pays » et « vie à la maison » se sont aussi développées, avec une rubrique « l’alerte nature », qui suivra de près les questions d’environnement ; plus de conseils sur le jardin, et une nouvelle rubrique sur les « métiers à transmettre ». Enfin, le magazine inaugure « les recettes des lecteurs », où chacun pourra envoyer ses mets pour les partager. Le Chasseur français est vendu à 255 324 exemplaires (diffusion France payée 2016), en baisse de 3,69% vs 2015, et reste « le premier magazine masculin en affinité sur les hommes ruraux de plus de 50 ans », selon l’étude One 2016.

Le décès de Pierre Bergé ne change pas les équilibres au Monde
Ils étaient rois : Xavier Niel, Matthieu Pigasse et Pierre Bergé, à reprendre le groupe le Monde en 2010. Avec le décès, le 8 septembre, de ce dernier, les deux premiers vont se partager équitablement ses parts. « Xavier Niel et Matthieu Pigasse sont et resteront à parité au sein du capital du groupe le Monde, avec le même nombre de parts et de droits de vote, ont-ils précisé dans un communiqué. Leur engagement et leur investissement se situent dans la continuité de ceux de Pierre Bergé, avec la double exigence de poursuivre le développement de chacun des titres tout en préservant l’indépendance du groupe et les valeurs qui fondent son identité. »


 
Mondadori lance Dr Good avec Michel Cymes
Dr Good, c’est la rencontre entre deux expertises, nous explique Carole Fagot, directrice exécutive du pôle femmes, sciences et loisirs de Mondadori. Celle de Michel Cymes, « expert santé reconnu, professionnel toujours en exercice et présentateur préféré des Français », comme elle le décrit, et celle de Mondadori, qui édite déjà Top santé ou Vital. Car selon elle, la santé est le premier centre d’intérêt des Français. Michel Cymes éprouvait l’envie de lancer un magazine : « il y a besoin d’un message autour de la santé. Je me sens investi d’une mission : puisque l’on me fait confiance, je vais essayer de tisser une toile pour toucher le plus de monde possible », précise-t-il. Et avec Mondadori, il se dit « sûr de toucher beaucoup de monde ». Son ambition ? « Tout faire pour que les gens restent en bonne santé ». Car Dr Good, c’est 100% de prévention. A l’inverse de Top santé, qui livre des solutions aux problèmes des lecteurs, Dr Good, lui, souhaite les prévenir. Une « approche novatrice du bien-être et de la santé, un magazine lifestyle grand public », résume l’éditeur, Sébastien Petit. + de détails

 
 
L’Express styles devient l’Express dix
L’Express styles, le supplément féminin de l’Express, jusqu’alors hebdomadaire, devient l’Express dix. Pourquoi ce changement de nom ? Parce qu’il n’y aura plus que dix numéros par an. Officiellement, « pour vous offrir cette richesse du temps long », explique la directrice de la rédaction, Lydia Bacrie, dans son édito. « Fort de sa nouvelle périodicité, le magazine conserve son espri,t mais gagne en densité et fait la part belle à de longues enquêtes, des sagas et des rencontres inédites, décrit-elle. Il devient une revue, un objet-livre enrichi d'une nouvelle charte graphique ». Chaque numéro sera thématisé.

Gérald Darmanin épingle les kiosques numériques dans le Point
« Les opérateurs de téléphonie mobile ne pourront appliquer le taux réduit de TVA presse qu’aux sommes qu’ils paient effectivement à la presse ». C’est ce que souhaite clarifier le ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, dans la loi de finances pour 2018, a-t-il indiqué au Point. Le newsmagazine, qui livre une bataille sans faille contre les kiosques numériques depuis plus d’un an avec le lancement du kiosque SFR presse, consacre une page à une interview du ministre dans le numéro paru hier jeudi 7 septembre. Si Gérald Darmanin pense que les chiffres paraissent « surévalués » (selon certaines études, le manque à gagner annuel pour l’Etat pourrait s’élever à 1 milliard d’euros, comme l’a révélé le Monde en juin, cf. les Clés de la presse du 23 juin), le ministre veut « éviter que l’esprit de la loi ne soit détourné à des fins d’optimisation ». Car pour lui, l’objectif de ce taux de TV est bien de « soutenir le secteur de l’information ». Le feuilleton « kiosques numériques » est loin d’être terminé.

Prisma média marie ses deux titres féminins destinés aux millenials
Prisma média a créé la surprise en lançant, le 4 septembre, un nouveau magazine en kiosque : Oh my mag. Non, il ne s’agit pas d’une nouvelle marque mais bien du pure-player créé par le groupe Cerise il y a quatre ans, et racheté par Prisma média depuis. L’heureuse union a été célébrée avec As you like, qui a vu le jour en 2015. Explications.

 
 
Notre temps santé devient Tempo santé
Notre temps santé, trimestriel lancé il y a trois ans par Bayard, a rencontré son public, selon la directrice de la rédaction, Carole Renucci. « Désormais, nous voulons élargir le public, nous explique-t-elle, et nous nous sommes rendu compte que la marque Notre temps constituait un frein, alors que le contenu correspond à l’attente de ces lecteurs ». C’est pourquoi Bayard se lance le défi de créer une nouvelle marque, Tempo santé, un bimestriel en vente depuis le 31 août. L’objectif de diffusion ? 65 000 exemplaires, « 20 000 de plus que Notre temps santé », précise la directrice.

L’Equipe accélère dans le football
La chaîne a annoncé avoir acquis auprès de l’UEFA les droits de diffusion des matches de qualification de l’Euro 2020 et de la Coupe du monde 2022. Elle proposera donc une offre majeure, et gratuite, de football à partir de septembre 2018, avec l’intégralité des matches de qualification des équipes européennes pour les deux compétitions, mais aussi l’UEFA nations league et les matches amicaux de toutes les sélections européennes. Soit 11 matches diffusés chaque semaine internationale, 50 matches en direct chaque saison, donc 1000 rencontres à suivre de septembre 2018 à 2022.
 
Les Inrocks toujours plus prescripteur 
La nouvelle formule des Inrocks sera présente en kiosque dès demain, 30 août. Les festivaliers de Rock en Seine, eux, ont déjà pu se la procurer ce week-end lors de l’événement organisé par le magazine depuis son rachat par Matthieu Pigasse. L’ambition : se montrer encore plus prescripteur, que ce soit sur le papier, ou sur les supports numériques, eux aussi rénovés. + de détails 
 
Un bon premier semestre pour la presse quotidienne nationale
Les quotidiens nationaux ont bien surfé sur l’actualité au premier semestre. Une fois n’est pas coutume, pas moins de six journaux ont vu leur diffusion France payée progresser sur la période (par rapport au premier semestre 2016), selon l'Alliance pour les chiffres de la presse et médias (ACPM). Les deux plus belles progressions sont à mettre à l’actif de Libération (+7,11%, à 78 259 exemplaires) et du Monde (+6,99%, à 285 468 exemplaires), mais le Parisien (+1,35%, à 214 191 exemplaires), les Echos (+1,28%, 130 012 exemplaires), l’Equipe (+0,81%, à 223 254 exemplaires) et le Figaro (+0,65%, 310 753 exemplaires) tirent aussi leur épingle du jeu. Reste à confirmer la tendance sur du moyen et long terme.
 
 
 
Le chiffre d’affaires du Canard enchaîné en recul en 2016
Comme chaque année, le Canard enchaîné publie ses comptes dans ses colonnes. Pour 2016, le chiffre d’affaires est en baisse (-8,31%), à 22,527 millions d’euros (contre plus de 24,5 millions l’an passé), et le résultat net en recul de 14,79%, à 1,924 millios d’euros. Malgré cette baisse, l’hebdomadaire satirique a tout de même dans ses réserves plus de 125 millions d’euros de capitaux propres, soit l’équivalent de plus de cinq années de chiffre d’affaires. De quoi continuer à barboter encore longtemps.

La Tribune renforce son équipe de direction
A l’occasion de la rentrée, la Tribune annonce renforcer son équipe de direction de manière à « accélérer le développement selon trois axes : l’information, l’animation de communautés de professionnels et l’international ». Delphine Chêne, présidente de Presse pro et ex-directrice générale adjointe du groupe VLA., devient directrice générale. Aziliz de Veyrinas, actionnaire de la Tribune, est nommée vice-présidente en charge du développement et des partenariats. Deux nouveaux rendez-vous verront le jour en France : les « Matinales de la disruption », en partenariat avec la CCI Paris-Île-de-France, dès le 5 septembre, et « the Village », un événement réunissant dans les Pyrénées les 8 et 9 septembre les acteurs engagés pour une économie plus inclusive. Un forum sur « les nouveaux champions du Sud » aura lieu à Casablanca le 29 septembre, fort du succès de la Tribune Afrique, lancée en octobre 2016. Le groupe note que les résultats d’audience du journal sont en progression de 32% au premier semestre par rapport au premier semestre 2016. Le 7 septembre, un hors-série « Good innovation, better planet » préfacé par Joël de Rosnay paraîtra, sur 50 idées choisies par la rédaction qui préfigurent « un futur meilleur pour la planète ».
  
 
 
Les dossiers et chantiers de la rentrée
Après une saison très riche en actualité politique, portée par l’élection présidentielle, voici à quoi devrait ressembler la rentrée média 2017-2018. De nombreux chantiers sont déjà en cours, et certains devraient voir le jour dès septembre. En 2017, Voici fête ses 30 ans, J’aime lire ses 40 ans, l’Association des journalistes de l’information sociale ses 50 ans. Si le début de l’année a été riche en lancements, ce n’est pas terminé. Des nouveautés sont déjà annoncées, en kiosque ou sur le Web, sans oublier les nouvelles formules de certains titres historiques. Dans l’audiovisuel, le mercato est également important (f. les Clés de la presse du 22 août), en particulier au sein de France télévisions. Côté publicité, des alliances autour de la data devraient modifier le paysage, poursuivant toujours les mêmes objectifs : faire face aux Gafa, et redonner confiance aux annonceurs. On s’interroge aussi sur le calendrier du nouveau gouvernement concernant les médias. Etat des lieux. + de détails
 
Marianne sort de sa période d’observation
Le tribunal de commerce de Paris a tranché : le plan de continuation et de redressement d’Yves de Chaisemartin, Pdg de Marianne, a été validé. Il redevient donc le seul responsable de la gestion de son entreprise, placée en observation judiciaire depuis le mois de janvier. « Nous allons pouvoir commencer à discuter de notre projet Marianne 2020 » », nous indique-t-il sans vouloir en préciser les grands axes pour l’instant. Depuis janvier, sept départs ont eu lieu, mais les résultats d’exploitation sont conformes et la courbe de la diffusion s’est inversée, à 145 605 exemplaires au premier trimestre 2017 (cf. les Clés de la presse du 20 juillet).
   
 
 
Ce qu’il faut retenir de l’actualité média de l’été
L’actualité n’a pas fait de pause cet été. Pas de bouleversement majeur dans le paysage médiatique dans cette rétrospective, mais la rédaction des Clés de la presse vous propose une sélection d’informations pour vous permettre de commencer la rentrée sous de bons auspices, sans oublier les trois événements qui ont permis à la presse de doper leurs ventes au numéro, en commençant par le feuilleton autour des jeux Olympiques, l’interview de Brigitte Macron dans Elle ou l’arrivée de Neymar au PSG. Revue de détails. + de détails
 
La publicité digitale encore en croissance au premier semestre 2017 
Le marché de la publicité digitale est en croissance de 9,8% sur le premier semestre de l’année 2017, à 1,813 milliard d’euros. C’est ce que démontrent les chiffres de l’observatoire de l’e-pub, présenté le 12 juillet par le SRI, l’Udecam et Pwc. La publicité digitale représente 33% du marché publicitaire global, soit le meilleur cru depuis quatre ans. Cette hausse est largement portée par les réseaux sociaux et le search, qui tirent 96% de la croissance. Le display est en progression de 17,7 %, et son poids tend à grandir (aujourd’hui à 35%). Au sein du display, le social pèse 45%, contre 36% au premier semestre 2016. Le search est aussi dynamique, avec une croissance de 7%, quand les autres leviers (emailing, comparateurs et affiliations) ne progressent que de 2,2%. Selon Pwc, deux tendances sont à suivre sur le search : la bascule des requêtes vers le vocal et l’émergence du conversationnel.
En termes de formats, la vidéo connait une véritable croissance (+26%) et représente désormais 36% des investissements. On constate aussi que les investissements sont de plus en plus mobiles : la croissance des investissements sur ce device est évaluée à 63%, et sa part se rapproche de celle du desktop : elle est de 41%, contre 29% en 2016, « ce qui traduit l’évolution des usages », souligne Sébastien Leroyer, directeur experience center chez Pwc. Si l’on lit les résultats par mode d’achat, le programmatique devance largement les autres modèles : il représente 60% des investissements dans le display, pour 384 millions d’euros. Le programmatique poursuit sa progression dans les principaux formats. 
 
Alliances dans la data
La data représente depuis des années, pour les éditeurs, un potentiel de développement important, mais ils avaient bien du mal à transformer l’essai d’un point de vue économique. Les choses devraient sensiblement évoluer à partir de septembre avec le lancement, annoncé cette semaine, à deux jours d’intervalles, de deux alliances : Gravity et Skyline. + de détails
 
 
Trois prix Albert Londres décernés cette année
Les prix Albert Londres 2017 ont été remis le 4 juillet au centre Georges Pompidou à Paris. La cérémonie a été dédiée aux journalistes Véronique Robert, Stephan Villeneuve et Bakhtiyar Haddad, disparus récemment en Irak dans l’exercice de leur métier. Le 79ème prix Albert Londres de la presse écrite a été remis à Samuel Forey, pour ses reportages publiés dans le Figaro sur la bataille de Mossoul. Il était en compagnie des trois journalistes décédés en juin lorsqu’ils ont été percutés par une bombe à Mossoul. Le jury a salué la justesse de son regard et sa tendresse dans l’écriture. Le 33ème prix audiovisuel a été remis à Tristan Waleckx et Matthieu Rénier, pour leur numéro de Complément d’enquête diffusé sur France 2 le 7 avril 2016 : « Vincent Bolloré, un ami qui vous veut du bien ? ». Un travail jugé rigoureux et audacieux, qui illustre l’indépendance de la télévision publique. Pour la première fois, un prix du livre a été décerné, remis par la présidente du jury Annick Cojean. Le premier lauréat est David Thomson, pour les Revenants, d’abord publié sur le pure-player les Jours, puis au Seuil. Un « éclaireur », selon Annick Cojean.
 
Le groupe Centre France en ordre de marche
Le groupe Centre France a annoncé, le 30 juin, de bons résultats financiers pour l’année 2016. Le chiffre d’affaires et le résultat courant consolidés du groupe Centre France, appelé plus couramment la Montagne-Centre France, sont en augmentation. A 201 millions d’euros, le chiffre d’affaires consolidé est en progression de 2%. Quant au résultat courant, il atteint 8,2 millions d’euros, contre 3,1 en 2015. Le résultat net du groupe est de 3,4 millions d’euros.
En parallèle, le groupe a réorganisé son capital. + de détails

Vogue Paris, l’Express et MTV aussi sur Snapchat discover
Comme nous l’écrivions dans les Clés de la presse du 30 juin, quatre nouveaux entrants viennent d’arriver sur Snapchat discover. Aux côtés de Society, on retrouve l’Express, Vogue Paris et la chaîne de télévision MTV. Seule MTV garde un rythme quotidien, alors que les huit premiers arrivants sur cette plateforme, en septembre 2016, étaient, eux, contraints de publier chaque jour une édition. Society et l’Express publieront une fois par semaine, Vogue le mardi, jeudi et samedi, selon le Figaro. Snapchat permet aux éditeurs de presse de toucher un public plus jeune, et de tester de nouvelles formes d’écriture, verticales, puisque le réseau social se consulte sur mobile. Il compte plus de 8 millions d'utilisateurs quotidiens en France. Selon Snapchat, son audience aurait doublé depuis le lancement de l’offre discover pour la presse.

 
 
Publihebdos regroupe tous ses sites sous la marque Actu
Filiale du groupe Sipa-Ouest France en charge des hebdomadaires régionaux, Publihebdos revoit de fond en comble sa stratégie numérique. Des 67 sites Internet existant début 2017, déclinés au nom de ses titres locaux, il n’en restera plus qu’un à la fin de l’année. « Nous avons choisi de nous concentrer sur une seule marque », nous explique Francis Gaunand, le président du directoire.
 
 
 
Society débarque sur Snapchat discover
Society lance, ce dimanche 2 juillet, sa première édition sur Snapchat discover, dix mois après l’arrivée des huit premiers médias français sur cette plateforme (le Monde, Melty, Paris match, l’Equipe, Konbini, Cosmopolitan, Vice et Tastemade). Sa particularité ? La chaîne ne sera pas quotidienne comme pour les autres, mais hebdomadaire. « Nous sommes excités à l’idée de transformer l’aventure papier en digital », affirme Brieux Férot, directeur du développement de So press. Chez Society, il n’y a pas d’équipe dédiée à la chaîne Snapchat, alors que c’était la condition pour les huit premiers médias français. So press fonctionne, comme à son habitude, avec une rédaction unique. « Nous sommes libres de raconter les histoires que nous voulons, en utilisant les outils du réseau social, explique-t-il. Pour nous, c’est un média de plus. Nous allons à la fois adapter des histoires du print vers le digital, et créer des contenus uniquement pour Snapchat ». L’objectif ? S’adresser à tous, avec la même baseline que pour lancement du quinzomadaire : « tout le monde lit Society ».
En quelque sorte, l’arrivée sur Snapchat répond aux ambitions digitales de Society. Le site ne sera donc pas développé ces derniers mois. « Nous ne le concevons pas comme un média en tant que tel », souligne Brieux Férot. Trois autres médias français, dont Vogue, devraient suivre prochainement sur Snapchat discover en France.

 
 
 
« Le sport a toute sa place dans le Monde », estime Gilles Van Kote
Actuellement en charge du déménagement, prévu pour dans deux ans, et de la création d’un « esprit de groupe » au sein du Monde, Gilles Van Kote vient de rejoindre le service Sport du quotidien. Sa mission ? Le réorganiser, alors que le supplément hebdomadaire a été supprimé en mars. Entretien. + de détails

 
 
Elisabeth Laborde prend du galon au sein du groupe de presse de Matthieu Pigasse
Elisabeth Laborde est nommée directrice générale des Inrockuptibles, où elle succède à Frédéric Roblot qui occupera les fonctions de directeur financier des Inrockuptibles et du groupe Nova, afin de renforcer les synergies au sein du groupe LNEI (les Nouvelles éditions indépendantes, propriété de Matthieu Pigasse. Elle travaillera aux évolutions stratégiques des Inrocks, aura en charge l’organisation et le management des équipes et, aux côtés de Pierre Siankowski, directeur de la rédaction, pilotera le lancement de la nouvelle formule des Inrocks prévu pour le 30 août prochain. Elisabeth Laborde reste par ailleurs secrétaire générale de LNEI et continuera de superviser les activités de communication et les relations sociales dans le groupe.

Le p’tit Libé en papier cet été
Le p’tit Libé, mensuel de Libération pour les 7-12 ans, sort un numéro spécial pour les grandes vacances. Ce hors-série de 100 pages sera en kiosque tout l’été pour revenir sur l’actualité de l’année écoulée, des élections en France à l’investiture de Donald Trump, en passant par la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, il ambitionne d’aider les enfants à « mieux comprendre le monde qui les entoure ». A la fin de chaque dossier, les enfants pourront tester leurs connaissances avec des quiz. Le p’tit Libé a pour habitude de sortir chaque premier mercredi du mois un dossier numérique sur un sujet d’actualité, qui paraît ensuite dans le quotidien le week-end qui suit.

Google condamné à 2,4 milliards d’euros d’amende pour abus de position dominante
Bruxelles a infligé, le 27 juin, une amende record à Google pour abus de position dominante. La commission européenne accuse le groupe américain d'avoir abusé de sa position dominante dans la recherche en ligne pour favoriser son comparateur de prix, Google shopping. Clôturant une enquête commencée il y a près de sept ans, la commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager, estime que « ce que Google a fait est illégal au regard des règles de concurrence de l'UE. Elle a empêché les autres sociétés de livrer concurrence sur la base de leurs mérites, et d'innover. Et surtout, elle a empêché les consommateurs européens de bénéficier d'un réel choix de services, et de tirer pleinement profit de l'innovation ». Google a aussitôt fait part de son « désaccord » annoncé qu'il envisageait de faire appel.
 
 
 
Pourquoi les 3 principales régies de presse magazine font cause commune dans le food 
Les régies publicitaires de Mondadori, Lagardère et Prisma média viennent de constituer une alliance pour défendre la presse magazine dans l’univers de l’alimentation. L’objectif du projet Food brand trust « n’est pas de proposer de simples packages aux annonceurs et aux agences, mais de travailler de façon durable, pérenne et collaborative », précise Valérie Camy, directrice exécutive de Mondadori France publicité. « Dans un contexte de défiance des consommateurs envers les marques alimentaires, celles-ci doivent reconstruire la confiance pour continuer d’exister dans le panier de leurs clients, ajoute Valérie Salomon, la présidente de Lagardère publicité.   + de détails

 
Gravity, une alliance de plusieurs groupes médias dans la data
Un peu moins d’un an après avoir annoncé la création d'une alliance pour « développer un acteur de référence dans le domaine de la data science », Denis Olivennes, président de Lagardère active, et Francis Morel, le président du groupe les Echos-le Parisien, sont prêts, et ont même attiré deux autres partenaires : SFR group (dont NextRadioTV) et Solocal. Baptisée Gravity, cette alliance sera dévoilée le 4 juillet par les dirigeants des quatre entités, prêts à « mettre en commun leurs données pour apporter au marché publicitaire une proposition de valeur innovante, puissante et efficace ».

Les audiences de la presse quotidienne nationale en forte hausse
Le SPQN a annoncé dans un communiqué une progression des audiences de la presse quotidienne nationale de 7% entre le premier trimestre 2016 et le premier trimestre 2017, sur l’ensemble de la population, selon l’étude One global. « Cette forte progression est liée à l’accroissement des audiences digitales tirées notamment par celles enregistrées sur les mobiles (+11%) », indique le syndicat. Une progression deux fois plus importante pour la PQN que pour l’ensemble de la presse, sur certaines tranches d’âge. Elle atteint +15% pour les 18-24 ans et +14% pour les 25-34 ans. L’audience papier, quant à elle, reste stable sur les 15 ans et plus, et est en progression sur les 25 ans et plus. Francis Morel, président du SPQN, se félicite, affirmant être « heureux de voir que les efforts de la presse quotidienne nationale pour relever le défi du numérique portent leurs fruits ».

 
 
Elle international crée un programme de formation sur le management du luxe
Elle international s’associe à l’université américaine MIT, et l’université madrilène Universidad complutense pour lancer un programme international, nouvelle déclinaison de la marque. Baptisé « Elle international fashion & luxury management program », il est ouvert aux étudiants de tous pays disposant d’une expérience professionnelle dans le secteur de la mode et du luxe, souhaitant devenir des « top managers » de ces industries. Le programme, qui dure de novembre à mai, allie sessions online et classiques multi-sites aux Etats-Unis, à Paris et à Madrid.

 
 
Le groupe Altice lorgne sur un groupe média portugais
Le groupe Altice a annoncé, hier 26 juin, être entré en discussions préliminaires avec le groupe espagnol Prisa pour lui racheter sa participation majoritaire (94,69%) dans le groupe de média portugais Média capital. Après avoir repris un opérateur télécom, le groupe français pourrait ainsi accroître sa présence dans le pays puisque Média capital possède notamment la chaîne de télévision TVI et Radio commercial, qui font partie des leaders du marché, ainsi que des activités dans la production audiovisuelle et musicale.
 
Les administrateurs de Presstalis mandatent un chasseur de tête pour la direction générale
Une page de l’histoire de Presstalis va se tourner dans les semaines qui viennent. Comme elle nous l’a confirmé elle-même, Anne-Marie Couderc ne sera pas reconduite, le 29 juin, à la présidence de la messagerie à l’issue de son dernier mandat. Elle devrait être remplacée de façon intérimaire par Hubert Chicou, président du conseil de surveillance de Bayard, en attendant la nomination d’un nouveau président dans les mois qui viennent. Son départ devrait être suivi prochainement de celui de son directeur général, Vincent Rey, arrivé chez Presstalis en novembre 2010. Selon nos informations, les administrateurs de la messagerie, après avoir rejeté deux candidatures internes, ont déjà mandaté un chasseur de tête pour recruter son successeur.
 
Mondadori poursuivra ses lancements avec une nouvelle marque en septembre
Mondadori lancera, le 7 septembre, une nouvelle marque de presse en partenariat avec Michel Cymes. Une création du pôle femme centrée « sur le bien-être et la santé, qui sera novatrice et disruptive, avec une approche bienveillante et proactive », explique le groupe dans un communiqué. Ce lancement vient compléter une séquence créative très dense. « Au premier semestre, nous aurons lancé pas moins de douze nouveautés, dont une nouvelle marque (Mellow, NDLR) », nous explique Carmine Perna, le directeur général du groupe en France.

 
 
Le site de l’Obs évolue
Le site de l’Obs propose depuis hier, 22 juin, une nouvelle page d’accueil qui se veut à la fois « plus claire, plus précise et plus complète », explique le journaliste François Sionneau, qui précise qu’elle s’adapte désormais au téléphone portable, à la tablette comme à l’ordinateur. « Cette page d’accueil constitue la première étape de notre ambition, poursuit-il : le mariage de l’actualité chaude et du magazine, de l’information et de la réflexion ». Pour alimenter le débat, un nouvel espace dédié aux opinions a été créé, où il est possible de retrouver des éditos, des chroniques et des débats. « Dans un souci de clarté, les sujets en images et les vidéos sont regroupé », ajoute-t-il, en promettant d’autres évolutions dans les mois à venir.
 
 
 
La composition du cabinet du ministre de la Culture
Alors que le gouvernement Philippe II a été nommé le 21 juin, les ministères qui s’occupent plus spécifiquement de nos secteurs d’activité – la presse et les médias – eux, n’ont pas changé. Tous les membres du cabinet de Françoise Nyssen, ministre de la Culture, ont été nommés, et leurs noms publiés au Journal officiel du 20 juin. + de détails
 
 
 
France culture relance son magazine Papiers pour toucher un public plus large
Cinq ans après le lancement de France culture papiers, la station de Radio France relance son magazine le 22 juin, en le repositionnant comme « une grande revue de la création, des idées et des savoirs », explique sa directrice, Sandrine Treiner. Bien décidée à « aller beaucoup plus loin que le monde de la radio » et à toucher une cible plus large, « tous ceux qui s’intéressent à notre vision du monde », elle en a confié la réalisation à Philippe Thureau-Dangin, ancien patron de Courrier international, qui dirige aujourd’hui les Editions Exils. « Le choix du partenaire a demandé du temps car il était crucial, estime Serge Schick, directeur du marketing stratégique et du développement de Radio France. Il devait être en résonance avec France culture et nous permettre de conquérir de nouveaux publics ». La mission était d’autant plus compliquée que la revue, rebaptisée Papiers, se veut à la fois « culturelle, intelligente et un peu élitiste », mais doit s’adresser au grand public. « Il n’y a pas assez de revues culturelles en France, déplore Philippe Thureau-Dangin. Ce serait bien que Papiers relance le mouvement ». Reste pour cela à séduire le public : verdict dans trois mois avec le résultat des ventes de ce premier numéro, qui a été tiré à 26 400 exemplaires. « Avec 13 000 à 15 000 ventes, ce serait un succès », assure-t-il.

 
 
La feuille de route du nouveau directoire de Bayard
Atteint par la limite d’âge, Georges Sanerot a, comme prévu, abandonné, le 19 juin, la présidence du directoire de Bayard, et laissé la place à une nouvelle équipe. Pas de révolution en perspective dans un groupe qui prône en permanence le travail collectif, mais une transition en douceur. Après vingt-cinq ans de maison, à des postes différents, en France comme à l’international, Pascal Ruffenach, jusque-là directeur délégué du public jeunesse, est prêt pour reprendre le flambeau. Il devra accélérer la mutation et la transformation de l’entreprise en adaptant l’organisation aux exigences numériques, tout en poursuivant la croissance par le lancement de nouvelles offres pour les publics jeunesse, senior et chrétien. Car comme le rappelle Hubert Chicou, le président du conseil de surveillance, « l’avenir de la presse passe par la création ». Le nouveau directoire, composé également d'André Antoni, Alain Augé et Florence Guémy, devra aussi accroître la présence du groupe à l’international : après l’Europe, l’Asie, les Etats-Unis et, plus récemment, l’Afrique, Bayard a décidé, le 15 juin, de s’attaquer à la Chine.
  
 
Stylist hommes arrivera en septembre
Le groupe Marie Claire se lance dans l’univers masculin, puisqu’il prépare la sortie de Stylist hommes, un nouveau rendez-vous semestriel. Le premier numéro est prévu pour le 21 septembre. S’il s’appuie sur le modèle de Stylist, il est « conçu comme un nouveau média à part entière », précise un communiqué, et s’adresse à une cible masculine urbaine, active et hyper connectée. Un thème unique choisi tous les six mois permettra de « raconter notre époque et d’aborder des sujets très variés : société, mode, beauté, culture, conso, lifestyle ». Il sera diffusé à 250 000 exemplaires dans 10 villes. Hugo Lindenberg, actuel rédacteur en chef adjoint de Stylist, prend la direction de Stylist hommes.
 
SFR fait le ménage dans son portefeuille de titres de presse 
Après des mois d’incertitudes sur le devenir du portefeuille de titres de presse racheté au groupe belge Roularta, SFR a tranché entre ceux qu’il compte conserver et ceux qu’il s’apprête à vendre. Alain Weill, directeur général des activités médias de SFR, a présenté, le 14 juin, au comité d'entreprise du groupe l'Express un projet de cessions de titres de son pôle de presse écrite avec l’objectif de « poursuivre son recentrage sur l'information générale, nationale et internationale, l'actualité, l'analyse et les enquêtes ». Etat des lieux. + de détails

 
 
Selon nos informations, Ouest France planche sur un nouveau site
A la rentrée de septembre, Ouest France va se doter d’un nouveau site Web. Les modifications seront progressives, par thématiques. D’abord, ce sera la page d’accueil qui subira des changements visuels. La bascule se terminera avec les pages locales.

France Antilles repris par AJR, soutenu par Aude Jacques-Ruettard
Finalement, ce ne sera pas Marc Laufer qui reprendra la holding Antilles Guyane médias (AGM), qui édite notamment les quotidiens France Antilles et France Guyane, mais AJD, projet soutenu par Aude Jacques-Ruettard, la nièce de Philippe Hersant, et Philippe Labi. Dans un communiqué, la Société des journalistes de France Antilles Guyane et du Syndicat national des journalistes rappellent qu’ils s’étaient prononcés « en faveur du projet qui favoriserait la préservation de l’emploi ». Ils félicitent donc la décision rendue par le tribunal mixte de commerce de Fort-de-France. Les représentants des salariés indiquent qu’ils resteront vigilants quant à la tenue des promesses énoncées par les repreneurs, et qu’un « nouveau défi » s’annonce. AGM avait été placée en cessation de paiement en avril et mis en liquidation judiciaire en mai (cf. les Clés de la presse du 16 mai).
 
 
Explicite optera pour le payant
Invités d’un débat organisé par le Press club de France, des membres de l’équipe d’Explicite, ce média 100% vidéo et pour l’instant uniquement sur les réseaux sociaux, a éclairci son modèle économique. Explicite JA (pour journalistes associés), l’association loi 1901 créée par des anciens d’i-Télé qui a lancé Explicite en janvier, réfléchit désormais à un site et une application payants, « sur le modèle de Médiapart », a indiqué Olivier Ravanello, son président. Le passage au payant ne devrait pas avoir lieu avant début 2018, Explicite ayant levé plus de 160 000 euros grâce à une campagne de financement participatif. Une autre levée de fonds aura lieu dans les prochains mois. Pour construire son modèle économique, Explicite a été rejoint par Simon Baldeyrou, ancien directeur général France de Deezer. Ce dernier, qui a passé sept ans dans l’entreprise de streaming musical, entend s’inspirer d’autres industries (musique, séries, cinéma) pour penser la stratégie du média.

En savoir plus ...

Réagissez

Quelles sont vos applications presse préférées ?

Donnez-nous votre avis

Réagissez ...

Dernière minute

7 clés pour comprendre la presse en 2017

Une formation incontournable sur l'univers de la presse

En savoir plus ...

A découvrir ...

Notre nouveau magazine est tout chaud, il vient de sortir

 
 
L’événement : spécial bilan presse
- Les recettes de la presse qui marche
- La diffusion et l’audience de la presse en 10 tableaux
- La digitalisation réussie des Echos
- Les raisons du succès de la marque l’Equipe
- Uni-éditions, en mode cocréation
- Le plaidoyer de François Mariet
- L’ACPM passe à l’offensive
- Notre reporter a participé à l’étude One premium

Le dossier : les médias montent au front sur la vidéo
- 2017, année de la vidéo
- La vidéo au cœur de la stratégie de Prisma média
- L’AFP TV en pleine croissance
- Le Figaro live, un nouveau terrain de jeu
- Ouest France mise sur les partenariats
- La Provence accélère
- La success story de Brut
- Youblive réinvente le direct
- Explicite, payant et indépendant

La tendance : le son, nouvel eldorado des pure-players
- L’émergence de nouveaux acteurs
- A chacun son modèle économique
- 3 nouveaux acteurs, 3 lignes éditoriales
- Un no man’s land juridique
 
 
 

En savoir plus ...

L'actualité des Clés de la presse

Le nouveau magazine des Clés de la presse est sorti

 
 
L’événement : spécial bilan presse
- Les recettes de la presse qui marche
- La diffusion et l’audience de la presse en 10 tableaux
- La digitalisation réussie des Echos
- Les raisons du succès de la marque l’Equipe
- Uni-éditions, en mode cocréation
- Le plaidoyer de François Mariet
- L’ACPM passe à l’offensive
- Notre reporter a participé à l’étude One premium

Le dossier : les médias montent au front sur la vidéo
- 2017, année de la vidéo
- La vidéo au cœur de la stratégie de Prisma média
- L’AFP TV en pleine croissance
- Le Figaro live, un nouveau terrain de jeu
- Ouest France mise sur les partenariats
- La Provence accélère
- La success story de Brut
- Youblive réinvente le direct
- Explicite, payant et indépendant

La tendance : le son, nouvel eldorado des pure-players
- L’émergence de nouveaux acteurs
- A chacun son modèle économique
- 3 nouveaux acteurs, 3 lignes éditoriales
- Un no man’s land juridique
 
 
 

En savoir plus ...

Découvrez les Clés de la presse

La lettre électronique
La lettre électronique
Le magazine ...
La lettre électronique